Icon Sport

Perpignan : une prestation qui confirme la montée en puissance

Perpignan : une prestation qui confirme la montée en puissance

Le 11/12/2020 à 10:05Mis à jour Le 11/12/2020 à 10:07

Pro D2 – Le succès des Catalans dans la Drôme, jeudi soir, a démontré une fois de plus les progrès de l’équipe de Christian Lanta. C’est de bon augure avant d’enchainer deux duels face à des gros, que sont Oyonnax et Colomiers. Et cela confirme un travail de cohésion au sein de l’équipe.

Le scénario de la victoire (9-28) acquise jeudi soir sur le terrain de Valence-Romans ne doit pas être lu uniquement sur le contenu des 80 minutes passées dans la fraicheur du stade Georges-Pompidou, mais il est aussi le résultat d’une sérieuse préparation ayant contribué à ce quatrième succès consécutif et déjà le dixième de la saison. "On a senti toute la semaine que c’était un match très important, lance de suite Jean-Bernard Pujol. Il était important de valider notre bonne dynamique avant de recevoir Oyonnax. Si on veut être dans nos objectifs à la trêve, c’est-à-dire dans le haut du tableau, il fallait gagner ici."

Dans la petite salle de presse et face aux oreilles attentives, l’ailier a par la suite insisté sur la manière dont ce rendez-vous chez un mal classé a été abordé, "avec méthode, pragmatisme et une grosse défense." Une fois dit cela, il est en effet bon de noter que Perpignan n’a plus encaissé d’essai depuis 291 minutes et n’a concédé que 15 points en trois matchs !

" On commence à se retrouver sur les fondamentaux"

Si l’on peut regretter une certaine indiscipline qu’il faudra impérativement corriger avant de défier des gros, l’entraineur de la défense Gérald Bastide estime surtout que c’est "l’enchainement des matchs qui nous fait du bien. On retrouve du rythme, des repères et du tempo. Quand il faut accélérer, on est capable de le faire et c’est intéressant." Ce froid réalisme couplé à une bonne entame a permis de décrocher, en plus de la victoire, un bonus offensif qui pourra s’avérer précieux, mais ce constat amène d’autres effets.

Pour le deuxième ligne Alban Roussel, ce n’est du coup pas une surprise de constater que "l’on commence à se retrouver sur les fondamentaux. En début de saison, on n’était pas forcément content de notre conquête. Mais depuis quelques semaines, on a fait un gros boulot et c’est peut-être aussi pour ça que l’on ne se trouvait pas dans le jeu, que les trois-quarts n’avaient pas de ballons. Car pouvoir lancer le jeu et mettre notre rythme, c’est ce qui nous plait dans un match."

La marge de progression nécessaire à la régularité dans les résultats se situe certainement dans la capacité à atteindre, maintenant, du côté des trois-quarts, le même niveau de performance que celui affiché par les avants depuis plusieurs rencontres. "Ce sont les gros qui nous portent en ce moment, qui avancent tout le temps et qui sont dominateurs, reconnait Jean-Bernard Pujol. Derrière, on n’arrive pas trop à enchainer. On se met le ballon sur la tête… Il va falloir que l’on monte un peu le curseur même si, en défense, nos deux centres font encore un match énorme. On n’a pas trop de feeling, on ne fait pas les bons gestes et on a beaucoup de déchet. C’est une victoire mais il va falloir s’y refiler pour préparer le gros match qui nous attend", face à Oyonnax, à Aimé-Giral, le 18 décembre. Chose est sure, les sourires sont perceptibles aux entrainements de l’aveu du groupe, l’état d’esprit est loué et l’USAP s’est par la même occasion emparée des commandes de la Pro D2.

Contenus sponsorisés