Icon Sport

Clermont doit retrouver un esprit de requin à Sale

Clermont doit retrouver un esprit de requin à Sale

Le 16/12/2021 à 13:42Mis à jour Le 16/12/2021 à 13:46

CHAMPIONS CUP - Avec une défaite à domicile pour la première journée de la coupe d’Europe face à l’Ulster, l’ASM-Clermont n’a déjà plus d’autre choix que de réussir un coup ce samedi (16h15) sur la pelouse de Sale. Pour triompher des Sharks, Clermont doit retrouver un esprit de requin, pour des joutes européennes qui ne laissent toujours que très peu de marge d’erreur.

Si Clermont s’est incliné seulement dans les ultimes minutes face à l’Ulster samedi dernier dans son antre de Michelin (23-29), l’entraîneur en chef Jono Gibbes, n’a pas vraiment apprécié la première période de son équipe et reste conscient que l’ASM s’est tiré une balle dans le pied, dès le premier match de coupe d’Europe : « Quand on est mené de 16 points comme cela a été le cas en première période, c’est difficile de pouvoir gagner le match ensuite. On a raté nos vingt premières minutes sur le plan de la discipline, sans avoir la possession du ballon, mais aussi en donnant des points faciles et en manquant d’intensité dans nos actions. »

Même si ensuite son équipe a pu relever la tête, le Néo-Zélandais sait dorénavant que ses joueurs n’ont plus le droit à l’erreur : « Quand on a revu le match à la vidéo, il y a des choses qui nous ont piqué. On veut apporter une réponse, montrer notre capacité à avoir le niveau de précision nécessaire. Ce déplacement à Sale, c’est un défi différent de celui de l’Ulster et c’est un test autant qu’une opportunité, pour que chacun individuellement, montre ses capacités. »

Pour le lancement de la nouvelle saison européenne, les Jaunards se sont montrés une fois encore moins impériaux sur leur pelouse, à l’image des trois défaites de l’an passé face au Racing (phase finale de l’édition 2020), le Munster et Toulouse.

Une équipe qui fait moins peur à ses adversaires.

Au coeur d’une saison de reconstruction, l’ASM reste consciente de l’impératif d’obtenir des résultats pour un club de son standing et conserve tout de même des ambitions européennes élevées. Mais pour lancer cette nouvelle ère, l’équipe Auvergnate doit à nouveau savoir se faire respecter sur les terrains, tant dans le Top 14 qu’en Europe. Pour le seconde-ligne Sébastien Vahaamahina, son équipe mérite toujours d’être crainte de tous : « Par moment on fait encore peur aux autres, mais on se fait aussi peur nous même parfois (rires) ! Notre équipe connaît des hauts et des bas depuis plusieurs semaines. Il faut regarder les choses en face et en ce moment notre niveau n’est pas celui que l’on souhaite avoir. On reste une équipe en construction, avec de nouveaux joueurs mais aussi des jeunes. On doit composer avec tout cela et retrouver un bon niveau. »

Arrivé la saison passée au club, Jean-Pascal Barraque se souvient de la réputation encore récente de sa nouvelle équipe : « Quand j’évoluais à Biarritz et que l’on jouait contre l’ASM, il existait cette crainte, parce que l’ASM savait être à la limite de la règle, et être toujours rude dans les contacts. Peut-être qu’aujourd’hui cette équipe fait moins peur, mais c’est à nous de retrouver ou d’apporter d’autres qualités, afin de prouver qu’on peut nous aussi redevenir une machine qui enchaîne les victoires. » A l’occasion de ses plus belles campagnes européennes, Clermont a toujours su se montrer sous son meilleur jour loin de son stade. Mais face aux Sharks, il faudra être prêt au combat face une équipe toujours rugueuse, et qui a réussi à remporter son premier match dans la compétition.

Quoiqu’il en soit, Clermont ne peut plus se poser de question au moment de se rendre en Angleterre, dans un contexte sanitaire toujours aussi particulier. Et comme c’est souvent dos au mur qu’une équipe s’exprime le mieux, les hommes de Jono Gibbes auront à coeur de réagir, pour continuer d’entretenir l’espoir d’ne qualification pour les huitièmes de finale.

Contenus sponsorisés