Icon Sport

Rien à perdre, tout à gagner pour La Rochelle

Rien à perdre, tout à gagner pour La Rochelle

Le 28/03/2018 à 10:03Mis à jour Le 28/03/2018 à 12:05

Comment s’annonce la fin de saison de La Rochelle ? Plutôt excitante, si l’on écoute les acteurs qui disent n’avoir rien à perdre, et tout à prendre.

Quart de finale de Champions Cup ce vendredi au pays de Galles sur le terrain des Scarlets de Llanelli, deux victoires à domicile qui ont remis le club à la cinquième place du Top 14 à quatre journées de la fin de la phase régulière… Les jours et les semaines à venir annoncent des défis que La Rochelle voudra forcément relever : coupe d’Europe, qualification pour la phase finale du championnat.

Après quatre défaites en championnat (trois à l’extérieur, une à domicile), les Jaune et Noir ont remis le curseur sur le succès contre Lyon et Bordeaux-Bègles. Ça a fait du bien même s’il n’y avait pas péril en la demeure. "Même s’il y avait des défaites à l’extérieur, il y avait toujours du positif. L’équipe s’est bien battue en allant chercher des points de bonus défensifs (à Clermont et Pau, ndlr)", note ainsi le pilier gauche international Dany Priso.

Levani Botia (La Rochelle) vs Lyon

Levani Botia (La Rochelle) vs LyonIcon Sport

" On s’est bien remis en question, on travaille plus"

À présent derrière, ces quatre défaites seraient aussi tombées au moins mauvais moment. C’est ce que pense Grégory Lamboley : "On est dans les moments les plus importants de la saison. Moi je préfère avoir ce passage à vide là (en mars, ndlr) et bien finir la saison. Plutôt que comme l’année dernière où on s’est rendu compte que le passage à vide, le Stade rochelais l’avait notamment eu sur le dernier match (contre Toulon, ndlr). On s’est bien remis en question, on travaille plus. Le Stade rochelais a aussi passé une dimension supérieure l’année dernière, on l’attend plus."

Gregory Lamboley (La Rochelle)

Gregory Lamboley (La Rochelle)Icon Sport

Et les acteurs, eux, qu’en attendent-ils ? L’arrière Charles Bouldoire d’esquisser une réponse : "Finir dans les six en Top 14, et la Champions Cup, on n’a rien à perdre. C’est excitant. C’est une aventure de rugby et humaine aussi. Les matchs vont être de plus en plus durs, serrés et intenses. On l’avait vu en demi-finale la saison dernière à Marseille." Ces enjeux, il faut bien faire attention à ce que ça ne soit pas contre-productif, paralysant dans l’approche de la compétition. "Ça fait quelque chose mais à chaque fois, j’essaye d’oublier l’enjeu qu’il y a derrière le match parce que sinon, on a tendance à se bloquer", reconnaît le jeune troisième ligne Grégory Alldritt qui évoluait la saison dernière, comme Pierre Bourgarit, avec la réserve de Auch (Fédérale 1).

Gregory Alldritt (La Rochelle) contre l'Union Bordaeux-Bègles

Gregory Alldritt (La Rochelle) contre l'Union Bordaeux-BèglesIcon Sport

Enfin, avant le quart de vendredi aux Scarlets, Pierre Aguillon donne le sens que peut avoir ce match de phase finale européenne pour la fin de saison. "Dans la construction et l’évolution du club, ce sont des matchs qui comptent. Un match de ce niveau-là, de phase finale, ça fait prendre beaucoup d’expérience. Il faut qu’on prenne et assimile tout, qu’on se jette dedans à 200%. Peu importe ce qu’il se passe sur ce match, ce sera une expérience bénéfique pour la suite du championnat et du club tout court." Tout reste à vivre.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0