Icon Sport

Valence-Romans – Rouen : choc en zone rouge

Valence-Romans – Rouen : choc en zone rouge
Par Rugbyrama

Le 16/01/2020 à 16:43Mis à jour Il y a 18 heures

PRO D2 - Les deux clubs situés en position de relégables s’affrontent ce vendredi à Valence. Dans un match qui "compte double" selon les propos des capitaines de chaque équipe, le Normand Jorick Dastugue et le Drômois Thomas Larrieu. Etat des lieux.

Vendredi soir à Pompidou, les deux promus Valence-Romans et Rouen vont s’employer à laisser à l’autre la place de lanterne rouge. Une lutte à trois est lancée en bas du classement entre Aurillac, 14e avec 23 points, Rouen 15e avec 20 points et Valence-Romans, 16e avec 17 points. Malheur à celui qui craquera, notamment dans les oppositions directes.

Des difficultés à s’adapter au championnat

Valence-Romans a débuté son championnat par 8 revers. Batailleurs, les joueurs de Johann Authier ont ensuite validé 3 succès sur les 8 matchs suivants. Et gratté 5 bonus défensifs en tout, utiles dans une lutte où chaque point compte. Mais le VRDR a lourdement chuté à Montauban le week-end dernier (30-3). "On va prendre cela comme un accident, espère le capitaine Thomas Larrieu. Cela faisait environ deux mois que nous avions enfin compris comment la Pro D2 fonctionnait et là, nous n’avons pas mis les ingrédients". Alors que Valence-Romans avait progressé sur le réalisme offensif, l’équipe drômoise s’est cassé les dents sur la défense montalbanaise. "Nous sommes retombés dans nos travers de début de saison" constate le talonneur. Les Damiers avaient alors bien des difficultés à afficher de l’emprise sur les matchs. "Nous jouions un peu comme nous le faisions en Fédérale 1, reconnaît Thomas Larrieu. En prenant énormément de risques. Cela passait l’année dernière mais cette saison cela se paie cash. Désormais, cela va mieux. Je ne dis pas qu’on va gagner tous les matchs mais on arrive à accrocher pas mal d’équipes, avec des résultats serrés. Au moins, nous sommes encore vivants". Malgré 5 revers à domicile au compteur... "Tous ces matchs perdus à la maison, on les regrette mais c’est comme cela, il faut avancer", balaie le capitaine du VRDR.

Comme Valence-Romans, Rouen a quelques difficultés à faire de son stade une citadelle (4 revers). Et si les Normands ont gagné dès la 4e journée (face aux… Drômois, 21-17), ils ont aussi eu du mal à s’adapter à la division. "Oui, cela a été difficile, reconnaît le capitaine Jorick Dastugue. Nous avions pris deux raclées en 15 jours en amical contre Vannes. Et constaté rapidement que la marche était excessivement haute, que nous n’étions pas à la hauteur de l’intensité et du volume de jeu qui se fait en Pro D2. Sur les premières rencontres, nous n’étions pas invités. Et aujourd’hui, nous sommes encore en apprentissage. Malgré quelques joueurs expérimentés, nous sommes une équipe inexpérimentée en Pro D2 et cela se voit. Nous avons perdu plusieurs matchs de justesse. Le week-end dernier nous nous inclinons de manière assez terrible face à Colomiers (29-33) alors que nous menons de plus de 10 points à la 74e. Nous avons pris un coup de massue sur la tête et eu beaucoup de mal à digérer. Il ne faut pas réitérer les erreurs que nous avons pu faire et apprendre de ce match. La frustration peut nous aider dans le combat qui se présente à nous".

Depuis l’entame du championnat, les deux promus ont progressé, Valence-Romans est plus réaliste, Rouen tient mieux sur de longues séquences. "Nous avons évolué en termes de conservation de ballon, confirme le Rouennais Jorick Dastugue. Sur les 3 premiers mois de championnat, nous avions du mal à le tenir, nous nous précipitions, n’arrivions pas à enchaîner les phases. Nous avons un peu corrigé cela et arrivons à faire de longues phases de jeu. C’est de bon augure pour la suite de la saison". Rouen a déjà été proche de s’imposer à l’extérieur. A Soyaux-Angoulême (17-16), à Biarritz (9-5) ou à Provence (13-9), les Normands n’étaient pas très loin de leurs adversaires. "C’est compliqué de dire ce qu’il nous manque sur ces matchs-là, réfléchit Jorick Dastugue. Peut-être un peu de chance. Mais aussi du réalisme et de la discipline, secteur qui nous coûte souvent cher en fin de match".

Le sommet d’en-bas

S’ils réussissaient à décrocher leur première victoire en déplacement dans la Drôme, les Normands s’offriraient un coup de boost en même temps qu’ils placeraient la tête sous l’eau à un adversaire direct. C’est un peu une première finale dans la lutte pour le maintien. "Nous devons relever la tête car c’est un match primordial, lâche le Drômois Thomas Larrieu. Est-ce une finale ? Oh, nous il nous en reste 14 des finales ! Là, c’est un match à 8 points. Car si nous perdons, cela sera très compliqué pour nous. Si nous l’emportons, nous passerons devant eux et puis on regardera un peu devant. A nous de faire le nécessaire. Ce sera un match très engagé et celui qui aura le plus envie s’imposera".

Dans la vallée du Rhône, le vent pourrait aussi une nouvelle fois être un acteur à prendre en compte. "Le scénario va dépendre un peu des conditions climatiques mais cette rencontre sera un match d’avants, pronostique le 3e ligne Jorick Dastugue. Assez frontal, avec du jeu direct. Les joueurs de Valence vont s’appuyer sur les qualités de leur pack et maul. Et nous, nous allons nous battre jusqu’au bout. Cela va être une finale, un match qui compte double". Des deux côtés, il est hors de question de lâcher. "Le tournant, il est là, martèle le Drômois Thomas Larrieu. C’est un match plus que crucial, c’est celui à ne pas perdre et à aborder avec le maximum de détermination". Place au choc !

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0