Nationale 2 - Polémique Cognac - Limoges : Romain Détré (Limoges) porte plainte contre Adrien Buononato et lui répond

  • Un accrochage a eu lieu entre Adrien Buononato, le manager de Cognac, et Romain Détré, le vice-président de l’USAL, ici en photo.
    Un accrochage a eu lieu entre Adrien Buononato, le manager de Cognac, et Romain Détré, le vice-président de l’USAL, ici en photo. - Pablo ORDAS
Publié le Mis à jour
Partager :

Le vice-président de Limoges, Romain Détré, qui dit avoir reçu un coup de poing de la part d’Adrien Buononato, dimanche après-midi en marge de la rencontre entre Limoges et Cognac (Nationale 2), a déposé plainte ce lundi après-midi.

Disputée dimanche 11 février 2024 dans l'après-midi, la rencontre de Nationale 2 entre Cognac et Limoges a été animée, comme le rapportent nos confrères de La Charente Libre. Un accrochage a eu lieu entre Adrien Buononato, le manager de Cognac, et Romain Détré, le vice-président de l’USAL. Les faits se seraient déroulés au retour des vestiaires, juste avant le début de la seconde période. “Je suis sorti des vestiaires, devant la tribune et j’ai pris un coup de poing d’Adrien Buononato, par-derrière, dans la mâchoire”, raconte ce lundi le dirigeant limougeaud.

10 jours d'ITT pour Détré, qui a déposé plainte

La raison ?Au moment où on ressort du couloir, il vient me voir et fait : "bonne deuxième mi-temps, j'espère qu'on va bien t'enc****". Je ne peux pas laisser passer ça", a confié Adrien Buononato à nos confrères de la Charente Libre. “Je n’ai pas dit ça. Je l’ai apostrophé pour lui dire qu’on allait les battre en deuxième mi-temps, sur le terrain”, lui répond Détré, que nous avons joint en cette fin de lundi après-midi.
Ce dernier sortait alors du commissariat, où il a déposé une plainte contre l’ancien talonneur. “C'est une agression physique gratuite. J’ai dix jours d’ITT (incapacité totale de travail, NDLR). Maintenant, je vais vérifier que ma mâchoire n'est pas cassée. Je ne peux pas bâiller, j’ai mal. Je ne vais pas laisser passer cette affaire. La campagne de dénigrement à mon encontre ne me convient pas du tout”, poursuit le vice-président.

Détré : “Mettre la pression et ne pas savoir garder son sang-froid, c’est quand même particulier”

Ici, le dirigeant fait référence aux prises de parole d’Adrien Buononato, les jours ayant précédé la rencontre. “Je trouve ça scandaleux que l'entraîneur d’un club mette un coup de poing, par-derrière, au dirigeant d’un autre club et que personne n’ait réagi. Je suis la victime et il y a une campagne de dénigrement à mon encontre. Nous avons des joueurs internationaux qui sont arrivés, Adrien Buononato est l’ancien entraîneur de Limoges, sa conférence de presse, qui est sur les réseaux sociaux de Cognac, montre bien que je suis attaqué directement. Je n’ai pas grand-chose à ajouter, tout est public. Qu’il ait voulu nous mettre la pression, très bien. Que je lui rende la pression, c’est quand même logique, c’est du rugby. Mais que je me fasse frapper par-derrière et que je me fasse casser la gueule, c’est quand même particulier, venant d’un entraîneur... Mettre la pression et ne pas savoir garder son sang-froid, c’est quand même particulier.”

Une réclamation dans le rapport d’après-match

Dans sa prise de parole, Détré réfute aussi l’idée selon laquelle il serait arrivé “visiblement très éméché” au match, comme l’indique la Charente Libre. “J’étais au repas d’avant-match avec tous les dirigeants de Cognac, ça s’est bien passé. Nous avons, en effet, goûté les produits locaux, mais de là à dire que j’étais complètement éméché... Si c’était le cas, comment aurait-on accepté de me faire entrer dans les vestiaires ? [...] J’ai passé le match aux côtés de Jean-Charles Vicard (président de Cognac), dans la tribune présidentielle. Nous avons plus parlé des problèmes des clubs que du match à l’état pur. Même après avoir reçu le coup, je n’ai pas agi, je suis resté calme, souriant. C’est étonnant, mais c’est comme ça. Je savais à quoi m’attendre en allant à Cognac.”

En plus d’avoir saisi la justice, Détré a aussi fait une réclamation “face à cette agression physique d’un entraîneur à mon encontre”, dans le rapport d’après-match.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
STEF65 Il y a 18 jours Le 12/02/2024 à 21:34

à virer...

kyjrugby Il y a 18 jours Le 12/02/2024 à 21:39

qui, le type de Limoges ? bourré, il a mis la pagaille durant tout le match, dans les tribunes et sur la main courante. Avoir de l'argent n'empêche pas le respect.