Icon Sport

PRO D2 - Bourg-en-Bresse - Avec Yoann Boulanger, l’USB mise sur un entraîneur du cru

Avec Yoann Boulanger, l’USB mise sur un entraîneur du cru
Par Rugbyrama

Le 22/08/2018 à 16:11Mis à jour Le 22/08/2018 à 16:26

PRO D2 - A Bourg, les dirigeants ont laissé les clés du camion à un entraîneur plutôt méconnu dans le monde professionnel. Mais à un pur Bressan.

A l’occasion de Nevers – Bourg-en-Bresse vendredi, l’entraîneur burgien Yoann Boulanger fêtera ses 36 ans. Sur le podium des « entraîneurs n°1 » les plus jeunes de Pro D2 (derrière Julien Laïrle et PP Lafond), il est toutefois expérimenté puisqu’il mène Bourg pour la dixième saison. Entraîneur des arrières tout d’abord, il cumule désormais avec l’étiquette d’entraîneur principal. Il connait l’USB par cœur, a été acteur des trois montées du club en Pro D2. En tant que joueur la première fois (2008), entraîneur les suivantes (2013 puis 2018).

30 ans à défendre le maillot violet

Bourg-en-Bresse - Rouen

Bourg-en-Bresse - RouenMidi Olympique

Si sa carte d’identité indique Lyon comme ville de naissance, Yoann Boulanger est bien Bressan. Né de parents burgiens, il a grandi à Lent près de Bourg-en-Bresse. Très vite, il porte le maillot violet. De l’âge de 5 ans et demi jusqu’à 27 ans comme joueur (avec l’exception d’une saison au LOU en espoir). Quand l’équipe chute de Pro D2 en Fédérale 1 en 2009, l’USB est en crise.

On fait appel au fidèle pompier de service Franck Maréchal et lui associe Yoann Boulanger, joueur de devoir. Le trois-quart centre range les crampons alors qu’il n’a pas encore 28 ans. Il entraîne déjà les jeunes depuis plusieurs saisons, coacher est une seconde nature pour lui. Depuis, il affirme son côté technique et s’impose petit à petit. "J’ai changé, confie-t-il. Au départ, j’avais tendance à vouloir tout contrôler, tout diriger.

Ce n’est pas ce qui marche forcément. Il faut être capable de poser un cadre mais surtout d’accompagner les joueurs dans celui-ci". Le 3e ligne Adrien Buatier constate l’évolution : "Yoann se remet toujours en question. En 9 ans, je l’ai vu changer sa manière d’appréhender chaque joueur. Il en ressort le meilleur".

" T. Choveau : Yoann est un passionné"

Pour la deuxième saison, Thomas Choveau est son binôme. "Yoann est un homme fiable, qui bosse, aime son club, constate l’entraîneur des avants. Un passionné. Cela impacte l’entraîneur qu’il est. Il veut apporter une pierre à l’édifice de l’équipe". Les inspirations du technicien sont variées. "Sur le plan du jeu, on cherche forcément à s’inspirer des provinces néo-zélandaises mais aussi des Irlandais, glisse Yoann Boulanger. Niveau management, j’aime beaucoup ce qu’a fait Onesta au handball. Et je ne suis pas fermé, on regarde les entraîneurs qui travaillent très bien avec leur collectif comme Deschamps avec l’équipe de France de foot par exemple". L’USB ne peut pas se targuer d’aligner les meilleurs individualités du championnat. "Il faut donc créer un véritable groupe, répond le coach. Compenser nos faiblesses par notre ossature forte. Savoir être joueurs et trier les ballons pour attaquer. Mais aussi être pénibles, démontrer du caractère et s’accrocher".

" L’envie que les joueurs prennent les choses en main"
Bourg-en-Bresse - Rouen

Bourg-en-Bresse - RouenMidi Olympique

Yoann Boulanger peut s’appuyer sur son vécu des deux échecs précédents en Pro D2. " On avait commis des erreurs qu’on va éviter de refaire, espère-t-il. Sur le jeu, on a beaucoup évolué. Avec l’envie que les joueurs prennent les choses en main. On doit être là pour leur apporter du soutien mais pas pour jouer à leur place".

Nouveau venu, l’ouvreur Ioan Debrach apprécie : "Yoann est beaucoup sur l’échange, il n’est pas du tout sur la remarque individuelle mais plus sur ce qui peut faire évoluer le groupe. On peut prendre nos responsabilités". Le centre Arnaud Perret, qui a joué aux côté de Yoann Boulanger en 2008-2009, confirme : "Il est moins directif vis à vis des joueurs.

Avant, il orientait plus sur le choix qu’il fallait faire. Désormais, il laisse le choix et si le joueur l’assume complètement, c’est bon. Il a peaufiné beaucoup de choses au fil des années. De l’extérieur, les gens le voyaient discret quand il n’était pas coach n°1 mais dans le vestiaire, c’était souvent lui qui parlait, qui nous donnait les instructions tactiques et techniques".

S’il est en première ligne avec médias, partenaires et supporters, Yoann Boulanger veut faire valoir le travail de son staff. Avec Thomas Choveau donc, Alexis Lalarme l’analyste vidéo et Brice Cornu et Paul Glaise, les préparateurs physiques.

"C’est toujours un tout et un travail collectif, défend Yoann Boulanger. Le management est partagé. Nous avons une vision plus claire à suivre par rapport au passé. Avec peut-être un peu plus de confiance dans ce que nous voulons faire". Une confiance qui ne l’empêche pas de toujours tout vouloir décortiquer en vidéo. Des matchs de tous niveaux, ceux des équipes adverses à ses propres entraînements, désormais filmés par drone. Manière sûrement de mettre toutes les chances de son côté pour être le premier entraîneur à réussir à maintenir l’USB en Pro D2.

Julien Veyre

Contenus sponsorisés
0
0