Other Agency

Moïse : “Des sourires qui reviennent”

Moïse : “Des sourires qui reviennent”

Le 22/09/2021 à 13:20Mis à jour Le 22/09/2021 à 13:34

Pro D2 - À 30 ans, le pilier gauche, arrivé en provenance de la Section Paloise, a disputé son premier match sous les couleurs d’un nouveau club contre Provence Rugby (15-18). Un retour victorieux sur le terrain qui donne de l’air au Racing Club Narbonnais après trois défaites consécutives (14e).

Comment s’est construit ce premier succès décroché sur la pelouse de Provence Rugby après un début de saison difficile ?

On a été solidaires et on a fait preuve de patience pour claquer ce drop en fin de match. On avait les armes pour avoir un score un peu plus large. Le début de rencontre a été compliqué jusqu’à la blessure d’Etienne Ducom (fracture ouverte de la cheville). Elle nous a permis d’entrer dans le match. Cette victoire on la doit à la solidarité.

La mêlée narbonnaise fut un élément clé dans ce succès. Vous revenez de blessure et vous avez disputé quasiment tout le match aux côtés de votre ancien coéquipier à Pau, Mohamed Boughanmi. Un sérieux atout cette saison pour Narbonne ?

Avec Momo, on commence à se connaître, on a disputé pas mal de matches ensemble. Après il y avait aussi d’autres joueurs derrière, la mêlée, ce n’est pas que la première ligne. Mais oui j’espère qu’on va pouvoir apporter toute notre expérience et notre passé pour que la mêlée narbonnaise soit notre force.

Comment avez-vous vécu ce début de saison délicat sans pouvoir fouler les terrains ?

C’est toujours compliqué quand on arrive dans un nouveau club. C’est mon premier départ de Pau et j’avais à cœur d’être avec le groupe. Je fais toute la préparation et la veille du premier match amical je me blesse au genou. Mais j’ai rongé mon frein et tout fait pour revenir le plus vite possible.

On imagine que la semaine de travail est peut-être moins tendue avant de recevoir Aurillac vendredi soir (19h30) ?

Oui c’est clair. C’est ce qu’on se disait avec beaucoup de coéquipiers. Après une victoire, il y a des petits sourires qui reviennent et qui te confortent dans le travail. Mais on garde les pieds sur terre, nous n’avons gagné qu’un match et perdu les trois autres. Aurillac est une équipe habituée à la Pro D2. C’est un sacré morceau qui arrive mais nous avons bien travaillé pour aller chercher une victoire vendredi.

Après deux défaites à la maison contre Mont-de-Marsan et Montauban, cette Pro D2 ne vous laisse plus vraiment le droit à l’erreur …

Je l’avais connue en début de carrière avec Pau avant de monter. C’est un championnat qui a bien évolué, comme le Top 14 d’ailleurs. Elle ne laisse pas le droit à l'erreur, c'est vrai. On s’est déjà loupés deux fois à domicile. Il faut qu’on soit capable d’aller chercher des points à l’extérieur comme on l’a fait à Aix mais surtout capitaliser à la maison, contre n’importe quelle équipe.

Contenus sponsorisés