Icon Sport

Grenoble, le titre plus la montée

Grenoble, le titre plus la montée

Le 05/05/2018 à 11:08Mis à jour Le 05/05/2018 à 17:49

C’est devenu leur leitmotiv : davantage que l’ascension en Top 14 à laquelle de nombreux joueurs ne pourront goûter, les Grenoblois visent un titre de champion de France de Pro D2 pour honorer leurs partants et conclure en beauté leur aventure humaine. Match à suivre en direct sur Eurosport 2 demain à 15h.

Tout le monde l’a oublié, ou presque, la faute à cette formule précédente qui faisait du premier de la phase régulière le champion, et du vainqueur des phases finales le deuxième promu. Mais cette saison, c’est bien un titre de champion de France de pro D2 qui va se jouer sur la pelouse d’Ernest-Wallon, la montée en Top 14 n’en étant que la conséquence... Un enjeu supplémentaire que l’entraîneur des trois-quarts du FCG, Stéphane Glas, a volontairement choisi d’éluder. "Honnêtement, on n’a pas trop parlé de titre ou d’accession cette semaine. On s’est surtout préoccupés de ce que l’on pouvait mettre en place stratégiquement et tactiquement pour gagner un match de rugby. Le reste, ce ne sera que la conséquence de ce que l’on peut faire sur le terrain."

Stephane Glas - Entraîneur des trois quarts - Grenoble

Stephane Glas - Entraîneur des trois quarts - GrenobleMidi Olympique

Mais ce reste, c’est justement ce qui motive ses joueurs, à l’image de tous les partants (Taumalolo, Hayes, Mélé, Hunt, Taufa, pour ne citer qu’eux) qui quitteront le navire à la fin de saison, et ne goûteraient pas les fruits d’une éventuelle montée en Top 14. "Ce que ces garçons font en ce moment, c’est remarquable, loue le directeur sportif Franck Corrihons. Ils ont envie de terminer ensemble de la meilleure des façons, pour le club, en faisant fi de leur situation personnelle. Un mec comme Nigel Hunt a toujours compté dans la vie du groupe, mais il s’est impliqué cette saison dans son rôle de leader comme il ne l’avait peut-être pas toujours fait ces dernières années. Pour Sona Taumalolo, c’est la même chose. Et quand on voit les performances que ces mecs-là ont été capables de réaliser à Montauban, on ne peut être que respectueux." "Cette saison, nous avons pu nous appuyer sur une vraie solidarité au sein de ce groupe, alors que nous étions partis de rien, confirme le deuxième ligne Hans Nkinsi. Maintenant, pour tous les anciens qui vont nous quitter, on a vraiment envie de partager un titre. Une montée, c’est quelque chose de fabuleux. Mais un titre, c’est encore autre chose, ça rend cette finale encore plus savoureuse. On peut vraiment vivre quelque chose d’extraordinaire."

David Méle - Grenoble

David Méle - GrenobleIcon Sport

" Se poser la question de mon intégrité est absurde, Mélé"

À commencer, évidemment, par le demi de mêlée et buteur David Mélé, qui quittera le FCG pour son club formateur de l’Usap à l’intersaison. Lequel voit justement dans la quête du Bouclier la meilleure raison de ne lui prêter aucun procès d’intentions, dans cette situation un brin schizophrénique. "Pour avoir eu la chance de soulever le Bouclier de Brennus avec l’Usap en 2009, je sais que c’est quelque chose qui marque à vie, estime le plus Catalan des Grenoblois. Des années après, on se réunit, on fête les cinq ans, les dix ans... Les titres forgent les amitiés, c’est quelque chose qu’on ne peut pas enlever. C’est pourquoi, se poser la question quant à mon intégrité est d’autant plus absurde. Ce que je veux, c’est très clair : je veux être champion de France, pas que mon futur club le soit ! D’autant qu’au sujet de l’accession, le perdant aura encore une chance de l’obtenir en passant par le barrage contre le 13e du Top 14…"

Faka Taumalolo - Grenoble

Faka Taumalolo - GrenobleIcon Sport

Une perspective en vue de laquelle le FCG pourrait se poser quelques légitimes question, à force d’enchaîner les matchs à haut niveau et de tirer sur la corde de ses "papys", tandis qu’Oyonanx et le Stade français reposeront logiquement certains de leurs cadres ce week-end, au cas où… "Certains des garçons qui enchaînent les matchs ont certes un âge un peu avancé, mais ils sont si performants en ce moment que je ne me fais pas de souci pour eux, réplique Corrihons. Sincèrement, je ne suis pas inquiet au sujet de notre fraîcheur. Et de toute façon, nous sommes trop focalisés sur le match de dimanche pour penser à quoi que ce soit d’autre. Chaque chose en son temps. Cela reste une finale, pas un simple match d’accession, et nous ne l’oublions pas. Depuis quelques semaines, c’est même ce qui fait la force de cette équipe : ils ne parlent pas de l’an prochain, mais du titre qu’ils peuvent aller chercher ensemble. L’aventure humaine n’est liée à rien d’autre. C’est un titre qu’ils veulent." Dans l’optique duquel le plus dur reste encore à faire.

Match à suivre en direct sur Eurosport 2

Contenus sponsorisés