Icon Sport

Castres et ses armes

Bru: "Le contre en touche est le meilleur atout de Castres"
Par Rugbyrama

Le 29/05/2012 à 14:29Mis à jour Le 29/05/2012 à 14:45

Le Stade toulousain s'apprête samedi (20h45) à disputer sa 19e demi-finale consécutive, au Stadium. Mais Castres inquiète de par sa capacité à obstruer les canaux offensifs adverses. A quelques jours de la rencontre, Toulouse ne cache pas sa méfiance vis-à-vis des Tarnais.

"Les Castrais savent fermer le robinet de munitions. Ils empêchent l'adversaire de lancer le jeu, de mettre du volume. C'est leur qualité défensive dès la phase statique qui nous impressionne. Montpellier n'a quasiment jamais pu créer de la dynamique. Nous, c'est vrai que l'on aime créer de la vitesse et du mouvement mais on sait qu'il est difficile, contre eux, d'approvisionner la ligne de trois-quarts". L'état des lieux émane de Yannick Bru. L'entraîneur des avants toulousains, clés en main, se doit de trouver une parade face aux Tarnais pour permettre aux trois-quarts rouge et noir de jaillir, au jeu de se fluidifier. Vendredi dernier, dans les travées de son cocon Ernest-Wallon, le staff toulousain a pu analyser à sa guise les traditionnelles forces castraises. Sitôt la victoire des hommes du tandem Travers-Labit entérinée contre Montpellier, Guy Novés s'émerveillait devant la conquête adverse.

Castres, cette machine implacable...

Aujourd'hui, Bru abonde et plus encore: "Castres a un paquet d'avant redoutable, un contre en touche qui, je pense, est son meilleur atout aujourd'hui, et une capacité, avec Diarra, Caballero, Masoe, à contester les rucks au delà de la norme. Il est très difficile de lancer le jeu contre eux, une équipe toujours dans un schéma défensif hyper solide, avec des buteurs toujours entre 90 et 100%". Le champ lexical employé renvoie à une équipe qui aurait tout gagné, serait une machine implacable, imbattable ou presque. On résume: "redoutable", "au-delà de la norme", "très difficile", "hyper solide", "buteurs entre 90 et 100%". On en oublierait presque que Castres a fini quatrième de la saison régulière, redécouvre les demi-finales onze ans après sa dernière alors que le Stade enchaîne les demies sans sourciller, est un champion en titre insatiable (18 titres), a fini premier et joue à domicile...

Le Stade sera prêt

Cette régularité haut-garonnaise repose sur la remise en question. Dans l'échec face à Edimbourg en H Cup, les Toulousains puisent les raisons de leur méfiance à l'heure de se départir de leur statut de favori. "On a touché le fond lors de ce quart de finale, expie Bru. On n'avait affiché ni maîtrise, ni entrain, ni passion. Il y avait un seuil d'usure mentale trop important juste après le Tournoi des six nations avec un effectif en dispersion. Après cette élimination, on a pu s'octroyer des week-ends sans match et on a pu se consacrer pendant des semaines entières à retrouver des repères collectifs, se régénérer mentalement et faire notre autocritique, joueurs et staff". L'ancien talonneur international fait de ces plages de repos forcé un élément salvateur qui permet au groupe d'aborder Castres avec les meilleurs outils pour éviter un dégât des eaux. Trois semaines à peaufiner les derniers réglages offrent quand même quelques certitudes au staff toulousain. "J'ai l'impression que l'on a affiché un état d'esprit un peu différent, on a senti de nouveau de l'appétit et de l'entrain dans cet effectif. On espère être prêts pour la demi-finale". A n'en pas douter.

Contenus sponsorisés