Icon Sport

Pas froid aux Bleus !

Pas froid aux Bleus !
Par Rugbyrama

Le 10/02/2012 à 18:30Mis à jour Le 11/02/2012 à 08:25

Il devrait faire "-7 degrés" au moment du coup d'envoi entre la France et l'Irlande ce samedi soir, et une partie de la pelouse du stade de France a de grandes chances d'être gelée. Pour affronter ces conditions climatiques, les Bleus devront donc s'adapter, comme ils l'ont fait cette semaine.

C'est certainement le principal sujet de conversation lors des points presse à Marcoussis. Le froid et les températures annoncées pour la réception de l'Irlande, ce samedi soir, programmée à 21h. La météo annonce "moins 7 degrés"... "ça fait un peu peur", en plaisante Vincent Clerc. La pelouse du stade de France, même si elle a été chauffée cette semaine, préservée minutieusement puisque l'entraînement du capitaine qui devait s'y dérouler ce vendredi a été annulé, devrait être en partie gelée au moment de la rencontre, certaines zones l'étant déjà la semaine passée contre l'Italie alors que le match avait lieu dans l'après-midi. Pourtant, elle ne sera débâchée intégralement qu'à 19h, soit deux heures avant le coup d'envoi. "On va cramponner court", prévient Clerc.

Les Bleus vont donc s'adapter. D'abord dans leur préparation. Clerc livre ses secrets: "s'échauffer le plus longtemps possible à l'avance, se passer de la crème chauffante sur les cuisses et rester en survêtement pendant les hymnes". Sûrement les raisons pour lesquelles Philippe Saint-André a souhaité que son équipe arrive plus tôt au stade que samedi dernier. Débarqué à Saint-Denis une heure et quart avant le début de la rencontre, il n'avait pas eu assez de temps d'échauffement à son goût. Ensuite, ce seront aux joueurs de réaliser le nécessaire pour ne pas être touché par le froid. "Il faudra courir, bouger sans cesse pour que les organismes et les membres inférieurs ne souffrent pas, note Julien Malzieu. Ce sera plus dur pour les membres supérieurs, surtout si on reste loin des phases de contact. Mais je n'ai pas d'appréhension particulière. J'ai l'habitude à Clermont".

Organisation allégée à Marcoussis

A certains postes, pour ceux qui touchent moins de ballons, il existe davantage de chances de souffrir des conditions climatiques. A commencer par les ailiers. "C'est la vie d'un ailier, relativise Clerc. On essaye de beaucoup se déplacer. Contre l'Italie, cela n'a pas été réellement un problème mais c'était l'après-midi. Le plus dur, c'est de repartir après la pause". C'est également une situation délicate à gérer pour les remplaçants, obligés de se tenir prêt en cas d'imprévu. Pour cela, ils devront faire des exercices durant l'ensemble du match. "Pour les joueurs du banc, le plus important sera de rester chaud si on fait appel à nous", avance Julien Dupuy.

Et cette semaine, le froid a aussi forcément obligé le staff a revoir son organisation. "Les terrains étaient gelés, c'était contraignant, avoue Malzieu. Du coup, on s'est toujours entraîné sur le synthétique mais ce n'est pas l'idéal pour les articulations". Un des motifs qui ont poussé l'encadrement à réduire les séances. Mais dès dimanche dernier, le sélectionneur avait reconnu son intention de mettre en place une semaine plus allégée, pour retrouver une forme de fraîcheur mentale et physique après plusieurs journées bien pleines avant l'Italie. "Lundi matin, le staff a par exemple supprimé un entraînement terrain, raconte Malzieu. Il a essayé aussi de raccourcir les séances en nous demandant beaucoup d'application et de concentration. Elles étaient courtes mais intenses". C'est le meilleur moyen de se réchauffer !

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0