• Top 14 - Pierre-Louis Barrassi (Toulouse) face à Damian Penaud (Clermont)
    Top 14 - Pierre-Louis Barrassi (Toulouse) face à Damian Penaud (Clermont)
  • Top 14 - Lou rugby - Barassi
    Top 14 - Lou rugby - Barassi

Barassi : "Je ne suis pas à Toulouse pour devenir la star de l’équipe"

Le | Mis à jour

TOP 14 - Absent des terrains depuis la première journée, Pierre-Louis Barassi (24 ans) a effectué son retour sur les terrains samedi dernier face à Clermont. Le centre international (3 sélections) postule donc pour vivre sa deuxième titularisation de la saison face à Brive ce week-end. Avant ce déplacement en Corrèze, l’ancien Lyonnais se livre.

Vous avez intégré l’effectif haut-garonnais il y a maintenant trois mois, comment jugez-vous le début de votre aventure toulousaine ?

Je suis plutôt content, même si j’ai eu très peu de temps de jeu à cause de mes pépins physiques. Au niveau du rugby, j’ai envie de dire qu’il m’en manque encore un peu mais humainement, je suis très heureux d’avoir intégré ce groupe, dans lequel je me sens très bien.

Avant votre entrée en jeu face à Clermont le week-end dernier, vous n’aviez joué qu’une mi-temps face à Bordeaux la première journée à cause de douleurs à la cheville. Cette blessure est aujourd’hui derrière vous ?

On va dire que cette blessure était surtout dûe aux nombreuses entorses que j’ai faites la saison dernière avec Lyon. On s’est rendus compte que ce n’était pas totalement guéri lors de mes premières semaines donc j’ai fait un petit tour à l’infirmerie pour que ma cheville se régénère complètement.

? Sortie de @Tim_Nwilliams, remplacé par @PlBarassi.

⏱️ 40'#STASM pic.twitter.com/yLTrcSHFLx

— Stade Toulousain (@StadeToulousain) October 8, 2022

Les douleurs ont-elles totalement disparu ?

Normalement, c’est derrière moi oui. L’inflammation n’est plus là donc il ne devrait plus y avoir de problèmes à ce niveau là. Je vais pleinement pouvoir attaquer la partie rugby et ne pas être en demi-teinte comme je l’étais en tout début de saison.

Votre but est désormais d’enchaîner les sorties ?

Tout à fait. J’ai besoin de temps de jeu pour me remettre complètement d’aplomb et retrouver toutes mes sensations, mais au niveau physique pur et dur, c’est tout bon !

À votre arrivée, vous avez énormément évoqué la complexité pour s’adapter au projet de jeu toulousain. Cette absence de quelques semaines a-t-elle encore un peu plus compliqué les choses ?

On va dire qu’il y a des jours avec et des jours sans. J’ai de plus en plus d’automatismes mais il me faut encore un peu plus de rodage avec l’équipe. Le projet de jeu ici est assez unique. Le fait d’aimer jouer dans le désordre par exemple, c’est quelque chose à laquelle je n’étais pas habitué dans mon ancien club.

Même si vous n’avez joué "que" deux petits bouts de match avec Toulouse, avez-vous la sensation d’avoir changé de dimension ?

Forcément, il y a certaines choses qui changent. Dans un premier temps, on se rend vite compte de l’engouement qu’il y a autour de ce club. Mais d’un autre côté, on ressent également le grand nombre de personnes qui souhaitent nous voir tomber chaque week-end. Le Stade toulousain ne laisse personne indifférent, soit tu l’aimes, soit tu ne l’aimes pas. De ce fait, les attentes ne sont pas forcément les mêmes, c’est normal.

C’est-à-dire ?

On joue souvent le dimanche soir déjà… (rires) Ensuite, on sent vraiment la ville pousser derrière nous. Quand tu portes le maillot de Toulouse, t’es plus suivi de manière générale.

Top 14 - Lou rugby - Barassi
Top 14 - Lou rugby - Barassi

Vous étiez une des têtes d’affiche de l’effectif lyonnais depuis quelques saisons. Désormais, vous n’êtes "qu’un" membre à part entière d’une ligne arrière composée de nombreux internationaux, est-ce que cela chaque quelque chose au niveau des attentes envers vous ?

Tout d’abord, je ne me considérais pas comme une tête d’affiche à Lyon. Ensuite, mon but n’est pas de devenir le star de l’équipe. Il y a énormément de grands noms à Toulouse et ils sont mis en avant de manière tout à fait normale. Ils le méritent plus que les autres. Personnellement, je n’y vois aucun point négatif.

Le staff change énormément ses quinze de départ depuis le début de la saison, surtout derrière. Cela permet de concerner tout le monde ?

C’est forcément positif. Tous les joueurs ont leur chance, personne ne se repose sur ses acquis. Autant de concurrence n’est jamais une mauvaise chose, il faut simplement bosser pour avoir sa place dans l’équipe le week-end. Tout le monde se tire vers le haut et cela se ressent sur nos résultats en championnat.

Vous avez loupé la dernière tournée du XV de France à cause de votre cheville. Votre but est de retrouver ce maillot bleu le plus rapidement possible ?

On va dire que pour l’instant, je ne peux pas espérer grand chose. Le calcul est rapidement effectué, j’ai joué quarante minutes depuis le début de la saison… Dans un premier temps, je veux jouer avec Toulouse, enchaîner les matchs. On parlera de l’étape supérieure un peu plus tard, si jamais je le mérite.