Icon Sport

L’antisèche : les Bleus au panthéon de la frustration

L’antisèche : les Bleus au panthéon de la frustration

Le 18/03/2018 à 08:50

En déplacement à Cardiff, les Bleus se sont inclinés d’un petit point après avoir nettement dominé les Gallois (14-13). Si la frustration l’emporte avec une quatrième place au classement final, le XV de France a démontré de vrais progrès durant ce Tournoi des 6 Nations.

Le match

Beaucoup se demandait comment les Bleus allaient résister à l’enfer du Principality Stadium, ses flammes, son Land of my father et cette atmosphère unique au monde. Après 3 minutes de jeu et un drop chirurgical du demi d’ouverture François Trinh-Duc, tous les voyants semblaient au vert… Mais un renvoi gallois mal négocié par les Tricolores et un rebond défavorable à Trinh-Duc relançaient immédiatement le XV du Poireau avec un essai de Liam Williams (5-3, 6e). Du bord du terrain, Guilhem Guirado, blessé au genou mais qui avait effectué le déplacement avec ses coéquipiers, affichait une moue inquiète en voyant les temps de jeu gallois s’enchaîner. C’était sans compter sur une action d’éclat des Bleus conclue entre les poteaux par Gaël Fickou (11-10, 22e).

Avec seulement quatre points de retard à la pause (14-10), les Bleus faisaient mieux que résister. Leurs nombreuses prises d’initiatives (193 mètres parcourus balle en main en première période), leur hargne pour gratter les ballons (4), défendre sans lâcher le moindre mètres à l’image de Geoffrey Doumayrou auteur de 10 plaquages en 40 minutes et leur engagement pour résister au rythme gallois récompensaient un premier acte plus qu’encourageant. "On a mené de belles actions, on a marqué un bel essai, commentait le sélectionneur Jacques Brunel à la pause avant de relativiser. On a surtout perdu le contrôle du ballon et donné trop de points."

Hadleigh Parkes (Pays de Galles) plaqué par Mathieu Bastareaud (France)

Hadleigh Parkes (Pays de Galles) plaqué par Mathieu Bastareaud (France)Icon Sport

La seconde période confirmait les intentions tricolores face à des Gallois dans le dur et multipliant les fautes de mains. Avec 77% de possession de balle sur le premier quart d’heure du deuxième acte, les Bleus multipliaient les temps forts mais ne parvenaient pas à scorer. La victoire semblait tendre les bras au XV de France mais la fébrilité de François Trinh-Duc dans les moments clés et la faculté des Gallois à coffrer les ballons laissaient les Bleus derrière au score. Cette défaite tricolore est sans doute la plus frustrante du Tournoi des 6 Nations tant la domination des hommes de Jacques Brunel fut totale.

Le tournant

Il y en a eu deux. Et, à deux reprises, le demi d’ouverture François Trinh-Duc a manqué l’occasion de faire basculer la rencontre en faveur des Bleus. Le numéro 10 toulonnais a malheureusement réveillé ses vieux démons. Tout d’abord à la 52e minute de jeu en ne trouvant pas la touche sur une pénalité alors que les Tricolores pouvaient disposer d’une précieuse munition à cinq mètres de l’en-but gallois. Mais François Trinh-Duc est surtout coupable d’avoir loupé la pénalité de la gagne, largement à sa portée, à la 67e minute de jeu. Une soirée cauchemardesque pour le demi d’ouverture coupable également d’un en-avant grossier vers Benjamin Fall sans aucune pression.

François Trinh Duc (France) vs Pays de Galles

François Trinh Duc (France) vs Pays de GallesIcon Sport

La tuile

Blessé au genou à la suite d’un contact, le troisième-ligne aile Yacouba Camara a été contraint de céder sa place dès la 25ème minute de jeu. Déterminant depuis le début du Tournoi des 6 Nations, le joueur de Montpellier a été remplacé par le Castrais Mathieu Babillot. Mais les Bleus ont perdu un élément important en touche, dans le jeu courant et dans le combat.

L'homme du match

On aurait pu citer la majorité des joueurs du XV de France. A commencer par le talonneur Adrien Pélissié qui a parfaitement remplacé Guilhem Guirado en multipliant les charges. Ou bien encore le troisième-ligne Wenceslas Lauret, sorti en toute fin de match le visage meurtri par ses contests incessants dans les rucks. Sans oublier le trois-quarts centre Geoffrey Doumayrou toujours prêt à se sacrifier. Mais c’est incontestablement Mathieu Bastareaud qui a une nouvelle fois brillé sous la tunique frappée du Coq. Le centre du RC Toulon a tout d’abord parfaitement assuré le Capitanat en montrant la voie à ses coéquipiers. Il s’est enfin illustré dans le jeu au sol avec un nombre incalculable de ballons grattés. Mathieu Bastareaud est sans doute à ce jour le meilleur joueur au monde dans ce secteur.

La stat

26 : comme le nombre de défenseurs gallois battus par les joueurs du XV de France. Une statistique impressionnante ! Malheureusement, en dehors de l’essai de Gaël Fickou, les Bleus ont multiplié les petites fautes techniques et les mauvais choix au moment de scorer.

La décla

"On prend un essai gag et on leur donne trop de pénalités, a commenté Mathieu Bastareaud à l’issue de la rencontre. Je vais me répéter mais à ce niveau on ne peut pas se permettre de donner un match comme ça. On est déçus parce que ce groupe méritait mieux aujourd’hui."

Contenus sponsorisés
0
0