Midi Olympique

Le festival de Toulouse

Le festival de Toulouse
Par Rugbyrama

Le 16/05/2009 à 16:30Mis à jour

En marquant dix essais, Toulouse a retrouvé son efficacité sur la pelouse de Mont-de-Marsan (8-60). Lamboley et Médard ont chacun inscrit un doublé. Mais ce résultat est insuffisant pour briguer la première place. Le Stade affrontera Clermont en demi-finale.

Sous des conditions météorologiques estivales, le Stade toulousain a assuré un véritable festival sur la pelouse de la lanterne rouge, Mont-de-Marsan (8-60). Les champions de France en titre, qui cafouillaient quelque peu leur rugby ces derniers temps (un seul essai marqué lors des quatre dernières rencontres) ont vite retrouvé des couleurs. En seulement dix-sept minutes, les hommes de Novès retrouvaient toute leur efficacité, plantant trois essais par Fritz, Skrela et Heymans. Les actions de classe s'enchaînaient et les Haut-Garonnais en profitaient pour peaufiner leurs schémas de jeu. Médard, à la demi-heure de jeu, tuait tout suspense après une excellent travail de Clerc.

Les Montois ne pouvaient être qu'admiratifs de ce spectacle offert par la bande à Pelous. Pour autant, les locaux ne fermèrent pas le jeu. Mais leurs trop nombreuses fautes de main sont venus enrailler leurs belles intentions. Thuries et Taele s'efforçèrent à percer la muraille toulousaine mais sans succès. Au contraire, Toulouse se montrait d'une cruelle efficacité tel un matador devant sa proie. A la pause, la victoire avait irrémédiablement choisi son camp (3-24).

Copie presque parfaite

Toulouse ne relacha pas la pression dans le second acte et les joueurs se firent un malin plaisir à relancer tous les ballons. Le résultat fut sans appel : six essais supplémentaires dont un doublé de Lamboley. Quand le Stade toulousain joue comme cela, il semble inarêtable. La conquête fut très propre, les munitions offensives légions, les prises d'intervale et les gestes techniques au rendez-vous. Malgré quelques approximations, la copie rendue s'avère de haute facture. Les Montois, devant cette domination à sens unique, furent tout de même récompensés de leurs efforts lors de l'ultime seconde par un essai de Matanavou.

Un joli cadeau pour les résidents de Guy-Boniface qui joueront l'an prochain à l'étage inférieur, en Pro D2. Quant à Toulouse, cette victoire ne lui permet pas de glaner la première place du championnat tant espérée. En effet, dans le même temps, Perpignan gardait son fauteuil de leader en gagnant à Castres (26-32). L'adversaire en demi-finale du champion de France en titre aura donc pour nom Clermont. Une affiche qui s'annonce explosive pour une revanche de la finale de la saison dernière.

Contenus sponsorisés