Icon Sport

Quesada : "C’est une belle histoire"

Quesada : "C’est une belle histoire"
Par Arnaud Beurdeley via Midi Olympique

Le 01/05/2021 à 17:15Mis à jour

TOP 14 - A l’issue de la victoire de son équipe dans le derby parisien, le manager du Stade français Gonzalo Quesada n’a pas masqué sa satisfaction. Toutefois, dans la perspective d’une éventuelle qualification à la phase finale, il relativise : "Nous n’étions pas si mort avant le match et nous ne sommes pas plus en vie maintenant".

Midi Olympique : Cette victoire vous permet-elle de croire encore à la qualification ?

Gonzalo Quesada : Nous ne vivons pas une saison très stable. Entre le covid, les tweets (Matera), les départs (Fickou), il s’est passé beaucoup de choses. L’objectif, c’était de maîtriser notre performance et montrer notre caractère. Il fallait que notre conquête et notre défense soient de plus en plus solides. On avait besoin de cette constance. Et quand on a tout ça, on peut tout espérer. Quand on a joué contre Pau, c’était notre premier match en sept semaines. On tenait donc à bien démarrer ce dernier bloc, le bloc de l’espoir. Je pense que nous n’étions pas si morts avant le match et nous ne sommes pas plus en vie maintenant. Il faut qu’on pense à Brive. Personne ne va s’enflammer.

Comment avez-vous vécu la fin de match ?

G.Q. : J’aime beaucoup la psychologie, le travail mental d’une équipe. Pour qu’une équipe gagne en confiance, ça prend du temps. On a fait beaucoup de bons matchs sans gagner. Je pense aux matchs à Lyon, à Pau contre le Racing à la maison. Seulement, dans le « money-time », souvent nous n’avons pas su basculer. Et nous n’avons pas su basculer sur cette notion de confiance. Au contraire du Racing qui est une équipe très solide, habituée à ne jamais lâcher les matchs. Nous en avions parlé. On savait qu’ils seraient très déterminés. Même quand on pense qu’on a fait le boulot, rien n’est jamais fait. Et aujourd’hui, c’était un gros test dans ce secteur.

Le sort du match se joue-t-il sur la qualité de votre défense et votre capacité à contester les ballons au sol ?

G.Q. : Nous avons quand même raté quelques plaquages notamment dans les couloirs. Nous allons essayer de comprendre pourquoi. Mais c’est vrai que ce secteur a été déterminant. Nous avons été efficaces dans les moments clés. Les spécialistes dans ce secteur de jeu ont fait leur job. Je pense à Jonathan Danty, à Tolu latu, mais aussi à Lucas Da Silva. On l’a appelé à trois minutes de la fin pour rentrer en 3e ligne alors qu’il joue talonneur. Il aurait pu être déçu, mais on a senti sur son visage qu’il était prêt. Je lui dis chapeau car c’est lui qui qui a gratté le dernier ballon du match. Quand j’y repense, il avait été à l’origine de l’action qui nous avait fait perdre le match à aller (il avait raté un lancer important en fin de match) et aujourd’hui il nous permet de gagner sur cette dernière action.

Qu’avez-vous dit à vos joueurs à la fin du match ?

G.Q. : On avait bien préparé ce match et toute cette série de matchs. On essayait de travailler beaucoup en interne sur tout ce qui passe sur le terrain, sur notre jeu, notre conquête, notre défense mais surtout pour construire notre identité, notre caractère. On s’était donné quelques objectifs, on a donc parlé un peu de la fierté, mais pas de la fierté de gagner simplement le derby et du fait de rester en vie. Mais surtout du contenu, de ce que nous étions capables de faire sur le terrain. Avant le match, on a fait un truc un peu différent dans la préparation. C’était un peu risqué, mais les joueurs ont joué le jeu. Nous avions visualisé ce que nous pouvions vivre, comment le match allait se passer. C’était bien d’en reparler.

Contenus sponsorisés