• La tentation Serge Simon pour remplacer Bernard Laporte à la tête de la FFR
    La tentation Serge Simon pour remplacer Bernard Laporte à la tête de la FFR Icon Sport - Icon Sport

La tentation Simon pour remplacer Laporte à la tête de la FFR

Le | Mis à jour

INFO MIDI OLYMPIQUE. Vendredi matin, Bernard Laporte proposera au bureau fédéral le nom du président intérimaire amené à succéder l'ancien manager de Toulon. Si on a longtemps cru que Patrick Buisson, le vice-président en charge du rugby amateur, faisait figure de favori, le nom de Serge Simon est ces dernières heures largement revenu sur le devant de la scène...

Peu avant les fêtes, le président de la FFR Bernard Laporte, reconnu coupable en première instance de faits de corruption par le tribunal correctionnel de Paris, avait présenté sa mise en retrait à la Ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castera. Celle-ci avait amendé le processus présenté, « sous garanties », étant entendu ici que Laporte ne conserve la moindre prérogative à la fédé et que le choix du président intérimaire censé lui succéder jusqu’à la fin de son mandat en 2024 soit au préalable soumis à l’approbation des clubs.

Vendredi matin, après que le comité d’éthique ait validé le candidat au poste de président délégué, le bureau fédéral nommera le président intérimaire, dont le nom sera ensuite soumis aux 1941 clubs que compte actuellement le rugby français. Du 23 au 27 janvier prochains, ceux-ci seront alors appelés à de prononcer, via le système du vote électronique, en faveur ou contre l’apparatchik leur ayant été présenté par le premier cercle de Bernard Laporte. A noter, aussi, que le protocole électoral reste à ce jour encore flou et sera défini la semaine prochaine. En clair : un club pour une voix ? Ou alors, un nombre de voix proportionnel aux licenciés regroupés par l’entité en question, comme c’est le cas lors des traditionnelles assemblées générales électives ?

Un pied de nez ou un bras d’honneur à la Ministre ?

Mais qui sortira donc du chapeau ? Après le forfait du secrétaire général de la FFR Christian Dullin, peu enclin à reprendre le flambeau laissé vacant par Laporte, le vice-président en charge du rugby amateur Patrick Buisson était en pole pour incarner le président délégué. Sauf que… Durant les fêtes, une idée soutenue par une partie du bureau fédéral a fait son chemin du côté de Marcoussis et aujourd’hui, certains membres du comité directeur souhaiteraient donc que Serge Simon, le bras droit de Bernard Laporte depuis son élection en 2016, devienne le patron du rugby français jusqu’en 2024, date à laquelle Patrick Buisson candidaterait alors face au leader d’opposition Florian Grill.

Dans les faits, rien n’empêche Simon, relaxé en première instance mais toujours sous le coup de l’appel du Parquet National Financier, de se présenter. Mais l’ancien Rapetou étant l’âme sœur (ou l’âme damnée, c’est selon) de Bernard Laporte, la Ministre des Sports ne considèrerait-elle pas son arrivée au pouvoir comme un pied de nez… voire un bras d’honneur ? Et puis, soyons clairs : si Laporte reste apprécié chez certains présidents de clubs malgrè le vent d’affairisime qui l’entoure, la cote de popularité de Serge Simon n’a, elle, jamais été démente dans le monde amateur. En tout état de cause, Serge Simon aurait donc bien plus de chances que Patrick Buisson de s’exposer à un veto pur et simple de la part des clubs. Un veto qui priverait, pour quelques jours ou quelques semaines supplémentaires, la FFR d’un président…