Midi Olympique

Hirigoyen : “On a mieux joué avec les conditions”

Hirigoyen : “On a mieux joué avec les conditions”

Le 18/09/2021 à 19:40Mis à jour

TOP 14 - Le troisième ligne aile avait le sourire après la victoire du BO face au Racing (28-19). Pour lui, son équipe a mieux géré le match et a fait preuve d’un état d’esprit remarquable pour l’emporter.

Mathieu, il n’y a pas eu photo cet après-midi. Vous l’emportez face à une belle équipe du Racing…

En revenant ici, à Aguiléra, nous avions à cœur de nous rattraper après notre contre-performance de la semaine dernière à Perpignan. Nous avions fait un très bon match en ouverture face à Bordeaux. Nous n’avions pas réussi à confirmer contre l’USAP. Nous voulions faire un gros match face au Racing. C’est ce que nous avons fait. Je pense qu’aujourd’hui, on a mieux joué avec les conditions. On a su bien occuper, défendre et ça s’est bien goupillé.

Les Racingmen ont loué votre état d’esprit. Est-ce, selon vous, ce qui a fait une partie de la différence ?

Cette année, nous savons que nous faisons partie des petites équipes. Les gros veulent venir gagner chez nous pour prendre des points. Ça fait plusieurs saisons que notre état d’esprit est de ne rien lâcher, de toujours s’envoyer. C’est ce qu’on fait. Lorsqu’on affronte des grosses équipes avec des internationaux à tous les rangs, ça donne envie de se surpasser.

Avez-vous senti les joueurs du Racing secoués, sur le terrain ?

Secoués, je ne sais pas. Mais quand il y a des mecs comme Johnny Dyer qui mettent les mains dans tous les rucks, quand Aguiléra s'enflamme sur la moindre pénalité, forcément, ça nous motive et ça nous donne envie de continuer à pousser. On voit, aujourd’hui, que portés par nos supporters, on ne lâche pas. Du début à la fin, on a mis le Racing sous pression et on arrive à prendre quatre points très importants.

Vous avez mis à mal le Racing dans le jeu au pied d’occupation. Était-ce votre plan ?

Oui, on savait que les conditions n’étaient pas faciles et que ça allait leur changer de l’Arena, qui est fermée. Ils sont venus à Aguiléra avec le terrain bien gras, la pluie et le vent. On savait que, si on voulait l’emporter, il fallait bien occuper, jouer chez eux et prendre le moins de risques possibles. C’est ce qu’on a fait. Brett (Herron) a récupéré trois ou quatre touches grâce à la règle du 50/22. En première mi-temps, nous avions le vent et la pluie, donc nous avons su occuper. En seconde période, alors qu’on devait se retrouver face au vent, il s’est calmé, le soleil est arrivé. C’est top. La consigne, c’était de rentrer devant au score à la pause.

D’autant que le Racing avait un banc sacrément épais…

Au Racing, avec les titulaires ou les remplaçants, ils ont une sacrée équipe. C’est un peu le même match que contre Bordeaux. On savait que si on rentrait devant à la pause, ils allaient douter. Nous les avons fait douter et nous avons su concrétiser nos actions.

Vous avez rejoué collectivement, ce qui vous avait fait défaut à Perpignan la semaine dernière…

Oui. Contre Bordeaux, nous avions fait un gros match collectif. À Perpignan, nous nous étions un peu troués, donc forcément, l’équipe et les mecs en question avaient à cœur de se rattraper aujourd’hui. C’est ce qu’ils ont fait.

De l'extérieur, on a l’impression que vous êtes encore animés par les événements des derniers mois. À chaque ruck, on voyait une forme de rage. Le ressentez-vous aussi ?

C’est notre façon de faire. On défend bien, on a des gros gratteurs : Johnny Dyer, Steffon Armitage, Lucas Peyresblanques. On fait ce qu’on sait faire et ce qu’on maîtrise. C’est ce qui marche depuis un an et demi et c’est ce que nous allons continuer à faire.

Contenus sponsorisés