Icon Sport

Jaminet : "L’équipe a montré qu’elle pouvait répondre présente sur les matchs importants"

Jaminet : "L’équipe a montré qu’elle pouvait répondre présente sur les matchs importants"

Le 05/03/2021 à 09:32Mis à jour Le 05/03/2021 à 09:43

PRO D2 – Victorieux à Oyonnax ce jeudi, Perpignan a pu compter sur un grand Melvyn Jaminet, auteur de 20 des 35 points de son équipe. Dans l’un des plus beaux matchs de la saison, l’arrière repositionné en cours de match à l’ouverture s’est montré décisif, idéal pour lui permettre de retrouver la confiance, et de rassurer aussi le collectif de l’USAP.

C’est un Melvyn Jaminet forcément un peu emprunté qui s’est confié après la victoire de l’USAP à Charles-Mathon, jeudi soir, et ce alors que la musique résonnait encore dans le vestiaire catalan situé dans la pièce à côté. Au regard des efforts fournis par des Perpignanais réduits à 14 dès la 55e minute et qui ont su forcer le destin en fin de rencontre, la prestation de Melvyn Jaminet a été décisive avec 20 points marqués et notamment un essai, une pénalité des 55m ou des offrandes à Acebes et Deghmache. Celui qui a été dispensé de quelques entrainements ces derniers temps semble avoir retrouvé cette confiance.

"Il fait un très grand match même s’il faut lui rappeler qu’il perd deux ou trois ballons, a d’abord lancé avec le sourire Patrick Arlettaz. C’est un jeune joueur qui peut encore faire beaucoup mieux. Ce sera un grand joueur. Il faut toujours y aller doucement avec les jeunes mais il a la tête sur les épaules. Il sait où il veut aller et qu’on l’aime beaucoup. On est conscient de ses qualités et de tout ce qu’il peut encore apprendre. C’est un garçon qui n’a pas ce potentiel à gonfler rapidement de la tête et des chevilles. Mais on saura lui rappeler si cela arrive car il joue à côté de très grands joueurs. Il faut rester calme."

Melvyn, on vous sent fatigué, mais soulagé, après ce très gros match !

Melvyn Jaminet : Oui très fatigué ! On savait que venir ici, ça allait être très difficile dans le combat. Il fallait qu’on joue, que l’on retrouve notre jeu que l’on avait perdu depuis trois ou quatre matchs. Et je pense que ce soir l’équipe a montré que son caractère n’était pas parti. On avait toujours envie de produire du jeu et ce soir je pense que tous les joueurs qui étaient sur la pelouse ont fini emprunté…

On parle de grosse performance car vous tenez presque 30 minutes à 14…

M.J. : On savait qu’avec cet engagement on allait faire des fautes, que l’on n’était pas à l’abri de tout ce qui s’est finalement passé. Je pense que le caractère a fait que l’on est resté lucide, que l’on est resté un groupe et c’est ce qui fait gagner.

Ce terrain synthétique a semblé vous ravir, et être une surface idéale au regard de vos qualités ?

M.J. : Bien sûr. C’est une surface que j’adore. Cela permet de la vitesse, c’est ce que j’aime. J’avais senti un coup de mou sur deux ou trois matchs, dû au fait d’enchainer. Les entraineurs l’ont vu, et ils m’ont un peu ménagé aux entrainements ce qui m’a fait beaucoup de bien. Ce match fait plaisir, mentalement cela fait plaisir de retrouver du jeu comme ça.

À la 74ème minute, vous faites cette course folle qui amène cet essai décisif de Mathieu Acebes. Racontez-nous cette action.

M.J. : J’essaie à tout prix de relancer et de chercher une brèche. Après, je vois qu’il y a un trou devant et là je ne réfléchis plus, je me donne à fond et j’accélère. À la fin, je vois Mathieu qui est sur l’extérieur. Il m’a assez souvent reproché de ne pas lui faire la passe (rires) et je pense que je lui ai fait un beau cadeau.

" J’ai eu un passage à vide, avec de la fatigue mentale. Une performance comme celle-là libère pour la suite."

Vous évoquiez le jeu produit, mais il y a aussi une belle capacité d’adaptation à l’adversaire, à l’image de cette faculté à les prendre dans l’axe.

M.J. : Toutes les équipes préparent leurs matchs et on avait un plan de jeu à respecter. On savait qu’il fallait que l’on réponde présent dans le combat et tout le monde a fait ce qu’il fallait pour que ça se passe bien. Tout n’a pas encore été parfait mais je pense que l’équipe a rendu une copie correcte. Le fait de pouvoir gagner ici va faire du bien mentalement à tout le monde pour préparer la suite.

« Correcte », c’est presque un mot dur pour qualifier la performance.

M.J. : Rien n’est jamais parfait. Il faut toujours chercher la perfection pour aller le plus loin possible. Il y a quelques détails quand on est proche de la ligne, avec des approximations qui ont fait que l’on a de suite perdu le ballon. Dans les matchs très serrés, on ne doit pas faire cela. Je perds un ballon à 10m de leur ligne, on prend un contre, une pénalité et des points… C’est ça les petites choses qu’il faut que l’on arrive à corriger car cela ne passera pas dans les matchs couperets.

À titre individuel cela reste un match qui compte, quand on arrive à marquer, à faire marquer, à être décisif.

M.J. : Oui. Ce sont des matchs qui font plaisir. J’ai eu un passage à vide, mentalement, avec de la fatigue, et le fait de faire une performance comme celle-là, ça libère pour la suite. Ça me fait aller tout droit dans le bon chemin.

Et cette suite, vous la voyez comment pour l’USAP ?

M.J. : On la voit match après match. On a un objectif en tête mais il ne faut pas que l’on se focalise dessus. Il faut que l’on se focalise sur les matchs du week-end pour ne pas passer à travers. On sait que chaque équipe va nous jouer à 200% et on ne peut pas se permettre de passer à côté d’un match en pensant à la fin de saison.

On vous croyait dans le doute et en tout cas vous vous rassurez, même si les supporters tatillons diront qu’ils savent de quoi vous êtes capables…

M.J. : Oui… On sait que l’on était un peu dans le doute avec un passage difficile ces derniers temps. Ce soir, je pense que l’équipe a été présente pour montrer que rien n’est perdu et que l’on pouvait répondre présent sur les matchs importants.

Contenus sponsorisés