Icon Sport

L'homme de la finale : Baget a encore frappé !

L'homme de la finale : Baget a encore frappé !

Le 05/06/2022 à 19:50Mis à jour Le 05/06/2022 à 21:03

PRO D2 - L’ailier bayonnais Rémy Baget a permis à l’Aviron bayonnais de prendre le large au tableau d’affichage en première période grâce à un exploit individuel, marquant son quinzième essai de la saison.

Rémy Baget est champion de France de Pro D2. Il est aussi meilleur marqueur de la saison, inscrivant à jamais son nom dans les livres d’histoire de la LNR, en portant son total à quinze essais et dépassant ainsi le talonneur d’Oyonnax Benjamin Gélédan. Surtout, cet essai est venu d’un exploit individuel. L’ailier de l’Aviron héritait d’un ballon sorti dans la précipitation d’un ruck juste devant les vingt-deux mètres landais et trouvait un trou de souris le long de la ligne de touche pour filer à l’essai. Avec cet essai, l’Aviron menait déjà 17 à 3. Alors qu’il était resté muet en demi-finale face à Oyonnax, Rémy Baget a frappé au meilleur des moments.

Au retour des vestiaires, ce formidable finisseur se transformait en détonateur. Il réussissait une superbe chistera pour Yann David. Le trois-quarts centre était stoppé juste devant l’enbut montois. Mais cette action était lourde de conséquence puisque Mont-de-Marsan se retrouvait en infériorité numérique (carton jaune de Du Plessis) et Bayonne marquait grâce à Maxime Delonca sur la pénaltouche suivante, douchant les espoirs des coéquipiers de Léo Coly, pourtant bien entrés dans la seconde période. Le score passait alors à 27 à 13. Mais Rémy Baget n’en avait pas encore fini avec Mont-de-Marsan. Moins de dix minutes plus tard, il adressait une passe au pied pour Sireli Maqala en position d’ailier. Le champion olympique fidjien terminait magnifiquement le travail et tuait définitivement le suspense.

Rémy Baget a réalisé une finale à l’image de sa saison, lui qui a su saisir sa chance pour s’imposer alors qu’il n’était pas beaucoup utilisé avant l’été dernier. "J’ai travaillé dur, l’été dernier, pour en arriver-là, expliquait-il au printemps à Rugbyrama, J’ai essayé de commencer fort la préparation physique avec des premiers matchs amicaux costauds pour pouvoir enchaîner dès le début. Je ne voulais pas louper le wagon. Désormais, comme je joue beaucoup plus, je suis également plus en confiance. Je me sens bien dans ce groupe et c’est pour ça que je suis beaucoup plus performant que les autres années. Aujourd’hui, je pense être moins timide dans mon jeu que les saisons précédentes, mais mon jeu n’a pas changé.” En revanche, il a bel et bien changé de statut."

Contenus sponsorisés