Other Agency

Péméja : “Ce groupe a un état d’esprit fabuleux”

Péméja : “Ce groupe a un état d’esprit fabuleux”

Le 18/09/2021 à 09:59Mis à jour

PRO D2 - Le manager de Nevers avait le sourire après le match nul, aux allures de victoire, pour l’USON, qui a ramené deux points de Bayonne (23-23).

Xavier, cette fois, la victoire est pour vous…

Oui, c’est bien. C’est le bel endroit. Avant le match, on s’est dit que si on voulait aller la chercher, c’était ici. Mais il fallait avoir de la solidarité, être exigeant et avoir de la fierté. C’est fait, même si je pense qu’on pouvait faire mieux. Mais nous aurions aussi pu faire moins bien, car notre première mi-temps est très difficile. Je pense que les Bayonnais se sont mangés des essais tout faits et qui nous auraient mis en difficulté.

Qu’avez-vous dit à vos joueurs à la mi-temps ?

Nous étions fortement dominés et nous n’étions menés que 10-9. On s’est donc dit que c’était possible. Notre conquête était bonne. Nous ne subissions pas trop en défense. Bayonne est une équipe très massive et j’avais peur qu’on subisse sur les impacts. Il fallait juste continuer en défense. On savait qu’ils allaient revenir énervés et qu’on allait avoir dix minutes très difficiles. Quand on prend l’essai sur un ballon perdu bêtement, je me suis dit que ça allait être compliqué et je suis très fier de mon groupe, car il a plié, mais n’a vraiment pas lâché. Il est allé chercher le match nul, c’est super.

Avec l’inconstance bayonnaise de ce début de saison, aviez-vous insisté sur le fait qu’il y avait peut-être moyen de l’emporter, aujourd’hui ?

Il y avait peut-être quelque chose à faire, parce qu’ils ne sont pas encore complètement prêts. C’est difficile de descendre, il ne faut pas rêver. Ce n’est pas du tout le même jeu ni la même conquête. Tout change. En plus, lorsque les joueurs viennent ici, ils ont toujours une motivation assez importante. Bayonne a fait un bon début de saison. Aujourd’hui, ils ont peut-être relâché un petit peu, je n’en sais rien. Mais quand on a préparé le match, on n’était pas sur le fait de critiquer l’adversaire, loin de là. On a plutôt montré leurs points forts et je pense qu’aujourd’hui, on a réussi à les contrer. Ils font très mal sur le jeu direct et on a réussi à les contrer, tout comme en mêlée ou sur les ballons portés. C’est positif. On a fait du bon jeu au pied, même si parfois, on a eu de très mauvaises sorties de camp. Mais eux aussi ont pris des points dans ce secteur, donc ça s’équilibre.

Aviez-vous fait un peu tourner votre effectif ?

Nous avions surtout sorti ceux qui avaient déjà fait trois matchs en entier. Il reste une cinquième rencontre dans le bloc. Cette année, j’ai la chance de ne pas avoir beaucoup de blessures. L’an passé, j’avais 18 blessés. Nous sommes donc très vigilants sur le temps de jeu des joueurs, nous avons ajouté beaucoup de récupération. Là où je suis très content, c’est que j’ai un groupe de quarante joueurs et je m’aperçois que je peux être compétitif avec tout le monde. C’est vraiment nouveau. Ce groupe a un état d’esprit fabuleux. Il me manquait cette preuve. Aujourd’hui, ils me l’ont donnée.

Contenus sponsorisés