Icon Sport

Un club, une arrivée : Harry Glover, le nouveau couteau suisse du Stade Français

Un club, une arrivée : Harry Glover, le nouveau couteau suisse du Stade Français
Par Rugbyrama

Le 29/07/2021 à 17:58Mis à jour Le 11/08/2021 à 16:45

TRANSFERTS - En attendant la reprise du championnat, découvrez le portrait d'une nouvelle recrue par équipe du Top 14. Harry Glover ouvre le bal. Le phénomène du rugby à VII débarque au Stade français en provenance de Carcassonne.

Pour ceux d'entre vous qui suivent avec attention le rugby à VII depuis des années, Harry Glover n'a aucun secret pour vous. Au pied du podium des Jeux Olympiques de Tokyo avec la Grande-Bretagne, le néo-parisien cumule 148 sélections avec l'équipe d'Angleterre à VII où il rayonne depuis plus de cinq ans. Natif de Londres, Glover grandit dans cette même ville et se découvre une passion folle pour le rugby, transmise par son père, amoureux de ce sport. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il s'intéresse dans un premier temps au rugby à XV à l'âge de six ans. De u14 à u18 il fait ses classes à Middlesex puis intègre ensuite le centre de formation des célèbres London Wasps (basés à Coventry depuis 2014). Vu comme un véritable espoir par les dirigeants, il se dirige néanmoins vers le rugby à 7 où il excelle dans la capitale anglaise puis à l'Université de Newcastle où il apparaît même à plusieurs reprises au sein de l'équipe première.

Le numéro 12 enchaîne logiquement les matchs avec la sélection anglaise, participe au HSBC World Rugby Sevens Series et remporte deux médailles de bronze et une en argent. Cette dernière, il l'a notamment remporté aux côtés de son frère cadet Will, star émergente de la scène du rugby à sept. Sélectionné pour la coupe du monde 2018, Harry poursuit son ascension fulgurante avec l'équipe nationale en terminant finaliste mais également meilleur joueur de la compétition. Sa vitesse, ses courses folles et sa présence dans les duels impressionnent le monde du rugby dans sa globalité.

La "trouvaille" de Carcassonne

En grand danger sur le début d'exercice 2020-2021 en Pro D2 (dernier du classement après quatre journées), le club de l'US Carcassonne mise alors étonnamment sur le phénomène Harry Glover, en tant que joker médical. Attiré par l'opportunité de signer dans un club professionnel de rugby à XV, le joueur accepte et débarque en France, chez les Jaunards. En manque de créativité avant l'arrivée du septiste, l'USC bénéficie désormais d'un atout de taille avec ce joueur vif, rapide, aux très bons appuis et doté d'une excellente technique. Glover ne perd pas de temps pour prouver à son entraîneur, Christian Labit, qu'il a les qualités pour devenir un incontournable au sein d'une équipe qui dispute sa onzième saison consécutive de Pro D2. Ce qui prouve les ambitions et l'état d'esprit de Glover.

Lors de ses deux premières titularisations en Pro D2 contre Soyaux-Angoulême et Provence Rugby, il inscrit ses deux premiers essais et signe des débuts fracassants dans la Cité Audoise. Une finition en solitaire pour le premier, une incursion et des crochets dévastateurs pour le second, les observateurs découvrent alors un excellent centre ou ailier capable de franchir les lignes, perforer les défenses adverses grâce à ses capacités physiques (1,91 m et 94 kg) mais aussi ses très bons appuis et sa capacité à faire jouer après contact.

Au terme de sa première saison en rugby à XV, il cumule donc un total de 14 matchs - pour le même nombre de titularisations - et comptabilise 6 essais à son compteur. Rien que ça ! A noter qu'il quitte le club prématurément en mars et n'assiste pas aux dernières semaines de championnat pour cause de préparation aux JO avec la sélection britannique. Une adaptation éclair donc, récompensée par une offre du Stade Français : "On pourra compter sur Harry Glover au centre, qui est un joueur très polyvalent, pouvant jouer aussi bien à ce poste qu’à l’aile. Il risque de prendre quelques semaines pour s’acclimater lorsqu’il arrivera à Paris." déclarait le manager du Stade Français dans les colonnes de WeSport.

Harry Glover

Harry GloverIcon Sport

Confirmer dans l'élite

Cet été, Harry Glover a démontré qu'il restait malgré tout un excellent joueur de rugby à sept en réalisant une sorte de "retour aux sources", au sein de l'équipe de Grande-Bretagne de rugby à VII des Jeux Olympiques de Tokyo. Auteurs d'un tournoi intéressant, les britanniques ont finalement terminé au pied du podium mais Glover s'est néanmoins distingué par ses foulées habituelles, sa pointe de vitesse et son aisance technique. L'homme aux trente-six essais en sélection anglaise rejoint à présent l'effectif professionnel du Stade Français et aura sûrement à cœur de confirmer son statut d'étoile montante. Au sein du club de la capitale, le trois-quarts londonien pourra apporter notamment sa percussion, sa finition et de nombreux aspects offensifs manquant au Stade Français depuis quelques années pour espérer ainsi retrouver le sommet. Il devra néanmoins faire face à une concurrence rude et à un niveau d'exigence élevé, il pourra en revanche s'appuyer sur son expérience importante en sélection anglaise de rugby à sept, entre autres.

Harry Glover est la septième recrue du Stade Français, omniprésent sur le marché des transferts cette saison. Roelofse, Castets, Van Der Mescht, Briatte, Francoz et Laumape complètent la liste des arrivées chez les Stadistes.

Par Louis Valat

Contenus sponsorisés