• XV de France - Charles Ollivon, face à l'Australie.
    XV de France - Charles Ollivon, face à l'Australie.

Les Bleus soufflent le succès à l'Australie

Le | Mis à jour

XV DE FRANCE - La France s'offre l'Australie dans les tous derniers instants grâce à une inspiration géniale de Damian Penaud dans les ultimes secondes (30-29). Malmenés par des Wallabies affûtés une grande partie de la rencontre, les hommes de Fabien Galthié ont assuré l'essentiel et ouvrent positivement leur tournée automnale en signant un record de 11 victoires consécutives.

Le Midi Olympique titrait "Prolonger l'été indien". Dans l'optique effectivement de poursuivre l'embellie et de propager la côte d'amour toujours perceptible auprès des Bleus, la réception de l'Australie pour ouvrir la tournée automnale conférait plusieurs missions. Si la première épreuve de force fut délicate avec le phénomène Tupou dans ses œuvres, Bernard Foley et Thomas Ramos se repondèrent poliment au pied par des incursions validées respectivement (6-6, 14 ème). Maladroits dans l'organisation offensive, où plusieurs possessions furent brouillonnes, les Français concédaient de nombreux ballons au sol. Alors qu'Ollivon se voyait refuser un essai, la punition ne tardait guère avec un sprint de Wright sur son aile et une passe décisive pour Foketiu à la conclusion d'un mouvement de 90 mètres (6-13, 18 ème).

La France fait tomber l'Australie au bout du suspense !!! ?? #FRAAUS #XVdeFrance

Le film du match > https://t.co/b5Ra4bG0vy pic.twitter.com/uHfQip7wEF

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) November 5, 2022

Un coup dur sur le moment, obligeant les détenteurs du Grand Chelem a modifié la donne. Tactiquement, le jeu d'occupation fut prisé, voire à outrance. Une consigne claire et établie pour forcer la relance des Wallabies du fond de terrain. Mais la patience était du côté des troupes d'Antoine Dupont, qui collectaient les sanctions sur des situations bien menées. Thomas Ramos compilait les points jusqu'à la pause (12-13, 38 ème). Puis une action anodine avant le retour au vestiaire avec un Fickou inspiré sur la récupération, des avants obtenant le turn-over au pied des poteaux pour envoyer en force Marchand dans l'en-but (19-13, 40 ème). Plaisant à ce moment de la partie, le Stade de France exulte.

Damian Penaud, déclencheur d'émotions

Alors que la deuxième période fut couronnée d'une domination des Wallabies, plus précis dans leur rugby, les Français ne proposaient qu'un jeu d'occupation. Si l'impression que physiquement, certains joueurs furent dans le dur, les nombreuses munitions rendues permettaient aux troupes de Dave Rennie de proposer une copie de qualité. Campbell ira en terre promise après un travail colossal de ses avants (22-23, 60 ème). Une épine supplémentaire pour des Français empruntés à ce moment de la rencontre. D'autant que Foley rajoutait trois unités quelques minutes après (22-26, 66 ème).

Le money-time entrait en considération et les supporters tricolores poussaient avec ferveur les siens. La France s'en remettait à un exploit personnel de Damian Penaud, auteur d'une course tranchante et d'appuis dévastateurs pour assener une trajectoire inédite et plonger en coin dans une joie indescriptible (30-29, 80 ème). Ces Bleus s'affranchissent décidément de tous les écueils alors que la partition souffrait d'errances bien légitimes pour un groupe qui se retrouvait collectivement depuis la tournée estivale. Une France qui gagne avec abnégation, qui tombe un vieux record datant des années 1930, et qui poursuit sa destinée avant d'affronter la semaine prochaine, l'Afrique du Sud, championne du monde de rugby et des collisions.