Icon Sport

Top 14 - Le coup parfait des Lyonnais

Le coup parfait des Lyonnais

Le 16/02/2019 à 19:40Mis à jour Le 16/02/2019 à 20:55

TOP 14 - Le LOU a signé sa quatrième victoire de la saison à l’extérieur en s’imposant du côté de Jean-Bouin dans un duel entre concurrents à la qualification, 24 à 13, face à un Stade français qui a multiplié les erreurs.

L’image forte d’Heyneke Meyer se faisant siffler par une partie du public alors que ses pas pour regagner les vestiaires étaient relayés sur les écrans géants de Jean-Bouin, ou cette longue discussion des joueurs réunis en cercle après le coup de sifflet final, voilà des scènes marquantes. Cette nouvelle défaite du Stade français à domicile, la troisième en Top 14, pourrait couter cher dans la course aux phases finales. D’autant qu’elle est concédée face à un adversaire direct. Ce succès lyonnais, à l’inverse, ne souffre lui d’aucune contestation car il est le fruit d’une grande maitrise.

Un secteur illustre parfaitement les difficultés du Stade français : la touche. Avec cinq ballons déjà perdus au moment où l’arbitre signalait la pause, difficile de pouvoir lancer le jeu et ainsi créer du danger. D’autant que même en supériorité numérique après le carton jaune contre Francisco Gomez-Kodela pour un plaquage haut (30’), Paris n’arrive pas à scorer. Pire, c’est même Lyon qui inscrit son premier essai sur cette période, par Rudi Wulf, après une munition laissée en touche par l’adversaire et une percée de Noa Nakaitaci pour permettre un surnombre sur les extérieurs (35’).

Des Gones réalistes et opportunistes

Le LOU de Pierre Mignoni a parfaitement su gérer ses temps forts pour creuser l’écart, et il a mis en place une solide défense pour gérer au mieux ses temps faibles. Sa grosse activité dans les rucks incarnée par la prestation du troisième ligne Deon Fourie et sa capacité à ralentir les libérations lui ont permis d’écœurer Paris. Pourtant, Jonathan Danty trouve quand même la faille en sortie de mêlée, après un jeu au pied de Nicolas Sanchez, pour une note positive (74’) alors que le trois-quarts centre fêtait sa 150e avec le club de la Capitale.

Un autre joueur s’est montré à son avantage, un autre troisième ligne en la personne de Dylan Cretin, par son activité dans le jeu courant et son rôle en touche. L’on soulignera également l’apport du jeu au pied de Jonathan Wisniewski, à l’instar de sa transversale sur une pénalité rapidement jouée et amenant l’essai de Noa Nakaitaci (52’). Après avoir dominé Montpellier et le Racing par deux fois, au tour du Stade français de céder à deux reprises cette saison face à Lyon, plus que jamais dans la course pour un barrage à domicile.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0