Icon Sport

Poirot : "Il n’y a pas d’ambiguïté sur le capitanat avec Guilhem"

Poirot : "Il n’y a pas d’ambiguïté sur le capitanat avec Guilhem"

Le 29/08/2019 à 16:35Mis à jour Le 29/08/2019 à 16:36

XV DE FRANCE - Jefferson Poirot mènera ce vendredi contre l’Italie le XV de France pour la deuxième fois en tant que capitaine cet été. Pas de quoi, pour le pilier de l’UBB, relancer le débat né à la fin de Tournoi des Six Nations sur une éventuelle passation de pouvoir entre lui et Guilhem Guirado.

Rugbyrama : Vous serez, ce vendredi, capitaine pour la deuxième fois dans cette série de trois tests. La donne est-elle toujours claire sur le capitanat entre vous et Guilhem Guirado ?

Jefferson Poirot : Il n’y a aucun questionnement sur le sujet, tout est très clair. Guilhem est le capitaine de l’équipe, comme c’est le cas depuis quatre ans. Pour ce match contre l’Italie, il y aura un relais quand il rentrera, comme celui aurait pu être l’inverse si jamais j’avais démarré sur le banc. Il n’y a aucune ambiguïté avec Guilhem. Il ira à la Coupe du monde en tant que capitaine de l’équipe de France et il le restera jusqu’à la fin de notre aventure.

Comment se passe la répartition du leadership entre vous lorsque vous êtes le capitaine ?

J.P. : Cela ne change rien. Quand on se rassemble entre joueurs, c’est toujours lui qui prend la parole. Je suis capitaine par intermittence et j’ai toujours le respect d’attendre qu’il me donne la parole et d’aller dans son sens. Il faut avoir un discours cohérent et tirer dans le même sens. C’est le cas en équipe de France et je crois que c’est plus une force qu’une faiblesse. On est dans un mode de fonctionnement qui ressemble plus à celui d’un club depuis cet été et il est important que le capitaine ait plusieurs relais.

Peut-on parler de période de transmission entre lui et vous, alors qu’il devrait arrêter sa carrière internationale à la fin de la Coupe du monde et que vous êtes pressenti pour reprendre le flambeau ?

J.P. : Je ne sais pas car on sera sur la fin d’un cycle, de nouveaux joueurs arriveront et je n’ai pas non plus la certitude d’être appelé en équipe de France durant les quatre prochaines années. Ce qui est sûr, c’est que j’ai envie, durant cette aventure Coupe du monde, de l’épauler au maximum et de m’engager à ses côtés.

" La priorité est de ne surtout pas s’éparpiller et tomber dans le côté individualiste"

Comprenez-vous quand même que vos deux capitanats rapprochés interrogent, vu toutes les discussions qu’il y a eu durant le Tournoi sur un éventuel changement de capitaine ?

J.P. : Je ne crois pas qu’il y ait de sujet. Peut-être que le staff aurait dû clarifier les choses en nommant plusieurs vice-capitaines, car ce sera moi vendredi mais cela aurait pu être Wesley (Fofana, ndlr) ou Louis (Picamoles). Cela a l’air de vous perturber (les médias) mais pour nous, je le répète, il n’y a aucun sujet.

Wesley Fofana déclarait récemment que vous aimiez vous entourer de relais en tant que capitaine et que vous les incitiez à prendre la parole…

J.P. : Je confirme. Je travaille comme cela à l’UBB et je ne compte pas changer en équipe de France. Je considère que le capitanat est un titre mais il doit aussi être partagé par les leaders du groupe. Nous avons la chance d’avoir, ici, beaucoup de mecs qui prennent les choses en mains dans leur club. Je ne vois donc pas vraiment l’intérêt de monopoliser la parole. Par rapport aux affinités des uns et des autres, il y a aussi des messages qui passent mieux selon les personnes qui les portent. C’est donc aussi facilitant pour moi.

Quelles sont vos attentes de capitaine pour ce dernier test avant la Coupe du monde ?

J.P. : La priorité est de ne surtout pas s’éparpiller et tomber dans le côté individualiste, avec des comportements qu’on n’a pas vu depuis le début. Le but est de rester en équipe, sur ce qu’on a travaillé depuis le début, et toujours garder cet engagement que nous avons les uns avec les autres. On sait que des choix seront faits à l’issue de ce match. Ne sont-ils pas déjà faits ? Je n’en sais rien. Toujours est-il que nous devons garder un comportement d’équipe.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0