Icon Sport

Quesada : "On commence à ressembler à l’équipe qu’on veut être"

Quesada : "On commence à ressembler à l’équipe qu’on veut être"
Par Rugbyrama

Le 23/10/2021 à 18:15Mis à jour

TOP 14 - Suite à la victoire du Stade français face à Lyon au Stade Jean-Bouin (23-18), le manager parisien a beaucoup apprécié l'état d'esprit de son groupe.

Vous avez gagné en souffrant jusqu’au bout Gonzalo…

Oui, mais tout en souffrant, on savourait l’état d’esprit que les joueurs affichaient. Ça fait plaisir de voir les joueurs avec ce caractère contre cette très belle équipe de Lyon, et faire tout le nécessaire jusqu’au bout pour l’emporter.

Est-ce que l’on commence à voir enfin le Stade-Français que vous essayez de construire ?

Disons que depuis cinq semaines, on commence à ressembler un peu plus à l’équipe que nous voulons devenir, et à jouer le rugby que l’on souhaite pratiquer. Il y a des victoires, et de plus en plus de certitudes dans le contenu. Nous avons eu une belle mêlée, une bonne défense, et une belle dose d’opportunisme. Dans la mesure où nous avons eu du mal à lancer notre jeu, notamment en raison de notre touche pas toujours conquérante, il a fallu marquer à chaque fois que nous le pouvions. Et nous l’avons fait. Contre Clermont il y a quinze jours, nous avions eu des situations très similaires et nous n’avions pas marqué. Le peu d’opportunité que nous avons eu, nous les avons transformées. C’était essentiel contre la deuxième meilleur défense du championnat.

On sent encore un peu de fébrilité dans l’équipe. Vous avez craqué deux fois dans des circonstances étranges, sur un exploit de Léo Berdeu et un coup de chance de Yanis Charcosset. Qu’en pensez-vous ?

Ce n’est pas forcément de la fébrilité. Sur leurs essais, je trouve que les Lyonnais ont très bien joué deux coups de poker. Même s’il le réalise en sous nombre, le passage de bras de Léo Berdeu est superbement bien joué, et l’essai de Yanis Charcosset arrive après un coup de pied par dessus de Baptiste Couilloud. Bon, on était trois dans l’en but, mais le coup de pied était inattendu. Et puis, cela peut paraître embêtant de craquer là dessus, mais nous avons tellement été présents en défense… Nous avons contenu énormément d’attaques bien construites. Nous étions toujours prêts à attaquer le ballon, à disputer la zone de ruck. C’est bien.

Pensez-vous que ce genre de victoire vous permette de grandir ?

Oui, certainement. On acquiert quelques certitudes. On a vu que si on ne lâchait pas, ça passait. Et puis il y a eu cette bonne période de vingt minutes à la fin de la première mi-temps. On a senti l’équipe plus sur d'elle même, on a vu des initiatives.

Propos recueillis par Guillaume Cyprien

Contenus sponsorisés