Champions Cup - Le Racing 92 rate son entrée avec une défaite à domicile face aux Harlequins

Par Mathias Merlo
  • Les Racingmen ratent leur entrée dans cette Champions Cup.
    Les Racingmen ratent leur entrée dans cette Champions Cup. Icon Sport
Publié le Mis à jour
Partager :

Dans un match agréable à suivre sur la pelouse synthétique de la Paris La Défense Arena, le Racing 92 s'est incliné face aux Harlequins. Une entrée ratée pour les Franciliens dans cette Champions Cup avec cette défaite sur le score de 31 à 28 en faveur des Anglais. 

La salle de la Paris Défense Arena a les avantages de ses inconvénients, mais en hiver, il est appréciable de voir du rugby au sec, sur une surface rapide. Sortis de la Champions Cup la saison passée, les Ciel et Blanc avaient une revanche à prendre pour ses retrouvailles avec la reine des compétitions. Ils devaient aussi sauver l'honneur du rugby français après les revers de Lyon, Toulon et Paris face respectivement à Bristol, Exeter, et Sale. C'est raté ! Dans une rencontre au rythme effréné, la bande à Smith, auteur d'un essai et d'un drop longue distance, s'est imposée d'une courte tête face au Racing 92 (31-28). 

Avec deux points, les Franciliens prennent la quatrième position dans le groupe 2. Les Harlequins (5 points) remontent à la troisième place à égalité de points avec Toulouse et Bath. 

Le Garrec et Gibert ont été d'un froid réalisme 

Dans le premier acte, on ne savait pas vraiment si nous étions à La Paris Défense Arena ou à l'aéroport Charles de Gaulle tant les avions des Harlequins ont fait parler leur vitesse. Au terme d'un premier quart d'heure sous apnée, Danny Care a bien cru avoir allumé la première mèche. Mais l'essai de l'international anglais a été invalidé par la vidéo pour une faute de Lamb. Plaqué, le deuxième ligne n'a pas relâché le ballon avant de se relever. 

Coincés dans leur camp, les Franciliens ont pu compter sur le réveil de Siya Kolisi. Chanceux sur un par-dessus de Gibert, le champion du Monde a mis le cap sur l'extérieur pour prendre à rebours la défense anglaise. Intelligent, il a servi Woki qui a fixé les derniers défenseurs avant de propulser Nolann Le Garrec dans l'en-but (7-0, 15e). Contre le cours du jeu, le Racing 92 a pris les commandes pour une courte durée. 

Acculée dans son camp, la bande à Stuart Lancaster a fini par plier sur une inspiration géniale de Marcus Smith. Sur une mêlée, sous les poteaux franciliens, l'ouvreur du XV de la Rose a mystifié Le Garrec, Kolisi et Fickou d'une feinte de passe bien sentie (7-7, 22e). Quatre minutes plus tard, le centre international français a été une nouvelle fois fautif. Attaqué sur son épaule faible, le natif de La-Seyne-sur-Mer n'a pas résisté à la puissance d'Andre Esterhuizen ! Le champion du Monde sud-africain a terminé sa course entre les perches, quarante mètres plus loin (7-14, 26e). 

Pris dans le jeu au sol, le Racing 92 n'a pas été en capacité de multiplier les temps de jeu. Sur un renvoi d'en-but, après un sauvetage in extremis d'Arundell sur Care, Gibert a tapé le plus loin possible. Le Francilien est tombé sur Marcus Smith. En face des perches, à 48 mètres, l'ouvreur a placé un drop magistral (7-17, 38e). Trois points qui ont été capitaux dans le succès des siens. 

Au bord du précipice, le leader du Top 14 a montré de l'orgueil. Juste avant la pause, sur un lancement de jeu après une touche, Habosi a avancé sur la ligne de front. Le Garrec est revenu dans le petit côté fermé, et Antoine Gibert a été en mesure de résister au dernier défenseur avant de s'étendre dans l'en-but (14-17, 40e+2). Un Racing 92 bien payé a tourné avec trois points de retard. C'était avant de vivre un cauchemar dans le second acte. 

Les Franciliens ont lâché dans le money-time

Les Ciel et Blanc ont attaqué la deuxième période comme ils ont terminé la première. Au lieu d'écarter le ballon, ils ont décidé de resserrer le jeu près des rucks. Un choix immédiatement payant puisque Le Garrec, après un travail fantastique de son paquet d'avants, s'est offert un doublé (21-17, 43e). Il a été imité par Ibrahim Diallo, dans un style un peu plus rugissant, un quart d'heure plus tard (28-17, 59e). Avec le bonus offensif, et onze points d'avance, certains ont pensé que les locaux étaient à l'abri... Les Harlequins n'étaient pas vraiment de cet avis !  

Revivifiés par leur banc, les partenaires de Dombrandt ont fini cette partie comme un boulet de canon. En parlant du capitaine, justement, il a sonné la révolte. Sur une touche à 40 mètres de l'en-but adverse, Esterhuizen, très en vue dans ce choc, a mobilisé quatre défenseurs. En collant au ballon, Care a mis sur orbite le troisième ligne centre qui a pris de vitesse Chavancy (28-24, 62e). 

Privé de munitions en touche avec l'entrée de Ben Arous (3 lancers perdus en dix minutes), le Racing 92 s'est mis à douter. À un quart du terme de cette partie, les Quins ont envoyé un message clair. Malgré une pénalité en face des poteaux, à 22 mètres, la formation de Premiership a décidé d'aller en touche. À cinq mètres de l'en-but, le talonneur Jack Walcker a conclu un maul porté d'école (28-31, 66e). Sur la dernière offensive, les Racingmen ont refusé de prendre les points au pied. Ils ne voulaient pas du nul, et ils rêvaient plutôt de coiffer les Quins au poteau. Malheureusement, sur une pénalité jouée à la main, Gomes Sa a enterré les derniers espoirs des siens sur un en-avant. 

Pour continuer à croire à une qualification, le Racing 92 devra gagner, dans six jours, sur la pelouse de l'Ulster, à Belfast. Ce ne sera pas une mince affaire. 

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (14)
Pierreol Il y a 2 mois Le 11/12/2023 à 06:28

Comment gagner sans talonneur ? 4 touches au moins perdues dans le monney time ! On ne s'improvise pas à ce niveau

Odilederaie Il y a 2 mois Le 10/12/2023 à 21:35

Autant de pognon claqué pour ça, je rigole tellement

BOUNTY07 Il y a 2 mois Le 10/12/2023 à 21:30

Je trouve que les équipes anglo-saxonne ont mis un sacré rythme dans ces matches. On nous parle du meilleur championnat du monde mais le top 14 n'est pas au niveau de ces matches là. en tout cas la 1°journée est plutot décevante avec 4 défaites dont 3 à la maison, autant dire que des le prochain week end on connaitra déjà des éliminés, ou des huitèmes à aller chercher sur terrain adverse ce qui équivaut quasiment à l'élimination.

Matteo20 Il y a 2 mois Le 10/12/2023 à 22:45

5 defaites pas 4 apprends à vompter