Icon Sport

Champions Cup: Les adversaires anglais des clubs français passés au crible

Ce qu'il faut savoir des adversaires anglais des clubs français

Le 01/04/2015 à 17:35

Northampton, leader du championnat anglais, pour Clermont, les Saracens, finalistes de la Coupe d’Europe en 2014, pour le Racing-Metro et les Wasps, en reconstruction actuellement, pour Toulon. Ce sont trois mini-crunch auxquels on va assister ce week-end lors des quarts de finale de la Champions Cup. Analyse de ces clubs anglais.

L’adversaire de Clermont: Northampton

Avec dix points d’avance sur les Saracens après 18 journées, les Saints de Northampton dominent le championnat anglais après avoir déjà été sacrés en 2014. L’an dernier, ils avaient réussi un doublé en s’adjugeant aussi la Challenge Cup. En Champions Cup cette saison, ils ont reçu une grosse claque à domicile contre le Racing-Metro (8-32) en poules et ne se sont qualifiés pour les quarts de finale qu’en tant que meilleur deuxième (deux victoires sur Trévise et les Ospreys). "C’est une équipe super équilibrée. Ils ont l’expérience en Europe. Ils sont super puissants, ont une bonne touche, une bonne mêlée et réalisent de bons ballons portés. Myler, le numéro 10, contrôle bien le jeu et c’est un bon buteur", précise Bernard Jackman, l’entraîneur en chef de Grenoble, qui connaît bien Jim Mallinder, le directeur du rugby des Saints pour l’avoir eu comme entraîneur à Sale au début des années 2000. Jackman estime qu’il faudra pour Clermont surveiller les deux frères Pisi, George, le centre, ancien de l’ASM, et Ken, l’ailier. Ce dernier est celui qui a gagné le plus de mètres pour son équipe, 449, lors de la phase de poules et réalisé le plus de passes au contact (offloads), 10.

George Pisi (Northampton)

George Pisi (Northampton)Icon Sport

Mais le plus gros danger des Saints se nomme sans doute Samu Manoa (1,98 m, 123 kg), le numéro huit américain, futur toulonnais. "Il est impressionnant. C’est un joueur qui est capable de faire des différences", selon Jackman. Northampton compte aussi dans ses rangs de nombreux internationaux anglais comme Hartley, Lawes, Wood, Burrell ou Foden, plus le Gallois George North, mais celui-ci manquera le choc contre Clermont après avoir subi un troisième K.O en huit semaines. "Avec les Saints, si Clermont donne trop d’espaces et de temps, ils vont marquer", pense Jackman. Nothampton est tout simplement l’équipe qui inscrit le plus d’essais en Champions Cup cette saison, 25, dont 7 de North, meilleur marqueur de la compétition. Il dispose également en Calum Clark, troisième ligne aile, du joueur qui a réussi le plus de plaquages dans cette Coupe d’Europe, 78. Et les Saints aiment bien la France. En trente déplacements dans l’Hexagone, ils se sont imposés 14 fois, soit un taux de 47 % de victoire.

L’adversaire du Racing-Metro: Saracens

Deuxièmes de Premiership, finalistes de la H Cup l’an dernier contre Toulon, les Saracens sont une valeur sûre en Europe. Cette saison, ils ont battu Clermont à domicile (30-23) mais ont chuté à Marcel-Michelin (18-6), terminant deuxièmes derrière les Clermontois mais devant le Munster, dans une poule très relevée. En championnat, ils ont dominé le week-end dernier, à Wembley, les Harlequins, 42-14, devant 84 068 spectateurs, record du monde pour un match de club. "C’est une philosophie sud-africaine. En termes de style de jeu, c’est occupation, jeu au pied, ballons hauts, pression. Ils sont très focalisés sur la défense", précise Bernard Jackman. Les Saracens sont capables d’enchaîner de très longues séquences de jeu sans lâcher le ballon. Le numéro huit anglais Billy Vunipola pour avancer, le Namibien Jacques Burger redoutable plaqueur, l’Ecossais Kelly Brown pour la touche (ou Jackson Wray), la troisième ligne est très complémentaire. A l’arrière, Alex Goode est très à l’aise pour relancer, sous les ballons hauts et possède un jeu au pied assez long. L’ailier Chris Ashton est le finisseur de l’équipe. Il a inscrit un doublé contre les Quins et en est déjà à quatre en Champions Cup cette saison.

Alex Goode (Saracens)

Alex Goode (Saracens)Icon Sport

"À titre personnel, ce sera le plus gros match de la saison", annonce l’Anglais, non retenu par Lancaster lors du denier Tournoi des Six Nations, sur le site de l’EPCR. "J'espère que je pourrai reproduire ma performance de samedi dernier, même si je pense que ce sera très dur de s'imposer à Paris. Nous avons été bons face aux Harlequins, mais nous avons aussi rendu trop de ballons. Le Racing possède un pack très performant, très physique. On les a joués il y a deux saisons et rien n'avait été simple lors des débuts de match". Certes mais les Sarries s’étaient imposés deux fois, 30-13 en Angleterre et 37-28 à Nantes. Le Racing sait à quoi s’attendre. Les Saracens pourront compter sur Charlie Hodgson, meilleur réalisateur de l’histoire de la Premiership avec 2 440 points inscrits, mais seront privés sur blessure de leur numéro 10 Owen Farrell, "une grosse perte pour eux", selon Jackman. L’Irlandais les considère en-dessous des Saints. "Je crois que Northampton est plus dangereux que les Saracens. Les Saracens sont très structurés et précis mais en attaque ils sont plus prévisibles". L’entraîneur en chef du FCG ne les voit pas remporter la Coupe d’Europe cette saison.

L’adversaire de Toulon: Wasps

Les Wasps connaissent une période compliquée actuellement. Sixièmes de Premiership, avec un bilan de neuf victoires, un nul et huit défaites, ils viennent d’être battus par Northampton (52-30) après avoir perdu à domicile contre les Saracens (17-26). En Champions Cup, ils ont terminé deuxièmes de leur poule, devancés par le Leinster qui reçoit Bath dans le dernier quart de finale. "Les Wasps ont un nouveau projet. Historiquement, il avait des joueurs comme Dallaglio. Ils ont eu des problèmes financiers, maintenant ils ont un nouveau président qui est riche. Ils ont déménagé à Coventry. C’est une équipe qui va monter, mais à l’extérieur, à Toulon, ça va être difficile pour eux", estime Bernard Jackman. Et puis, après le match que Toulon a fait contre Toulouse, je crois que le RCT va être très concentré.

Andy Goode (Wasps)

Andy Goode (Wasps)Icon Sport

Les Wasps disposent de deux gros atouts: leurs ailiers Tom Varndell et Christian Wade. En vingt matchs cette saison, Wade a inscrit treize essais. Ils possèdent aussi une belle troisième ligne avec Nathan Hughes en numéro huit et Ashley Johnson et James Haskell sur les ailes. Oui mais Hughes sera suspendu dans le Var. C’est lui qui a mis K.O George North avec son tibia alors que l’ailier gallois marquait en coin. C'est une grosse perte pour les Wasps car il est le joueur de son équipe en Champions Cup qui a réussi le plus de passes au contact, douze, qui a gagné le plus de terrain, 290 mètres et qui a inscrit le plus d’essais, trois. A l’ouverture, on retrouvera une vielle connaissance en la personne de l’ancien briviste Andy Goode. A noter que l’équipe des Wasps est celle qui a réussi le plus de plaquages en Champions Cup avec 886.

Contenus sponsorisés