Midi Olympique

Auch revoit ses ambitions

Auch revoit ses ambitions
Par Rugbyrama

Le 11/11/2008 à 09:15Mis à jour

Le FC Auch Gers reste coincé dans la deuxième partie du classement en raison d'un manque de résultats loin de ses terres. L'objectif initial de se qualifier pour la phase finale paraît bien loin pour un club qui parle de nouveau de maintien.

Dixième après son revers à Oyonnax (25-9), le FC Auch Gers n'arrive pas à quitter la deuxième partie du classement du Pro D2. Si une descente est toujours difficile à gérer, les Gersois ne s'attendaient pas à batailler pour sortir du ventre mou du championnat puisque une place qualificative pour les demi-finales était l'objectif du club en début de saison. Les résultats mitigés (aucune défaite à domicile, aucune victoire à l'extérieur) poussent aujourd'hui les entraîneurs et dirigeants à revoir leurs plans de bataille : "D'abord il faudra se maintenir et après on verra où on pourra se classer", constatait le président Bernard Laffitte dans les colonnes de la Dépêche du Midi après le revers dans l'Ain. "C'est la première fois que les seize équipes peuvent jouer le haut comme le bas du tableau. On assiste à des surprises à chaque journée. Lors de la dernière, Bourg-en-Bresse a failli s'imposer à Narbonne. Ce championnat est vraiment très serré. Et on n'est pas au bout de nos surprises."

L'apport d'Elissalde

Personne ne veut pourtant s'inquiéter dans le camp auscitain. "Auch continue de travailler en faisant confiance à ses jeunes du centre de formation. C'est sa vocation. Et je suis certain que l'on y arrivera." Il est évident que le jeu auscitain n'est pas encore en place malgré une conquête qui donne satisfaction. Jean-Pierre Elissalde a ainsi été appelé pour travailler pendant sept séances d'entraînement le "mouvement général". Conquête et combat, les deux mamelles des succès gersois ces dernières années en Pro D2 ne suffisent plus. "Les joueurs ont répondu présents dans l'engagement, dans le combat", confessait l'entraîneur Pierre-Henry Broncan à Oyonnax, "Mais cela ne suffit pas." Dans un championnat surprenant, le FCAG se doit d'être plus innovant pour retrouver les honneurs du haut du tableau.

Contenus sponsorisés