Icon Sport

Pro D2 - Biarritz : Brusque de retour à la présidence ?

Biarritz : Brusque de retour à la présidence ?
Par Rugbyrama

Le 29/05/2018 à 12:05

Si un terrain d’entente a bien été trouvé entre le clan Ledoux-Gufflet et le clan des "Hongkongais" qui va faire de Louis-Vincent Gave le nouvel homme fort du Biarritz olympique, les cartes vont bientôt être redistribuées en interne. Et l’ancien président, Nicolas Brusque, pourrait revenir aux manettes.

La situation tendue du Biarritz olympique, au point mort depuis un certain temps, est donc en passe de trouver une issue. Il faut dire que les derniers jours avaient été agités. Relégué par la DNACG en Fédérale 1, le club basque - au-delà d’une obligation de combler son déficit - était en proie à un conflit sans précédent au niveau de sa gouvernance. Les discussions, qui ont eu lieu ce lundi et qui ont permis de trouver un terrain d’entente entre le clan Ledoux-Gufflet, qui dirigent le BO depuis plusieurs semaines, et le clan Gave, aussi appelé celui des "Hongkongais" sur la Côte basque, alliés de circonstance des "historiques" du club dont Serge Blanco et Nicolas Brusque, vont redistribuer les cartes en interne.

Ce lundi, Midi Olympique révélait qu’un accord était en vue entre les deux parties. Le scénario imaginé était le suivant : voir le clan Gave, incarné aussi par son homme de terrain Jean-Baptiste Aldigé, revenir au pouvoir, tout en laissant Bruno Ledoux et Benjamin Gufflet au sein de l’actionnariat (le premier restera à coup sûr actionnaire minoritaire). Cela en prend clairement le chemin. Louis-Vincent Gave sera ainsi le prochain homme fort fort du club et Benoît Raynaud, nommé président le 1er avril dernier, sera bientôt amené à quitter ce poste.

Avec qui pour le remplacer ? Si le Biarritz olympique n’est pas à l’abri de nouveaux rebondissements, plusieurs sources assurent que Nicolas Brusque pourrait revenir aux manettes opérationnelles. L’ancien arrière international a déjà occupé cette fonction d’août 2015 jusqu’au 5 février dernier quand il avait été mis en minorité. En attendant que l’accord soit acté, les différentes nominations pourraient être entérinées lors de l’Assemblée générale du 6 juin.

Contenus sponsorisés
0
0