Icon Sport

Camara : "Je rêve de lever plusieurs Boucliers, ce club mérite encore plein de choses"

Camara : "Je rêve de lever plusieurs Boucliers, ce club mérite encore plein de choses"

Le 25/06/2022 à 10:02Mis à jour

TOP 14 - Le troisième ligne et capitaine montpelliérain est heureux mais pas rassasié après le sacre du MHR ce vendredi soir, au Stade de France. Il parle de fierté mais surtout de sa détermination à assumer ce titre à l'avenir.

Quelles émotions vous ont envahi après ce sacre tant attendu ?

Vous savez, je ne suis pas trop émotif. Mais je suis très heureux d'avoir marqué l'histoire de ce club. On va bien fêter ça puis préparer la saison d'après. Car on aura un challenge à relever : montrer que l'on méritait ce Bouclier.

Comment analysez-vous votre entame canon ?

On savait que le début de match serait important. Nous leur avons mis la pression d'entrée. C'est ce qui nous a permis d'ouvrir notre jeu et de marquer plusieurs essais.

On vous sent très mesuré. Pourtant, c'est le plus grand jour de votre carrière, non ?

Bien sûr, c'est le plus grand jour pour l'instant, mais j'ai bien d'autres objectifs. Ça en faisait partie, mais pour moi, ce n'est qu'une étape.

En tant que capitaine, cela doit avoir une résonance particulière ?

Je suis content d'avoir amené le groupe à ce niveau-là. Je suis très fier d'être capitaine de cette équipe, de cette famille. Même si, on ne va pas se cacher, Guilhem et Fufu sont des capitaines aussi et m'ont beaucoup apporté, notamment sur cette finale. Paillaugue et Doumayrou aussi. Ce sont des leaders sur lesquels j'ai pu m'appuyer.

On dirait que vous ne réalisez pas que vous serez à vie le premier capitaine de Montpellier sacré champion de France ?

Je réalise, c'est cool, c'est super. Qu'est-ce que vous voulez de plus ? On va faire la fête et bien se préparer pour la suite. J'ai beaucoup d'objectifs. Je rêve beaucoup pour ce club, je rêve de lever plusieurs Boucliers. Pour moi, ce club mérite encore plein d'autres choses.

Qu'est-ce que cela représente pour le gamin d'Aubervilliers d'être couronné à Saint-Denis ?

Bien sûr, c'est important. Je peux célébrer ça avec toute ma famille. J'avais cette envie de leur montrer que l'on pouvait être champions même si Castres était favori. C'est un plaisir de vivre ces moments inoubliables avec eux. Même si, comme je l'ai dit, j'espère que ce n'est qu'une étape.

Dans la tête, vous devez repenser à tout ce que vous avez traversé pour en arriver là. Quelle épopée...

On avait touché le fond. Il y a eu une grosse remise en question. Je me souviens encore de réunions avec le président, de choses qui étaient dures à accepter, des changements de staff, des joueurs (il coupe)... Voilà. Ce groupe a un caractère de malade, un caractère de fou. Ça a payé. On est fiers d'avoir gravi les échelons pour en arriver ici.

Ce vestiaire a au passage prouvé qu'il avait une âme...

C'est ce que l'on essaye de construire depuis un moment. Ce groupe a une âme. Elle a flambé. Et triomphé.

Contenus sponsorisés