Icon Sport

Romanet : l’envie de retrouver le Top 14 avec Brive !

Romanet : l’envie de retrouver le Top 14 avec Brive !

Le 11/04/2019 à 18:11Mis à jour Le 11/04/2019 à 18:16

PRO D2 - Après une première saison synonyme de blessures et de descente en Pro D2, l’ancien lyonnais Franck Romanet a su s’imposer sur l’aile du CAB. Humble et travailleur, le jurassien a trouvé à Brive un contexte idéal pour relancer sa carrière et retrouver l’ambition. Celle de remonter en Top 14 et de poursuivre l’aventure dans un club où il arrive en fin de contrat en juin.

Rugbyrama : Franck, Brive vient de s’incliner à Aurillac dans un derby, mais si l’engagement était bien présent on a quand même eu le sentiment que Brive avait la suite déjà en tête …

Franck Romanet : On avait pourtant très bien préparé cette rencontre, avec la volonté d’enchainer les bons résultats de ces dernières semaines et de ramener quelque chose. On est entré dans une période de la saison où tous les points vont compter et où chaque équipe joue quelque chose. Les prétendants aux phases-finales ont connu des difficultés sur cette journée et en ce qui nous concerne, on est surtout tombé sur une équipe d’Aurillac qui jouait un match capital pour son maintien et qui a mis le niveau d’agressivité nécessaire pour l’emporter.

On pointe souvent du doigt votre club pour ses performances à l’extérieur, pourtant Brive possède l’un des meilleurs bilans. On est trop exigeant avec le CAB ?

F. R. : Pour une équipe qui descend de Top 14 avec l’ambition de jouer les premiers rôles et d’essayer de remonter immédiatement, l’impératif de résultat est permanent, à domicile comme à l’extérieur. On joue chaque match avec l’envie de gagner mais toutes les équipes nous témoignent une grande marque de respect en nous recevant comme il se doit et en donnant le meilleur d’elles-mêmes pour nous battre. On a connu des défaites frustrantes, parfois larges en début de saison, mais depuis quelques semaines c’est beaucoup plus serré car tout le monde a besoin de points, à tous les étages. A nous de rester humble et de travailler pour encore améliorer ce bilan et terminer à l’une des deux premières places.

Depuis quelques semaines on sent une très grande détermination dans les attitudes. Il fallait ça pour retrouver une place dans les deux premiers ?

F. R. : C’était quelque chose d’indispensable et on en a vraiment pris conscience pendant la semaine de préparation du match à Nevers. On a fourni un travail toujours aussi important, mais dans les attitudes et les discours, on a senti rapidement une très grande unité du groupe pour ce rendez-vous capital. Au stade, dès l’échauffement j’ai ressenti cette détermination et l’envie de faire basculer cette rencontre de notre côté. On a toujours bien travaillé mais parfois on a eu du mal à reproduire ce niveau d’exigence en match. A Nevers, on a su répondre présent et on a réussi à provoquer ce peu de réussite qui fait basculer un match en notre faveur. Même en toute fin de rencontre, quand Nevers jouait son va-tout, on avait une grande confiance pour résister. Depuis ce match, le curseur est monté d’un cran et c’est important dans l’optique des phases finales.

Pro D2 - Franck Romanet (Brive) face à Nevers

Pro D2 - Franck Romanet (Brive) face à NeversRugbyrama

Dans cette fin de saison excitante qui s’annonce, vous êtes de retour au premier plan, mais surtout au meilleur moment ?

F. R. : On a la chance d’avoir un bel effectif et il existe une concurrence très intéressante sur les ailes, qui nous permet de progresser individuellement comme collectivement. On a connu quelques difficultés en début de saison à mettre en place notre jeu mais à force de travail on a réussi à trouver du liant entre nos avants et nos trois-quarts, qui nous permet d’avoir de bons ballons d’attaque. Dans ce contexte, je prends énormément de plaisir sur le terrain en ayant la possibilité d’enchainer les matchs. Mais je n’oublie pas aussi qu’un ailier profite du bon travail de ses partenaires, alors je prends les choses comme elles viennent et je continue de travailler pour apporter toujours plus à notre collectif.

" Je me sens très bien dans ce club et cette région. J’ai envie de tout donner pour retrouver l’élite avec Brive !"


