Icon Sport

TOP 14 - Vern Cotter, abonnement demi-finales

Cotter, abonnement demi-finales
Par Rugbyrama

Le 25/05/2018 à 15:12

Le talentueux technicien néo-zélandais, de retour en France cette année pour entraîner Montpellier, va disputer sa huitième demi-finale de Top14 sur neuf possibles.

Après trois années passées dans le froid écossais, à œuvrer pour sortir le XV du chardon des brumes dans lesquelles il était plongé depuis de trop nombreuses saisons, l'exercice 2017-2018 a vu Vern Cotter revenir en France afin de prendre les rennes d'un Montpellier qui peine à éclore au plus haut niveau. L'annonce de son rapatriement dans le pays qui l'a vu s'affirmer en parangon de réussite rugbystique a fait trembler bien des entraîneurs de clubs.

En effet, lors de ses huit années passées sur le banc de l'ASM, le néo-zélandais a sorti les "jaunards" de leur torpeur montagnarde pour les hisser tout près des sommets du rugby français et européen. Cela grâce à une régularité presque hors du commun, avec sept demi-finales de Top 14 disputées sur huit possibles.

Louis Picamoles et Nicolaas Van Rensburg (Montpellier)

Louis Picamoles et Nicolaas Van Rensburg (Montpellier)Icon Sport

Cette faculté à tirer le meilleur d'une équipe et de ses joueurs s'est une nouvelle fois confirmée cette année, puisque les Montpelliérains ont fini solides leaders d 'un championnat qu'ils dominent depuis la 15ème journée. Bien loin de l'air frais du Massif Central, Vern Cotter a su s'adapter à la chaleur de l'Hérault pour constituer une équipe qui s'est affirmée comme étant la meilleure à l'issue de la phase régulière. Suite à cet exercice rempli avec brio, il va disputer ce vendredi soir sa huitième demi-finale de top 14 sur neuf possibles.

Si Vern Cotter a presque toujours atteint les demi-finales du championnat français, il pêche en revanche dans les moments cruciaux, comme le montre son seul Brennus remporté en 2010 avec Clermont. Une victoire contre Lyon lui permettrait alors de s'ouvrir les portes d'une finale qui lui tend les bras. Et pourquoi pas, de remporter nouveau titre de Champion de France.

Par Rafael Sadaca

Contenus sponsorisés
0
0