Eurosport

Le XV de France peut-il tomber plus bas ?

Le XV de France peut-il tomber plus bas ?

Le 25/11/2018 à 11:15Mis à jour Le 25/11/2018 à 11:35

Au lendemain de la défaite historique face aux Fidji (14-21), le XV de France est de nouveau enlisé dans ses doutes et ses approximations. A moins d’un an de la Coupe du monde, le bilan des tests de novembre reste inquiétant.

Le XV de France a ce talent rare de toujours surprendre. Mais en légendant les scénarios les plus improbables. Au tableau de chasse des défaites déshonorantes du rugby français, les Bleus ont écrit samedi soir sur la pelouse du Stade de France une nouvelle ligne ponctuée de ridicule et d’impuissance. Après le revers en Italie en 2011 (22-21), la claque reçue par les Tonga lors du Mondial néo-zélandais (14-19) et le match nul concédé face aux Japonais l’an passé (23-23), le XV de France est tombé un peu plus bas en s’inclinant pour la première fois de son histoire face aux Fidji (14-21).

Ah ça, Jacques Brunel a raison. Le XV de France peut sans doute battre n’importe quelle équipe au monde sur un match. Mais ce XV de France suffisant est certainement la seule équipe au monde à enregistrer autant de défaites risibles. "Si on n’a pas compris qu’il faut mettre un peu d’agressivité contre des gars comme ça, on n’ira pas loin, lançait le trois-quarts centre Mathieu Bastareaud au micro de France Télévisions. Les explications, on va arrêter d’en donner parce qu’on en donne beaucoup depuis un moment. Faut qu’on ferme un peu nos bouches et qu’on se remette à bosser parce que on s’est cru arriver".

Mathieu Bastareaud et les Bleus impuissants contre les Fidji

Mathieu Bastareaud et les Bleus impuissants contre les FidjiEurosport

"Faut qu’on ferme un peu nos bouches… On est des petits garçons"

Après une défaite frustrante contre l’Afrique du Sud (26-29) et une victoire maîtrisée face aux Pumas (28-13), les Bleus ont une nouvelle fois été incapables d’enchaîner. Rappelons aux plus optimistes, s’ils sont encore de ce monde, que les coéquipiers de Guilhem Guirado devront écarter l’Angleterre et l’Argentine en matchs de poule du Mondial 2019 avant d’enchaîner trois autres matchs de très haut niveau pour se donner le droit de soulever la coupe Webb-Ellis. D’accord, la Kommandantur de la FFR se borne à répéter que les Bleus auront leur chance lors de la Coupe du monde. Mais elle devrait se remémorer cette maxime de l’ex-entraîneur de Vichy (Pro B de basket) Laurent Sciarra : "D’un dauphin, t’en fais pas un requin…" Et Jacques Brunel aura bien du mal à métamorphoser en moins d’un an de bons joueurs du Top 14 en joueurs de classe mondiale. "On est des petits garçons, s’agace Mathieu Bastareaud. On a encore besoin de se faire taper sur les doigts. On n’est pas capable d’être constant".

"On avance d’un pas pour reculer de deux. Les joueurs quittent l’équipe de France la tête au fond du seau"

Premier à se présenter face aux médias à l’issue du match, Julien Bonnaire semblait totalement désabusé. "Je ne sais pas ce qui s’est passé. On n’a pas du tout respecté le jeu. On a joué à l’envers. Dans le jeu, on ne fait rien. On ne peut pas passer d’un match correct à un match médiocre. Ce n’est pas possible. Je pense que les joueurs ont honte de leur prestation en espérant que ça serve pour la suite. Mais on sort de cette tournée de novembre avec de la déception. On manque de maîtrise sur le premier match et là, il n’y a rien du tout. On avait la sensation d’avoir avancé un petit peu. Mais on avance d’un pas pour reculer de deux. Ça n’aide pas pour la confiance. Je me mets à la place des joueurs. Ils quittent l’équipe de France la tête au fond du seau", lâche l’entraîneur de la touche tricolore.

Yoann Maestri très déçu après France - Fidji

Yoann Maestri très déçu après France - FidjiEurosport

Pour tenter de se remettre la tête à l’endroit, les Bleus se verront proposer un très gros défi lors du prochain Tournoi des 6 Nations avec deux déplacements épais en Angleterre et en Irlande. De quoi accentuer le mal de tête tricolore. "On s’est pris pour qui les gars ?, lâchait Mathieu Bastareaud au milieu de ses coéquipiers juste après le coup de sifflet final. Maintenant, on va redescendre sur terre et on va manger de la merde (sic)". Le XV de France peut-il in fine tomber plus bas ? Oh bien sûr, les Bleus sont a priori à l’abri d’un revers face aux Iles Cook. Mais ils n’ont jamais semblé aussi proches d’une élimination historique en phase de poules du Mondial nippon.

Contenus sponsorisés
0
0