Icon Sport

CHAMPIONS CUP - Le Racing 92 est-il en crise ?

Le Racing est-il en crise ?

Le 15/12/2016 à 09:30Mis à jour Le 15/12/2016 à 09:52

CHAMPIONS CUP - La défaite sèche à Colombes contre Glasgow (14-23) a très fortement compromis les chances du Racing de sortir de sa poule de Champions Cup. Les Franciliens vivent une bien sale période, entre cette déception européenne, une phase aller très mitigée en Top 14 et une affaire Goosen naissante.

"Quand on se regarde, on se désole. Quand on se compare, on se console" : un grand classique de la rhétorique "traverienne" utilisé en cas de moins bien pour éteindre les incendies. Avec deux défaites à zéro point, le Racing n’a plus qu’une infime chance de se qualifier pour les quarts de finale de la Champions Cup, lui qui annonçait fièrement en début de saison qu’il souhaitait faire mieux que sa finale perdue de l’an dernier : "Quand le Racing joue la finale", rappelle Laurent Travers, "des équipes qui ont été finalistes l’année d’avant et demi-finalistes il y a deux ans ne sont pas sorties des poules (comprenez Clermont, ndlr). Il y en a d’autres qui étaient championnes d’Europe en titre et qui n’ont pas été plus loin que les quarts (Toulon). C’est le sport qui veut cela".

Et puisque d’"autres" ont connu cela et s’en sont relevés, le patron des avants alto-séquannais préfère tempérer et bannir le mot de crise : "Est-ce que ça a été la crise ailleurs ? Cela veut dire que si on n’est pas champion tous les ans, c’est la crise ? Au début de la saison, l’ambition était de se qualifier. Aujourd’hui, elle est de gagner un match. Et s’il n’y a pas de qualification, alors oui ce sera une grosse déception. Maintenant, si vous, les journalistes, décidez qu’il y a une crise, et que vous voulez vendre les journaux, dites que c’est la crise et cela fera vendre les journaux".

Laurent Travers (Racing 92) - octobre 2016

Laurent Travers (Racing 92) - octobre 2016Icon Sport

Le bilan à mi-saison - huitième de Top 14 et à deux doigts de l’élimination dès la phase de poules de Champions Cup - s’en charge quand même un peu tout seul...

Goosen, le caillou dans la chaussure au mauvais moment

En plus de résultats en deça des espérances pour ce champion de France bardé de stars à tous les postes, le Racing doit une nouvelle fois gérer une affaire extra-sportive. À peine relevé de celle des corticoïdes dont il a été blanchi, le voilà replongé dans la tourmente alors que sa pépite Johan Goosen, élu meilleur joueur du Top 14 par ses pairs, a décidé de revenir sur ses engagements contractuels.

Quelques mois après avoir signé sa prolongation jusqu’en 2020, accompagnée d’une forte revalorisation salariale et d’un bonus de 400 000 euros pour financer la ferme de ses parents, le polyvalent Sud-Africain a viré de cap. Il exigerait à la fois d’être fixé à l’ouverture et de pouvoir jouer avec les Springboks toute l’année, lui qui s’était pourtant mis d’accord avec le Racing pour ne pas disputer tous les matches internationaux.

Johan Goosen avec l'Afrique du Sud

Johan Goosen avec l'Afrique du SudAFP

Et puisqu’aucune des deux exigences ne lui sera concédée, il bouderait, se trouverait des blessures pour ne pas jouer et demanderait à partir. "Un coup de poignard au club qui a tant fait pour lui" nous glisse une source interne au Racing. "Goos, il est comme sur le terrain, un peu fou parfois, on ne sait jamais dans quel sens il va aller" nous avoue aussi un ancien coéquipier. L’histoire est en tout cas suffisamment grave pour qu’une interdiction de communiquer sur le sujet ait été formulée à l’ensemble du groupe. "Si on estime qu’il nuit à l’équipe, on le sanctionnera sportivement" a simplement déclaré Laurent Travers, concédant tout de même l’existence de "transactions" et évoquant "le début d’une nouvelle ère rugbystique".

" Champion de France, c’est terminé (Travers)"

Le Racing aurait pourtant bien besoin de son dynamiteur dans cette période de vache maigre où, sauf miracle, il devra tout miser sur le Top 14. En prévision d’une fin d’année chargée avec Castres et Toulon au programme, il pourrait d’ailleurs préserver quelques cadres à Glasgow ce vendredi. À seulement deux points de l’UBB, sixième, et quatre de La Rochelle, troisième, les Ciel et Blanc savent qu’une série positive les fera rebasculer du bon côté : "On est conscient que nous n’avons pas été bons mais malgré cela, on n’est pas si loin non plus" nous a encore confié un élément important du XV de départ francilien cette semaine.

Le groupe du Racing 92 - décembre 2016

Le groupe du Racing 92 - décembre 2016Icon Sport

"Le terrain appartient aux joueurs et ils doivent prendre les choses en main comme ils l’ont fait l’an dernier", estime quant à lui Laurent Travers. "Mais il ne faut pas non plus ressasser l’an dernier. L’an dernier, c’est fini ! On est en 2016/2017, je crois qu’il faut une prise de conscience et se dire tous que champion de France, c’est terminé". Au contraire de cette mauvaise passe un peu longue qui sera difficile d’appeler autrement que crise si le Racing ne redresse pas la tête dans la deuxième quinzaine de décembre.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés