Icon Sport

Champions Cup - Teddy Iribaren (Racing 92) a les clés du jeu

Iribaren a les clés du jeu

Le 11/05/2018 à 17:13Mis à jour Le 11/05/2018 à 17:16

La blessure au genou de Maxime Machenaud a de facto propulsé Teddy Iribaren dans le XV de départ du Racing 92 pour la finale européenne face au Leinster. Son style de jeu, radicalement différent de celui de son homologue, peut modifier le visage des Ciel et Blanc.

Un peu à l’image de Pat Lambie ou Donnacha Ryan, Teddy Iribaren va disputer une finale de Champions Cup pour sa première saison au Racing 92. Une année assez particulière pour l’ancien Briviste, venu pour jouer les doublures de Maxime Machenaud et qui, par la qualité de ses prestations, a réussi le tour de force d’envoyer le vice-capitaine et buteur du club francilien sur le banc de touche une partie de la saison : "Son adaptation a été excellente, assure son coéquipier Henry Chavancy. Il s’est tout de suite fondu dans l’effectif, que ce soit sportivement ou dans la vie de groupe. Max (Machenaud, ndlr) a dû retrouver son tout meilleur niveau pour récupérer sa place de numéro 1".

Teddy Iribaren (Racing 92)

Teddy Iribaren (Racing 92)Icon Sport

Son profil de dynamiteur et sa capacité à mettre beaucoup de volume et de vitesse ont souvent donné un visage séduisant au Racing 92, habitué à la gestion propre et rigoureuse de Machenaud. "C’est un joueur que j’aime bien, car il prend des initiatives et il met le feu un peu partout, commente à son sujet l’ancien demi de mêlée du XV de France Aubin Hueber. Il n’hésite pas à relancer les ballons et à tenter des coups de vieux briscard. La seule chose qui peut lui manquer par rapport à Machenaud est la dimension physique qu’impose ce dernier sur les défenses. Mais sur le plan du jeu, il peut amener sa vista et sa fraîcheur au Racing".

" Teddy Iribaren ne doit pas faire du Maxime Machenaud"

Les adeptes de son goût du jeu à outrance, qui réduit à portion congrue les phases lentes, mettront en avant le fait qu’il exploite et bonifie les coureurs comme Nakarawa, Nyanga, Thomas ou Vakatawa. Les autres qu’il épuise rapidement son paquet d’avants et peut destructurer le rideau défensif. "Il est capable de prendre le jeu à son compte et va devoir gérer les moments forts mais aussi les moments faibles, analyse Aubin Hueber. Il a montré qu’il n’avait pas de problème avec les ballons rapides mais il sera aussi important qu’il sache bien gérer les temps faibles, ralentir un peu la cadence avec des ballons lents et aussi bien alterner avec du jeu au pied. Il sera de toute façon aidé dans sa tâche par son ouvreur".

Teddy Iribaren (Racing 92)

Teddy Iribaren (Racing 92)Icon Sport

La pluie prévue sur Bilbao samedi tempérera certainement ses ardeurs. Quand bien même, son entraîneur Laurent Travers l’assure, il ne lui demandera pas de se renier : "On jouera avec les qualités des uns et des autres. Maxime Machenaud n’a jamais fait du Teddy Iribaren et Teddy Iribaren ne doit surtout pas faire du Maxime Machenaud". Le voilà avec les clés du camion ciel et blanc pour le match le plus important de la saison. Son association probable avec Pat Lambie à la charnière laisse présager quelques étincelles.

Contenus sponsorisés
0
0