Icon Sport

Nicot : "Une belle saison à finir"

Nicot : "Une belle saison à finir"

Le 19/02/2021 à 09:03Mis à jour Le 19/02/2021 à 09:11

PRO D2 – De retour dans son ancien club (2011-2017) après trois ans et demi à Pau, le centre columérin Florian Nicot a soufflé après le court succès 12-9 contre Béziers ce jeudi en ouverture de la 20e journée. Avant deux chocs décisifs à Nevers puis Grenoble en vue des places qualificatives, cette victoire est la bienvenue pour celui qui a retrouvé son rôle de régulateur.

Avez-vous retrouvé le club à la Colombe comme si vous n’étiez jamais parti ?

Oui car il y a toujours cette bonne ambiance familiale et bon enfant entre les éléments du club. Non car il me faut retrouver des repères sur le jeu et que pas mal de coéquipiers ont changé. Mais je n’ai pas trop eu le temps de cogiter car les matches s’enchaînent et il y a une belle saison à finir au mieux.

Vous avez de suite été responsabilisé sur le jeu de par votre poste et votre expérience.

Être leader de jeu ou régulateur, c’est ce que j’aime et ça correspond à mon profil. Alors j’ai essayé d’aider au maximum mes coéquipiers. Mais je n’oublie pas les autres expérimentés que sont Fabien Perrin et Alexis Palisson dans la ligne de trois-quarts.

Est-ce une vague de fraîcheur de jouer la qualification en Pro D2 avec Colomiers quand vous jouiez le maintien avec Pau depuis quelques temps ?

Depuis deux ans et demi en effet, c’était mentalement dur à Pau de tout le temps se battre pour le maintien. Je me souviens quand nous évoluions les saisons d’avant un peu plus en haut au classement et ce n’était pas la même pression. Donc retrouver cet enjeu positif avec Colomiers n’est pas pour me déplaire, même si je suis réaliste et que je sais que les enjeux sont moindres en Pro D2 par rapport au Top 14.

" Ambition et humilité à Nevers"

Revenons au succès contre Béziers. Comment expliquer cette victoire étriquée ?

Je n’ai pas beaucoup de bons souvenirs contre cette équipe de l’ASBH qui ne nous réussit pas depuis quelques saisons. Le scénario a encore proposé un match difficile où on a mis en place quelques bonnes séquences mais on n’a pas su convertir certains coups avant de prendre des contres qui font mal aux jambes et aux têtes, et qui nous ont frustrés. Peut-être qu’on peut l’expliquer par un manque de confiance et le souvenir inconscient des deux courtes défaites à Michel-Bendichou contre Vannes et Biarritz ? Ce qui est certain, c’est que l’absence de public met aussi davantage de pression sur les équipes qui reçoivent. On retient donc cette deuxième victoire de rang qui fait qu’on n’a pas gagné pour rien à Rouen lors de la journée précédente et qu’on a engrangé huit points sur ces deux matches.

Les deux prochaines rencontres à Nevers et Grenoble, deux concurrents directs dans la course à la qualification, vont-ils décider de votre fin de saison ?

Contre des concurrents aux six premières places, il ne va pas falloir passer à côté. On va s’y rendre avec autant d’ambitions que d’humilité vu notre jeu proposé actuellement, et peut-être avec un peu moins de pression que lorsque l’on reçoit. On a envie de rester parmi les six premières places du classement que l’on truste depuis longtemps. Donc on sait ce qu’il nous faut faire avant de bien achever ce bloc en recevant Valence-Romans. On pourra alors faire un bilan pour notre fin de saison.

Contenus sponsorisés