Icon Sport

Les leçons de Radradra

Les leçons de Radradra
Par Leo Faure via Midi Olympique

Le 02/06/2019 à 20:58Mis à jour Le 03/06/2019 à 11:51

TOP 14 - Radradra peut bien être un phénomène de notre Top 14, sa parole est rare. Elle est pourtant fascinante, à bien des égards. Dans un long entretien accordé à Midi Olympique, le Fidjien se livre.

Loin des clichés de désinvolture qui entourent trop souvent les Îliens, Semi Radradra est un exemple de professionnalisme, dans toutes les sphères de sa vie. Dans un long entretien accordé ce lundi à Midi Olympique, le Bordelais en dit plus sur le régime strict qu'il s'impose, pour maintenir cette condition physique hors-norme. "Il faut faire attention à la nourriture, surtout ici en France avec la nourriture à base de beurre, les pains au chocolat notamment. Cela n’existe pas aux Fidji, c’est très bon... mais pas pour ton corps ! Il faut préférer le poisson et les légumes et limiter tes glucides. Tu peux t’autoriser un extra par semaine, après le match, mais il ne faut pas abuser, autrement tu prends du mauvais poids. Je ne pèse pas mes aliments mais je régule énormément ma nutrition. Avec ça et aussi de vraies plages de sommeil, régulières, pour que le corps récupère. Il ne faut pas oublier que si le rugby est un jeu, ton corps est ton outil de travail. Donc il faut le ménager". Une rigueur qu'il s'impose et qui lui a permis de briller, toute la deuxième partie de saison. Après des premiers mois plus délicats en Gironde. "Au départ, c’était un peu difficile pour moi, car il m’a fallu m’intégrer pour la deuxième fois en deux ans à un nouveau club. Au fur et à mesure, j’ai pu apprendre à connaître mes partenaires et à trouver ma place. Dommage que nous ne soyons pas parvenus à nous qualifier".

" Je me suis senti bien mieux ici qu’au RCT "

Le joueur ne regrette pas son choix pour autant. "Je me suis senti bien mieux ici qu’au RCT". Une stabilité qu'il trouve, enfin, en Europe. Mais une destination qu'il conseille avec beaucoup de précautions à ses compatriotes. "Il ne faut pas venir en Europe trop tôt, car c’est un véritablement déracinement. On le voit avec les problèmes qu’ont pu rencontrer des garçons comme Talebula sur son poids ou Ratini dans sa vie. Je vous cite ces deux joueurs car nous étions ensemble en sélection de jeunes. Ici, les tentations sont importantes". Une leçon qu'il applique à sa propre famille. "Une fois retraité, je vais aussi m’occuper de la carrière de mes deux jeunes frères. Ils sont âgés de 15 et 17 ans mais sont meilleurs que moi ! Ils ont un vrai gros potentiel pour faire une belle carrière en Europe. Ils jouent aux Fidji pour notre village, Somosomo, mais pour qu’ils viennent ici, j’aimerais qu’ils soient encadrés. Il ne faut pas qu’ils passent de notre île à une grande ville européenne. Le palier serait trop grand".

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0