Icon Sport

Test-match - Guy Novès (XV de France): "Franchement, en première période, je me suis embêté"

Novès: "Franchement, en première période, je me suis embêté"
Par AFP

Le 20/11/2016 à 00:10Mis à jour Le 20/11/2016 à 00:15

TEST-MATCH - Guy Novès, sélectionneur du XV de France battu par l'Australie samedi (23-25), a trouvé ses joueurs "frigorifiés par ce que représentaient les Australiens, notamment en première période", sur laquelle il n'y a "rien à construire" contrairement à la seconde. Il avoue même confié s'être "embété".

Êtes-vous satisfait du contenu malgré la défaite ?

Guy NOVES : Le match est perdu, on va analyser ce qu'on aurait pu mieux faire. On laisse 10 points au pied (2 transformations, 1 pénalité et 1 drop, NDLR), avec plus de réussite le résultat aurait pu être différent. Mais j'ai senti les joueurs frigorifiés par ce que représentaient les Australiens, notamment en première période. On n'a pas suffisamment joué, fait des fautes impardonnables. On est une dans une phase d'apprentissage extrêmement enrichissante. Après la première période, le message c'était lâchez-vous, vous n'avez rien à perdre, il faut jouer. Effectivement la seconde nous permet de pouvoir travailler et surtout construire, sur la première il n'y a rien à construire. Et c'est vrai qu'avec plus de réussite ou une décision favorable à la fin, sur cette mêlée écroulée, on aurait pu obtenir un meilleur résultat.

" Si on regarde jouer les All Blacks, on va passer une sale soirée"

Que devez-vous corriger avant d'affronter les All Blacks ?

G.N : Les joueurs ont d'abord besoin de récupérer. Ils ont pris conscience qu'il fallait être beaucoup plus précis dans le jeu. On a rendu beaucoup de ballons, au pied notamment, ce qui nous a permis de travailler notre défense. Ce qui m'intéresse ce soir (samedi) c'est que la seconde période nous permet de toucher du doigt ce qu'on est capable de faire quand on joue des gars de cette dimension. Les Néo-Zélandais sont au-dessus, ils le prouvent depuis des années, mais on essaie de se concentrer sur notre bonhomme de chemin, d'avancer. On va essayer de leur donner mal à la tête, mais si on les regarde jouer on va passer une sale soirée. Si on essaie de rivaliser, de les affronter, peut-être que de temps en temps on fera plaisir à notre public.

Qu'est-ce qui est le plus frustrant ?

G.N : Franchement en première période je me suis embêté. Si le match a été parfois brillant c'est grâce à la deuxième. Je leur ai dit (à la mi-temps) qu'ils avaient la chance de porter ce maillot, que jouer deux coups (en première période) ce n'est pas suffisant. La frustration est très grande car on peut gagner sur la fin, mais ce qu'on a fait en première période ne sert pas le travail fait trois semaines. J'espère que la prochaine fois on n'attendra pas une mi-temps, que nous montrerons aussi qu'en tenant le ballon et avec de la vitesse on peut mettre nos adversaires en difficultés.

Contenus sponsorisés