Icon Sport

Courteix : "Monter en puissance"

Courteix : "Monter en puissance"
Par Rugbyrama

Le 29/07/2021 à 15:37Mis à jour Le 29/07/2021 à 15:43

JO 2020 - Après une première journée olympique, l'entraineur de France 7 David Courteix et sa joueuse Shannon Izar nous livrent leur premières impressions.

Dans cette poule de 4, les deux premiers matchs du jour (Fidji puis Brésil) étaient les plus abordables pour les Bleues. Néanmoins si les Iliennes n'ont pas la popularité de leurs homologues masculin, cette première opposition avait tout du match piège. "C'est un match qu'on aurait pu perdre, affirme la joueuse. C'est sûr qu'on aurait préférait l'emporter avec plus de marge mais c'est une équipe imprévisible. J'ai senti l'équipe relâchée, confiante. Il ne fallait pas paniquer lors de cette dernière action, où l'on défendait devant notre ligne. On a fait ce qu'il fallait pour récupérer ce dernier ballon."

Un tournoi qui débutait donc par une victoire 12-5. Ensuite face au Brésil, cet état d'esprit serin s'est vraiment ressenti. "On savait que les Brésiliennes tenteraient le tout pour le tout contre nous, poursuit-elle. Il fallait qu'on soit patientes et très impliquées en défense. On se nourrit de leurs erreurs ensuite, les deux premiers essais sont deux ballons de récupérations, tombés. Une bonne première journée sans mauvaise surprise." Avec une seconde large victoire à la clé 40 à 5.

"Les éléments avec nous"

Une première journée où elles n'ont été que peu inquiétées, juste ce qu'il faut selon David Courteix, l'entraîneur : "On avait besoin de cette première opposition solide pour entrer dans ce tournoi. Toute la journée, les éléments étaient avec nous et en plus de ça, on a fait preuve de beaucoup de maîtrise avec de gros efforts physiques. Le travail est fait." À partir de demain la compétition sera tout autre.

Si elles veulent aller au bout, elles ne devraient croiser plus que des tops nations mondiales. À commencer par leur dernier match de poule, demain à 2h30 contre le Canada. Même si elles sont déjà qualifiées, pas question de galvauder ce match. "Ah non surtout pas. Tout d'abord ça ne ressemblerait pas à notre ADN, poursuit David Courteix, et puis battre le Canada, nous permettrait d'affronter une équipe moins en confiance en quart de finale. Les tournois de sevens c'est une question de monter en puissance. Si on veut aller au bout le Canada fait partie de cette montée en puissance. On enchaînera (en fin de matinée heure française) par le quart de finale. On s'est préparé pour ça, on ne les manque jamais sur le circuit mondial. Tout se passe comme prévu. On a eu une première journée physique, intense, mais comme tout le monde. Les Canadiennes se sont fait cabossées par les Fidjiennes cet après-midi, donc hâte d'être à demain."

Mise à part ce match dernier match de poule dans la nuit, il ne reste que des matchs couperets pour les Bleues si elles veulent aller au bout. À seulement deux résultats d'une médaille.

Par Baptiste Barbat

Contenus sponsorisés