Rugbyrama

Match Amical - Brive : réaction espérée

Brive : réaction espérée

Le 11/08/2018 à 15:12Mis à jour Le 11/08/2018 à 15:21

MATCH AMICAL - Une semaine avant le coup d’envoi officiel de leur saison à bayonne, les Corréziens sont à la recherche de certitudes. pour ce deuxième match de préparation, la conquête sera notamment au centre des attentions.

"C’est en forgeant qu’on devient forgeron." Ce proverbe de vérité est sans doute encore plus vrai pour les Brivistes, qui ont raté dans les grandes largeurs leur première sortie de la saison face à Mont-de-Marsan, les ramenant à une réalité immuable pour tout relégué venu de l’étage supérieur : qu’importe le budget et l’effectif, le Pro D2 ne sera pas aussi simple que ce que certains laissent entendre. Il faudra âprement batailler pour tirer son épingle du jeu et se faire respecter. Certes les Landais demeurent une valeur très sûre de la division. Mais l’ébauche brouillonne montrée à Biars-sur-Cère va servir de piqûre de rappel à la bande à Jeremy Davidson.

" J’attends qu’on ait plus de cohésion dans le jeu et qu’on commence à être plus rigoureux"

Samedi, dans leur chère Corrèze, les Noir et Blanc seront sommés de montrer autre chose. C’était en tout cas le mot d’ordre du manager nord-irlandais en milieu de semaine : "J’attends qu’on ait plus de cohésion dans le jeu et qu’on commence à être plus rigoureux avec nos munitions. Il y a eu trop de ballons tombés (pas moins d’une quinzaine, N.D.L.R), et trop d’imperfections vendredi dernier." Pour Jeremy Davidson, c’est surtout le visage proposé en conquête qui devra être bien différent : "On a focalisé notre travail dessus, cette semaine, et nous devons y voir des progrès. À force d’insister et de travailler dessus, chaque semaine, ça va amener du rythme et des automatismes."

La conquête attendue au tournant

Concerné par l’affaire, l’entraîneur des avants Didier Casadeï ne cherchait pas d’excuses, même si les nombreux mouvements au cours de l’été, au sein du huit de devant briviste, peuvent expliquer la chose. "Nous sommes encore dans une période de rodage, avec beaucoup de rotation de façon à créer de l’émulation au sein de l’équipe. Il y a de jeunes joueurs qui ont tout à prouver. Mont-de-Marsan a évolué avec une équipe très cohérente dans son paquet d’avants alors que nous avions douze nouveaux. ça ne se construit pas en deux secondes! Il faut être indulgent, mais aussi dans une amélioration la plus rapide possible." avançait celui qui va entamer son dixième exercice au poste. L’ancien pilier sait aussi parfaitement qu’"en Pro D2, ce sont toujours les meilleurs en conquête qui montent et qu’entre octobre et mars, il ne faudra pas faire que des doubles sautées".

Brive pourra s’appuyer samedi soir sur le retour du talonneur François Da Ros, qui a purgé son match de suspension. De quoi amener le soupçon et le regain d’agressivité supplémentaire face à une équipe irlandaise qui, elle aussi, a connu du changement au cours de l’intersaison ? C’est espéré. Désormais dirigée par l’Australien Andy Friend -passé par les Brumbies, les Harlequins, le Japon et l’équipe d’Australie à 7- la province de Galway devrait présenter un visage jeune et plutôt inexpérimenté. Quelque peu différent de celui proposé l’an dernier en Challenge Cup, au cours duquel les Irlandais avaient fait régner leur loi à l’occasion de la double confrontation en poules (victoire 31-38 à l’aller à Brive, et 55-10 au retour à Galway). Au CABCL de saisir l’occasion.

Le groupe

Devisme, Goginava, Acquier, Da Ros, Bekoshvili, Jammes, Bamba, Thomas, Uys, Cerqueira, Lebas, Peet Marais, Retief Marais, Lagrange, Narisia, Voisin, Waqaniburotu, Giorgadze, Marques, Delarue, Lobzhanidze, Ugalde, Romanet, Olding, Mignardi, Galala, Petre, Hervé, Müller, Bikadua, Nacebe, Namy.

Pompadour de gala

Ils n’y avaient plus disputé un match amical organisé pour le centenaire du CA Pompadour à l’été 2012 (perdu face à Toulouse 20-22) et forcément on serait tenté de souhaiter la même destinée au CABCL, descendu à l’étage inférieur et auteur à l’époque d’une remontée en Top 14 à l’issue d’une finale remportée face à Pau (30-10). À Pompadour, Brive sera comme chez lui et pour l’ancien arrière international Pierre Villepreux, ancien joueur du CABCL, dirigeant du CA Pompadour, dont le stade porte son nom, et président de l’association CAP 100, « c’est un évènement intéressant pour Brive en termes d’évaluation de possibilité de remontée et de se frotter à une bonne équipe.

Au-delà, c’est un honneur de le faire dans le club où j’ai commencé le rugby. » L’ancien sélectionneur du XV de France a prévu plusieurs manifestations à la hauteur de l’événement. Il n’y aura pas de taureau limousin comme en 2012 pour amener le ballon du match mais deux jeunes filles à cheval du centre de Pompadour spécialisé dans les spectacles équestres. Cinq anciennes gloires du rugby briviste seront quant à elles invitées et présentées au public : Jean-Claude Roques, Pierre Besson, Jean-Luc Joinel, Elios Ruiz, Thierry Van de Put, et Michel Marot. Le coup d’envoi sera donné par l’ancien demi d’ouverture Régis Lespinas, passé par le CABCL et originaire lui aussi de Pompadour.

Contenus sponsorisés
0
0