• Top 14 - Gonzalo Quesada (Stade français) vers la sortie
    Top 14 - Gonzalo Quesada (Stade français) vers la sortie

Quesada : "Un énorme état d’esprit"

Par Rugbyrama
Le

TOP 14 - Après la rencontre, le manager parisien Gonzalo Quesada est longuement revenu sur la large victoire des siens, à Nanterre. En ces termes…

Que ressentez-vous ?

J’ai de très bonnes sensations depuis ces dernières semaines. L’équipe gère très bien. […] J’ai eu l’occasion de vivre ce derby à de nombreuses reprises mais je n’ai jamais vu le Stade français sortir un match de ce niveau-là.

Vous êtes aujourd’hui deuxièmes du championnat…

Il y a deux ans, nous avons fini quatrièmes et ça nous avait permis de nous qualifier. Au niveau comptable, on est donc très bien. Mais l’écart de points avec les autres reste fragile… Soyons vigilants… Car aujourd’hui, Marcos Kremer et Baptiste Pesenti se sont blessés et nous avons de gros problèmes en deuxième-ligne (Gabrillagues, Azagoh et De Giovanni sont également indisponibles, N.DL.R.). Des jokers médicaux vont arriver pour traverser cette période délicate.

Comment expliquez-vous ce match abouti ?

Il y a d’abord eu un énorme état d’esprit de la part de tous les joueurs. Nous avons contré le Racing, cette équipe qui aime tant les matchs qui s’emballent. Pour les battre, il fallait enrayer ce rythme-là et nous y sommes parvenus. Le match est resté structuré, à notre rythme et cela nous a souri. Et puis, nous avons été très réalistes…

Qu’avez-vous pensé de la performance de Léo Barré, au fond du terrain?

Léo est un joueur polyvalent. Il couvre les postes de 10, 12 ou 15. Il s’entraîne beaucoup plus à l’ouverture qu’à l’arrière et notre jeu passe beaucoup par le demid ‘ouverture. On a evec lui une doule-commande. Il prend le relais quand le besoin s’en fait ressentir. Il ne se pose pas de questions, prend les espaces et reste donc un joueur très intéressant.

Quels conseils avez-vous à donner à vos joueurs, pour traverser au mieux la période des fêtes ?

J’ai pas vu énormément de dirigeants de la Ligue ou de Provale avec nous, aujourd’hui. Ce sont pourtant eux qui ont signé les accords pour ces matchs là. J’étais étonné… Mais bon… Nous restons des privilégiés, on ne va pas se plaindre.