AFP

Perpignan remonte le temps

Perpignan remonte le temps
Par Rugbyrama

Le 10/06/2009 à 17:45Mis à jour

Voici le dernier numéro de nos bilans de la saison avec Perpignan, le champion de France. Les Catalans ont réalisé une grande saison pour remporter leur premier Bouclier depuis 1954. Premiers de la phase régulière, ils ont eu le mérite d'aller jusqu'au bout. Retour sur une saison d'exception.

TOUR D'HORIZON:

En début de saison, Perpignan fait partie des candidats déclarés mais ne recueillent pas la faveur de tous les pronostics. Clermont et Toulouse, un peu plus. Sans faire de bruit, la formation catalane va faire son chemin à l'ombre des deux géants. Les Catalans vont se forger un mental d'acier dans l'adversité (Carter blessé en février, comme tous les autres ouvreurs à un moment ou un autre) et rapidement laisser de côté la H Cup où ils ne passent pas le premier tour. Ils vont aussi assurer au plus vite leur place dans le dernier carré, ne laissant ainsi pas de force dans les dernières batailles. Ajoutez à cela la rigueur de Jacques Brunel et la fièvre catalane et vous obtenez un titre de champion de France mérité.

LE TOP: Le Brennus

La récompense ultime d'une saison parfaitement maîtrisée. Forcément. Après 54 ans de disette, l'Usap a décroché le fameux bout de bois. Face à Clermont, les Catalans n'ont pas paniqué en finale. Malmenés pendant dix minutes au Stade de France, ils ont patiemment attendu leur heure et elle est venue, juste après la pause. Un essai de David Marty puis trois pénalités de Jérôme Porical ont permis de prendre le dessus sur les Auvergnats. Plus rien ne pouvait empêcher les Usapistes de remporter le titre et de partager leur bonheur avec toute une région.

LE FLOP: La H Cup

Bouclier de Brennus oblige, il est difficile, voire impossible de trouver un "flop" à Perpignan dans le championnat. Même les malheurs successifs à l'ouverture ne peuvent être imputés à l'Usap. On regardera donc du côté de la Coupe d'Europe où le club catalan n'a pas franchi la phase de poule. Si les Perpignanais n'avaient pas laissé un bonus en route face aux Italiens de Trévise et étaient parvenus à priver les Ospreys de ce même bonus à Aimé-Giral - deux objectifs à leur portée - ils auraient fait partie du grand huit. Mais c'est vraiment pour chercher la petite bête...

LE MEILLEUR JOUEUR: Maxime Mermoz

LA REVELATION: David Mélé

David Mélé est devenu un troisième choix de premier plan en l'espace de quelques mois. Remplaçant de Chris Cusiter et de Nicolas Durand en début d'année, il est devenu essentiel au système de jeu perpignanais. Le jeune Catalan a pesé de tout son poids durant la saison. Poussé sur le devant de la scène après une hécatombe de blessures au poste d'ouvreur, le demi de mêlée de formation a montré qu'il était capable de prendre ses responsabilités. Malgré ses 23 ans. David Mélé est un joueur complet. Il possède un jeu au pied précis, une bonne technique et a pris une autre dimension cette saison qui devrait lui être profitable à l'avenir.

L'AVENIR

Selon le président Paul Goze "l'objectif est de recruter des meilleurs joueurs que ceux qui sont déjà en place" . L'effectif catalan étant déjà très bien garni, l'Usap a donc commencé a prolonger les joueurs en place (Tonita, Chouly, Tuilagi, Britz, Burger, Candelon, Mélé, Olibeau), avant d'avancer sur plusieurs dossiers, notamment celui d'un ouvreur de classe internationale. Le titre ne devrait pas, malgré tout, entraîner de folies de la part des dirigeants catalans, dont les deux entraineurs Brunel et Goutta sont en Nouvelle-Zélande afin d'étudier des pistes possibles pour le futur recrutement.

LES CHIFFRES CLES:

Classement attaque: 3e (615 points)
Classement défense: 3e (374 points)
Classement domicile: 2e (55 points)
Classement extérieur: 1er (37 points)
Meilleur réalisateur: Jérôme Porical 176 (7e)
Meilleur buteur: Jérôme Porical 166 (7e)
Meilleur marqueur: Julien Candelon (9 essais)

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0