Icon Sport

XV de France - Top 5 des deuxièmes mi-temps ratées sous l’ère Brunel

Top 5 des deuxièmes mi-temps ratées sous l’ère Brunel

Le 05/02/2019 à 09:00

XV DE FRANCE - L’équipe de France a été renversée par le pays de Galles vendredi (19-24) après avoir mené 16-0. Comme un goût de déjà vu pour les Bleus version Jacques Brunel, habitués à s’effondrer en seconde période après avoir montré des signes encourageants dans le premier acte.

9 juin 2018 : Nouvelle-Zélande – France (52-11)

Premier test de la tournée d’été au pays du long nuage blanc, l’équipe de France, quatrième au Tournoi des 6 Nations, s’avance face à son Everest. Ce sera sans son meneur de jeu Camille Lopez ni son capitaine Guilhem Guirado, restés en France. Contre toute attente, les All Blacks prennent de plein fouet des Bleus affamés et mis en confiance par une réalisation rapide de Rémi Grosso. Le score est serré et bascule même en faveur des hommes de Brunel peu avant la pause (8-11) grâce à une pénalité de Morgan Parra, pour sa première sélection sous les ordres de l’Auscitain.

Exploit fondateur en vue ? Ce sera en fait le pire cauchemar de l’année 2018. Le rouleau-compresseur adverse se met en marche à partir de la 53e minute de jeu et dès lors, les vagues noires vont affluer. Trois essais en moins de cinq minutes et quatre autres jusqu’au coup de sifflet final pour un cinglant 44-0 en seconde période.

1 février 2019 : France – Pays de Galles (19-24)

L’écart au score est moins abyssal qu’à Auckland, mais la défaite presque aussi gênante pour Guilhem Guirado et ses partenaires. Comment en effet ne pas voir un côté désespérant à perdre dans de telles circonstances ? Une première période française parmi les plus abouties de ces dernières années, avec du mouvement et de la vitesse, un deuxième essai magnifique qui en atteste, des Gallois Fanny à la pause…

Et puis patatra. Un trou d’air de vingt minutes donnant lieu à deux essais transformés, dont le deuxième suite à une énorme toile de Yoann Huget devant son en-but. Des jambes qui flagellent mais un sursaut d’orgueil qui permet aux Bleus de passer devant (19-17). Avant qu’une passe sautée kamikaze de Sébastien Vahaamahina dans le money-time ne fasse écrouler pour de bon le fragile édifice tricolore. Jamais dans l’histoire du Tournoi une nation n’avait subi pareil come-back.

10 novembre 2018 : France - Afrique du Sud (26-29)

Moins de trois mois avant le désastre de vendredi, les Bleus avaient déjà fait fort pour remettre en jeu une équipe qu’on pensait battue. Et pas la moindre, puisqu’il était question d’un géant du Sud, tombeur de la Nouvelle-Zélande au Rugby Championship. Comme les Gallois, les Springboks furent mis à mal par une équipe française portée par l’enthousiasme du premier test de novembre. Une première mi-temps bien gérée et récompensée par un score favorable (16-9), un essai de Mathieu Bastareaud pour entamer la seconde période, 23-9 au tableau d’affichage… ça sentait très bon le succès référence face à une puissance de l’hémisphère sud qui regonflerait le capital confiance du XV de France à un an de la Coupe du monde.

Le rêve n’a duré que quelques secondes, le temps pour Handre Pollard de donner le renvoi et Sébastien Vahaamahina – déjà – de le cafouiller. La victoire a ensuite été servie sur un plateau à une Afrique du Sud qui ne semblait pas en vouloir pas plus que ça. Notamment durant dix dernières minutes faites d’erreurs stratégiques et techniques invraisemblables à ce niveau. Un tournant dans le mandat de Jacques Brunel et l’idée de plus en plus évidente d’une équipe de France très fébrile mentalement.

11 février 2018 : Écosse – France (26-32)

Peut-être l’origine du mal. Une semaine après être passé tout près d’un grand coup contre l’Irlande pour son premier match à la tête des Bleus (13-15), Jacques Brunel mène les Bleus à Murrayfield. Une fulgurance de Teddy Thomas dès les premières minutes donne le ton d’une première période séduisante. Les Écossais reculent souvent sous les charges efficaces de Marco Tauleigne, Guilhem Guirado ou Yacouba Camara et subissent de plein fouet le talent individuel de l’ailier du Racing 92, auteur d’un superbe doublé. Le score à la pause (14-20) laisse entrevoir les promesses d’un XV de France à la confiance restaurée.

L’écart de six points est maintenu jusqu’à l’heure de jeu et une baisse de régime significative des hommes de Brunel. Privés du ballon et d’oxygène, ils accumulent les fautes, encaissent douze points dans un intervalle de seize minutes et perdent finalement 32-26. Au-delà de la défaite, c’est une première belle occasion d’enclencher une dynamique positive qui s’envole dans la nuit d’Édimbourg.

27 novembre 2018 : France - Fidji (14-21)

Les Bleus ont évacué la déception sud-africaine en passant leurs nerfs contre les Pumas (28-13). Avec le sentiment d’ensemble relativement positif d’une équipe cherchant à bien jouer au rugby. L’espoir renaît et ne demande qu’à être confirmé la semaine suivante contre des Fidjiens réputés attaquants extraordinaires mais peu organisés et concernés par la tâche défensive. Mais la fluidité de l’Argentine disparait et les Français galèrent. Ils basculent tout de même en tête à la mi-temps (14-12) grâce à deux essais du capitaine Guilhem Guirado.

Pas d’inquiétude, les Iliens vont bien finir par se désagréger au fil du temps et laisser des boulevards à nos trois-quarts. Chimères ! Semi Radradra et consort font la leçon à une piètre équipe de France, dominée et incapable de sortir la tête de l’eau. Logiquement, elle s’incline pour la première fois de son histoire face aux Fidji et termine 2018 sur un bilan de 8 défaites en 11 matchs.

Contenus sponsorisés