Top 14 - L'Oscar de la semaine : l’étincelant Peniasi Dakuwaqa (Stade français)

Par Guillaume Cyprien
  • Peniasi Dakuwaqa a inscrit un des essais de l'année contre le Racing 92.
    Peniasi Dakuwaqa a inscrit un des essais de l'année contre le Racing 92. Icon Sport
Publié le
Partager :

Ce samedi, Peniasi Dakuwaqa a illuminé le derby parisien de sa classe... et surtout sa vitesse. L'ailier du Stade français est logiquement l'Oscar de la semaine, après avoir notamment inscrit un des essais de l'année.

Dans cette équipe parisienne portée par sa rigueur et son réalisme, l’ailier Fijien Peniasi Dakuwaqa n’est pas forcément une option privilégiée. Son jeu au pied assez aléatoire est parfois une faiblesse, et depuis le début de la compétition, il est apparu sur huit feuilles de match seulement. Avant le derby de samedi soir sur la pelouse du Racing, sa dernière apparition remontait au 6 janvier à Clermont-Ferrand. Sa prestation lui ménagera sans doute davantage de temps de jeu à l’avenir, alors qu’il avait prolongé son contrat jusqu’en 2026 la saison dernière. Quel match ! Sur chacun des ballons qu’il a touchés, ses courses fulgurantes ont pulvérisé la ligne défensive des hommes de Stuart Lancaster. Et il est déjà acquis que son essai de la 64e minute restera gravé comme l’un des exploits de cette saison. "J’en ai déjà marqué des comparables, mais cela faisait longtemps que cela ne m’était pas arrivé", a confié l’ancien joueur des Tupapa Maraeren Panthers.

Un essai avec une course de 127 mètres

Une course de 127 mètres composée d’un retour dans son en-but, d’un contournement d’Olivier Klemenczak, d’un petit par-dessus, d’une reprise de balle acrobatique, et d’une accélération qui a déposé le jeune ouvreur Martin Méliande. Dix-neuf secondes de pur délire. Déjà en première mi-temps, il avait offert un essai à Zack Henry d’un mouvement phénoménal, alors qu’il avait hérité d’un ballon anodin. Il a déposé son vis-à-vis Wame Natuivi en le contournant comme les enfants le font en école de rugby, avant de changer de direction et prendre Olivier Klemenczak à son intérieur, puis de passer le ballon dans sa chute à son ouvreur. Pas longtemps après, sur un ballon tombé des mains du Racing dans ses propres 22 mètres, il avait déclenché une autre accélération et une course de 80 mètres stoppée à 5 mètres de l’en-but par un retour désespéré d’Olivier Klemenczak. Un danger permanent en ce samedi soir de feu d’artifice.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
go2urroom Il y a 1 mois Le 26/02/2024 à 09:15

Flying