Midi Olympique

Brunel : "Je suis dans ma Coupe du monde"

Brunel : "Je suis dans ma Coupe du monde"

Le 13/10/2019 à 12:51

COUPE DU MONDE 2019 - Après plusieurs jours de pause médiatique, aucun joueur ne s'est présenté en conférence de presse ce dimanche à Oïta. Seul le sélectionneur Jacques Brunel est venu répondre aux différentes interrogations. Après un préambule sur le cas de Thomas Ramos (lire par ailleurs), il a clairement affiché ses ambitions pour la suite de la compétition.

Ne pas avoir disputé la rencontre face à l'Angleterre, est-ce un avantage ou un handicap ?

Est-ce un bien ou un mal de ne pas jouer ? On sera pénalisé ou plus frais ? Personne ne peut le dire… Foncièrement, moi j’aurais préféré jouer contre l’Angleterre, l’une des grosses équipes de la compétition. Ça aurait été bien de se confronter à eux avant un quart de finale afin de savoir vraiment où on en était. Et je suis sûr que les imperfections de nos premiers matches auraient été moindres sur cette rencontre. Comme elles le seront contre le pays de Galles…

Comment gérez-vous cette période sans match pour ne pas être pénalisé par l’absence de rythme ?

On a mis en place des entraînements qui s’apparente à un match dans leur intensité et leur durée. Ce qui est important, c’est que nous allons disputer un quart de finale et que pas grand-monde ne nous y voyait. Nous, on a y toujours cru. On a une équipe certes jeune, avec des jeunes joueurs aussi aux postes-clés. Ils ont le talent et l’inconstance de leur âge. On essaie de pallier à cela. De leur laisser leur enthousiasme tout en leur donnant des repères plus forts pour que l’équipe soit meilleure. Mais on est capables de très belles choses, même avec notre inconstance. C’est notre force.

Quelles sont les nouvelles d’Antoine Dupont, qui souffre du dos ?

Il a des petits problèmes qui durent depuis longtemps. On l’a laissé au repos et ça lui a fait le plus grand bien. Aujourd’hui, il s’est un peu entraîné. Il fait des soins en plus. Je ne suis pas inquiet. Tous les joueurs qui sont là sont en état de jouer ce match. Ou un autre. Et j’espère qu’on n’aura pas d’autres joueurs à faire rentrer en France.

La composition d’équipe sera-t-elle la même que celle que vous auriez aligné contre l’Angleterre ?

On n’a pas eu le temps de vous la présenter. Et je ne vous la dirai pas.

Si l’on vous dit qu’en jouant au même niveau qu’en phase de poule, ça ne suffira pas face aux Gallois…

On est inconstant depuis deux ans, cinq ans, dix ans. Mais en 2018 on perd 14-13 à Cardiff et en 2019 avec la façon dont on sait à Paris (la France menait 16-0 à la pause, pour finalement s’incliner 19-24, NDLR). On n’était pas mieux structuré qu’aujourd’hui. Donc nous verrons.

Fickou - France-USA - 2019 World Rugby Championship Japan - Getty Images

Fickou - France-USA - 2019 World Rugby Championship Japan - Getty ImagesGetty Images

Le but, cette fois, sera de tenir 80 minutes ?

Oui. Mais on a certainement péché par notre manque de maîtrise également. Mené 16-0 à la mi-temps, le pays de galles n’a pas changé sa stratégie mais nous commettons des erreurs dans notre camp qui leur donne le contrôle de la partie. Le match bascule par notre manque de maîtrise.

Le XV de France a-t-il fait des progrès dans la maîtrise ?

Non (petit rire). Mais on va essayer de retenir la leçon.

On a l’impression que, depuis quelques jours, l’équipe de France se referme, se calfeutre…

Il n’y a rien, aucun blocage par rapport aux médias. Aucun problème. Chacun fait son métier. On accepte la critique on en tient compte pour essayer essaie d’être meilleurs.

Vous semblez revanchard. Est-ce pour donner tort aux critiques ?

Ce n’est pas une revanche, c’est un constat. Si nous vous avons bien lu, pas grand-monde ne nous voyait battre l’Argentine et sortir de la poule. On est là. Maintenant à nous de faire un parcours sur la trace de nos prédécesseurs.

On vous sent combatif quand même…

Oui. Je suis dans ma Coupe du monde. C’est ma dernière et je veux la réussir. C’est également le cas des joueurs qui disputent eux-aussi leur dernière Coupe du monde. Et j’y vois un bon signe..

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0