Getty Images

Vakatawa : "C’est notre défense qui nous a fait gagner"

Vakatawa : "C’est notre défense qui nous a fait gagner"

Le 22/09/2019 à 13:08Mis à jour Le 22/09/2019 à 13:36

COUPE DU MONDE 2019 - C’était l’un des paris du staff des Bleus, la titularisation de Virimi Vakatawa s’est avérée payante. Le trois-quarts centre revient sur la performance et l’émotion autour de ce match.

Rugbyrama : Quelle sentiment prédomine après ce succès face à l’Argentine ?

Virimi Vakatawa : On est vraiment content de cette victoire sur la fin. On savait que ça n’allait pas être facile mais on s’est battu jusqu’à la fin pour aller chercher cette victoire et bien commencer, bien lancer cette Coupe du Monde au Japon. Ça a été vraiment dur. Il y a du soulagement et de la joie. Ça fait du bien dans nos têtes et ça aide à bien préparer le deuxième match qui arrive.

Quelle dimension donner à ce succès, au regard de ce scénario ?

V.V. : On fait 40 bonnes premières minutes, et à la mi-temps on nous a prévenu que les Argentins pouvaient revenir. C’était un premier match, eux aussi voulaient nous battre. Mais on n’a pas lâché alors que l’on n’a pas eu beaucoup de ballons en seconde période. Notre défense nous a fait gagner ce soir.

Comment expliquez-vous ce passage difficile au retour de la mi-temps ?

V.V. : En deuxième mi-temps, on savait que les Argentins allaient essayer de récupérer la possession du ballon. Donc quand tu ne fais que défendre pendant 15 ou 20 minutes, ça commence à être dur. On est donc content de ne pas avoir lâché.

" Quand j’ai chanté La Marseillaise, j’ai pensé à ma mère et à toute ma famille"

D’un point de vue personnel, être titulaire sur un premier match de Coupe du Monde, comment avez-vous vécu cela ?

V.V. : Je n’avais qu’une seule chance sur cette Coupe du Monde car si je m’étais raté, je pense que la Coupe du Monde s’arrêtait pour moi… Il y a aussi Wesley (Virimi Vakatawa ignorait encore le forfait de Fofana, ndlr), Gaël (Fickou) et Sofiane (Guitoune) qui sont là depuis deux mois. J’ai donc ressenti beaucoup de sérénité et de joie pour ma première Coupe du Monde avec le XV de France. Il y avait beaucoup d’émotion. Tout ça m’a motivé.

Comment avez-vous aussi vécu cette titularisation au centre, sachant que vous avez su vous montrer décisif !

V.V. : Je n’avais pas de pression ! Je suis content mais c’est le travail de toute l’équipe que l’on a vu. On est ensemble, on ne lâche pas. Ce n’est pas une personne qui fait gagner l’équipe mais le collectif.

L’émotion, vous l’avez également ressentie pendant l’hymne ?

V.V. : Je jouais aussi pour ma mère qui est décédée il n’y a pas longtemps. Alors quand j’ai chanté La Marseillaise, j’ai pensé à elle et à toute ma famille aux Fidji, eux qui me soutiennent toute l’année.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0