Reuters

Le bilan des Bleus

Le bilan des Bleus
Par Rugbyrama

Le 29/12/2007 à 18:50Mis à jour

Plus noir que tout rose... En demi-teinte en tous les cas. Le bilan des Bleus pour 2007 est mitigé. Malgré leur victoire dans le Tournoi des 6 Nations, c'est l'élimination en demi-finale de Coupe du monde que tout le monde retient.

La victoire de Croke Park (11.02.2007).- C'est le premier coup d'éclat des Bleus en 2007. Victorieux de l'Italie 39-3 au Flaminio lors du match d'ouverture du Tournoi, les Tricolores s'imposent 20-17 une semaine plus tard à Croke Park. Ce stade, symbole de la résistance irlandaise à la couronne britannique, n'avait jamais accueilli de match de rugby auparavant. L'histoire retiendra donc que c'est la France qui y a gagné pour la première fois, grâce à un essai de génie de Vincent Clerc à la 78e.

La blessure de Sylvain Marconnet (04.03.2007).- Le pilier de l'équipe de France, parti en week-end au ski avec sa famille, est victime d'une double fracture tibia-péroné. Premier diagnostic : trois à quatre mois d'indisponibilité. Or, le Parisien ne parvient pas à revenir à temps pour le Mondial. Malgré des efforts incommensurables, il se blesse de nouveau à sa cheville en août. Du coup, le staff des Bleus intègre Nicolas Mas dans la liste des 30 mais le métier de Marconnet fera défaut au XV de France pendant toute la Coupe du monde. Il n'a d'ailleurs toujours pas repris la compétition.

La défaite en Angleterre (11.03.2007).- Alors que le Grand Chelem leur tend les bras, les Français se prennent les pieds dans le piège anglais. Les champions du monde, jusque-là moribonds, étouffent les Bleus dans toutes leurs tentatives et s'appuient sur la réussite de Flood et Geraghty pour l'emporter 26-18. Un coup de frein pour les coéquipiers de Raphaël Ibanez qui sauvent quand même les meubles en remportant le Tournoi, une semaine plus tard, grâce à leur victoire sur l'Ecosse (46-19).

La tournée catastrophe en Nouvelle-Zélande (02.06 et 09.06.2007).- Le calendrier pose toujours autant de problèmes, spécialement en cette année de Coupe du monde. Du coup, la tournée en Nouvelle-Zélande se chevauche avec les demies et la finale du Top 14. Amputé de ses meilleurs joueurs, le XV de France part aux antipodes avec un groupe volontaire mais inexpérimenté (seuls Ibanez, Bruno, Papé et Chabal sont rescapés du Tournoi) qui ne fait pas le poids face aux All Blacks. Il est défait une première fois à Auckland, 42-11, avant d'encaisser la plus lourde défaite de son histoire à Wellington une semaine plus tard, 61-10.

L'annonce de la liste des 30 (14.06.2007).- Le staff des Bleus officialise les noms des 30 joueurs retenus pour disputer la Coupe du monde en France. Plusieurs surprises y figurent : les absences de Pascal Papé, Florian Fritz et Dimitri Yachvili, la présence de quatre ailiers, de Sylvain Marconnet malgré sa blessure ou le choix placer Sébastien Chabal en deuxième ligne. Cette liste sera retouchée quelques jours plus tard avec l'annonce du forfait d'Elvis Vermeulen (hernie discale), remplacé par Thierry Dusautoir.

Une Coupe du monde ratée (02.09 au 21.10.2007).- Tous les membres de l'équipe de France l'avouent à la fin de la compétition : LEUR coupe du monde est ratée. Il y a bien cette victoire en quart de finale contre les All Blacks à Cardiff (18-20), qui a fait rêver les amoureux de rugby du monde entier, mais elle n'occulte pas l'élimination en demi-finale contre l'Angleterre (14-9) et les deux corrections infligées par l'Argentine lors du premier et du dernier match (17-12 et 34-10). Les Tricolores, qui ont été portés par leur public comme jamais, n'ont pas tenu leurs promesses.

Le changement de staff (25.10.2007).- Après huit ans d'ère Laporte, le rugby français change de main avec la nomination de Marc Lièvremont à la tête du XV de France. Une victoire pour la DTN puisque l'entraîneur de Dax est nommé avec d'autres techniciens passés par le giron fédéral, Emile Ntamack et Didier Retière, sacrés champions du monde avec les Moins de 21 ans en 2006. Le nouveau staff veut s'imposer dans un autre style, plus porté vers le jeu qui a tant manqué aux Bleus pendant le Mondial.

Contenus sponsorisés