On sait que votre parcours briviste a été un peu tortueux et marqué par des blessures. Vous voici enfin lancé ?

F. R. : La saison passée a été vraiment très frustrante pour nous tous avec cette descente. J’ai été pas mal blessé et j’aurai aimé aider bien plus mon club dans cette période délicate. J’ai essayé de profiter de ces difficultés pour fournir un gros travail de fond, qui m’a permis d’être tout de suite fin-prêt à plonger dans cette saison de Pro D2. Après cette déception de la descente, on a retrouvé le plaisir et l’envie de pratiquer du beau jeu, moi le premier. Il fallait peut-être que je connaisse cette saison galère pour mieux rebondir et offrir plus encore à mon club cette saison. Aujourd’hui, je ne me pose pas de questions et je prends énormément de plaisir à jouer et à gagner avec le CAB.

Qu’allez-vous apportez à votre club sur cette fin de saison ?

F. R. : Pour moi un ailier doit pouvoir amener du danger et de l’activité à n’importe quel moment et partout sur terrain. Il doit créer une incertitude permanente pour mettre en difficulté une défense et emmener ses coéquipiers vers l’avant. C’est pourquoi j’aime tant ce poste, car il s’adapte bien à mes qualités. C’est toujours agréable de marquer des essais, mais je veux avant tout être au service du collectif pour mettre en avant cette faculté à semer la zizanie dans les défenses adverses et placer mes coéquipiers dans l’avancée.

Brive a été une révélation pour vous, aujourd’hui on vous sent épanoui dans ce club et cette région ?


F. R. : J’ai passé plus de 10 ans du côté de Lyon mais à la base, je viens du Jura. Je n’ai jamais oublié mes origines et la nature compte énormément pour moi pour trouver une forme de sérénité. Elle me permet de me ressourcer, de couper et de récupérer plus facilement. Je ne connaissais absolument pas cette région avant de signer à Brive mais c’est vrai que je me plais énormément en Corrèze, où les gens comme le club et les joueurs m’ont aussi réservé un accueil formidable.

Top 14 - Franck Romanet (Brive) face à son ancien club, le LOU

Top 14 - Franck Romanet (Brive) face à son ancien club, le LOUIcon Sport

Avec la volonté de poursuivre l’aventure, peut-être même finir votre carrière là-bas ?


F. R. : J’arrive en fin de contrat au terme de cette saison et nous avons entamé des discussions avec le club pour une éventuelle prolongation. Il est encore trop tôt pour en parler mais je vais étudier toutes les propositions qui seront faite avant de me décider. Néanmoins Je me sens vraiment très bien à Brive, où je suis en train de terminer mes études de Kiné. J’aimerai avoir l’occasion de continuer et retrouver l’élite avec le CAB l’an prochain, le club aura en tout cas clairement ma priorité.


Et donc retrouver le Top 14 avec le club corrézien ?

F. R. : En début de saison on est entré dans ce championnat avec beaucoup d’humilité suite à la difficile saison passée. On a connu beaucoup de changements, dans l’effectif, le staff mais aussi notre manière de jouer. Il fallait trouver les réglages et je pense qu’on est sur le bon chemin. Maintenant, à trois journées de la fin de la saison régulière, c’est évident qu’on a envie de se qualifier pour les phases-finales et de jouer les premiers rôles pour remonter. C’est pourquoi notre position au classement final sera essentiel pour la suite.

Au classement britannique, Brive est dans le coup pour finir dans les deux premiers. Il s’annonce une belle finale à trois avec Bayonne et Oyonnax que vous affronterez lors des deux dernières journées. Le moment de marquer les esprits ?

F. R. : Ce sont des matchs très importants dans la dernière ligne droite de la saison. On aura la volonté de les jouer à fond bien sûr, mais pour le moment notre priorité c’est ce match de Carcassonne qui arrive vendredi. Ensuite, il sera temps de s’étalonner à nouveau sur ces deux derniers matchs importants et de marquer quelques esprits aussi pourquoi pas. Mais attention, la vérité du mois d’avril n’est pas celle du mois de mai et on sait que toutes les équipes monteront le curseur d’un cran au moment des phases finales.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0