Icon Sport

Le bilan de Laporte en quelques votes

Le bilan de Laporte en quelques votes
Par Rugbyrama

Le 17/04/2019 à 18:11Mis à jour Le 17/04/2019 à 18:13

XV DE FRANCE - Depuis 2016 et l’élection de Bernard Laporte au sommet du rugby français, quelques votes ont fait couler beaucoup d’encre. Retour sur quatre dates importantes de son mandat.

Son élection à la FFR

Bernard Laporte a été élu à la tête de la Fédération Française de Rugby le 1er décembre 2016. Le natif de Rodez fut élu au premier tour avec 84,84% des voix. Laporte devenait alors le 13e président de l’histoire. Lors de l’AG financière, sa liste avait recueilli 52,56% des voix devant celle de Pierre Camou (35,28%) et Alain Doucet (12,16%). Un an plus tôt, il avait annoncé vouloir "rendre le pouvoir aux clubs amateurs" et s’opposait au projet de Grande Stade à Ris-Orangis.

La réforme des statuts

Avec cette réforme, Bernard Laporte souhaitait mettre les territoires et la formation au cœur de la politique fédérale. Cette réforme fût grandement plébiscitée par le monde amateur lors d’une grande assemblée générale (83,33%). Ses projets ? Un vote décentralisé électronique pour les AG électives, la limitation des procurations, la limitation à deux mandats maximum à la présidence de la FFR, la consultation des clubs sur les grandes décisions stratégiques de la Fédération et le renforcement de la représentation des femmes au Comité Directeur (au minimum de dix femmes soit 25%).

XV de France - Bernard Laporte (Président de la FFR)

XV de France - Bernard Laporte (Président de la FFR)Icon Sport

Le vote du budget 2017-2018

La Fédération affichait un score historiquement bas au 1er décembre 2018 : un déficit de 7,35 millions d’euros. Ce déficit serait lié aux "évènements exceptionnels" comme le révélait à l’époque Bernard Laporte à l’issue de son Comité Directeur. Des projets comme l’abandon du projet de Grand Stade, l’organisation de la coupe du Monde des moins de 20 ans ou encore le limogeage de l’ancien sélectionneur du XV de France et manager du Stade Toulousain Guy Novès.

Le référendum du sélectionneur étranger

À 59%, les clubs ont voté en défaveur d’un sélectionneur étranger à la tête de la sélection nationale ce 12 avril 2019. Cette élection s’est effectuée grâce à un scrutin électronique, mesure prise par Bernard Laporte quelques années en arrière. Conséquence directe de ce vote, la tentation Warren Gatland tombe à l’eau. Le technicien néo-zélandais actuel manager du Pays-de-Galles apparaissait comme un choix de luxe pour le XV de France. Le président de la FFR a affirmé qu’il respecterait ce choix.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés