Rugbyrama

Pro D2 - Soyaux-Angoulême : la construction se poursuit

Soyaux-Angoulême : la construction se poursuit
Par Rugbyrama

Le 09/07/2018 à 11:50

Pour la deuxième année de suite, le SA XV a réussi à se maintenir, et l'a fait plus tôt cette fois, s'assurant une fin de saison moins agitée. Avec des résultats moyens mais parfois surprenants, les Charentais peuvent même espérer mieux qu'une 13e place.

La jeunesse et l'ambition de Julien Laïrle

Le manager de 33 ans l'a montré l'an dernier : remplir les objectifs fixés n'est pas forcément suffisant. Alors quand le club est quasiment assuré de se maintenir pour sa deuxième année de Pro D2, Julien Laïrle regrette la fin de saison en demi-teinte du club charentais et voit plus grand. Un signe de la grande détermination de ce miraculé de la vie qui a évité de justesse le fauteuil roulant après une mêlée avec les Reichel toulousains à Béziers. Aujourd'hui, pour continuer à progresser, Soyaux-Angoulême peut compter sur l'exigence et la maturité précoce du plus jeune manager de Pro D2.

Julien Laïrle (Soyaux-Angoulême)

Julien Laïrle (Soyaux-Angoulême)Icon Sport

L'évidence Antoine Roger

Le centre fait presque partie des meubles du club charentais. Il est arrivé en 2011, alors que le club était encore en Fédérale 2 et fêtait à peine le premier anniversaire de la fusion. Antoine Roger est l'un des nombreux joueurs à avoir connu les deux montées jusqu'en Pro D2. Avec son état d'esprit il a su apporter un nouveau souffle à son équipe quand il le fallait. Auteur d'une très belle saison, il a confirmé que le club pouvait compter sur lui en signant une prolongation de contrat d'un an.

Antoine Roger - Angouleme

Antoine Roger - AngoulemeIcon Sport

Un jeune club à l'histoire centenaire

Le SA XV évolue maintenant depuis deux saisons dans l'antichambre de l'élite. C'est le fruit d'un long processus de reconstruction initié il y a une dizaine d'années. A l'aube des années 2010 le club d'Angoulême fait la navette entre Fédérales 2 et 3. Les dirigeants décident alors de fusionner avec le RC Soyaux, club fondé en 1965, qui évolue un cran en dessous dans la ville voisine. De son côté le SC Angoumoisin a été créé en 1910 et a su durer plus de 30 ans dans l'élite française. Le nouveau départ de ces deux clubs en 2010 est fulgurant : accession en Fédérale 2 la première année, à l'échelon supérieur deux ans plus tard et montée en Pro D2 en 2016.

Les profils au détriment du nombre

L'intersaison charentaise a surtout été marquée par les départs. Le club s'est séparé de 23 joueurs, partis pour la grande majorité vers la Fédérale 1. Parmi eux, beaucoup sont allés chercher du temps de jeu qu'ils n'avaient pas au stade Chanzy. D'autres ont été des éléments importants du groupe de Julien Laïrle et Rémy Ladauge mais quittent le club eux aussi, c'est le cas du deuxième ligne Victor Lebas, qui rejoint Brive, Ilian Perraux, qui va à Biarritz et Eugène N'Zi, libre de tout contrat. En ce qui concerne les arrivées, le SA XV pourra enregistrer les renforts dacquois Pierre Maurens et Bureitakiyaca, très utilisés l'an dernier et surtout Dylan Hayes, homme-clé de la montée grenobloise. La surprise viendra peut-être du pari Tom Varndell, l'ailier anglais fort d'une riche expérience en Premiership. Le Gallois Craig Mitchell, recruté lui aussi à l'intersaison, ne s'est pas présenté au stage de 5 jours débutant la semaine dernière, ce qui a fortement agacé les deux entraîneurs.

Vidéo - Soyaux-Angoulême : les profils au détriment du nombre

01:31

Ambitions revues à la hausse

C'est désormais la troisième saison du SA XV en Pro D2, ce qui signifie que l'année de la "confirmation", supposée la plus difficile, est passée. De plus certains résultats l'an passé laissait suggérer que le potentiel charentais pouvait prétendre à batailler pour les 6 premières places. On retient notamment les deux victoires face à Béziers. Cependant pour espérer accrocher un barrage, il faudra beaucoup plus de régularité, ce qui a manqué la saison dernière, et une entame plus sérieuse pour lancer une bonne dynamique dès les premières semaines.

Par Quentin Put

Contenus sponsorisés
0
0