Icon Sport

Oyo retrouve le tempo, Nevers décélère

Oyo retrouve le tempo, Nevers décélère

Le 13/12/2020 à 10:17

PRO D2 - Sous des trombes d’eau, il était compliqué de faire grand spectacle samedi soir pour la clôture de la 13e journée de championnat entre Oyonnax et Nevers. Les Haut-Bugistes ont mis un point d’honneur à s’imposer à nouveau dans leur antre de Mathon, quinze jours après avoir chuté devant Vannes.

Plusieurs enseignements peuvent être tirés après ce succès oyonnaxien (28-20) et ce voyage à vide neversois.

Oyonnax avec maîtrise

Il fallait remettre les choses à l’endroit à Mathon après le match de Vannes, c’est chose faite" ! Benjamin Fall est arrivé il y a peu de temps dans le Haut-Bugey mais l’ancien Bayonnais a vite compris l’importance de faire régner l’ordre à domicile pour les Oyonnaxiens. Et c’est Nevers qui a payé la note ! Oyonnax a su s’appuyer sur une forte domination en mêlée dans le premier acte.

Avec 3 pénalités récupérées dans ce secteur avant d’obtenir un essai de pénalité sur une nouvelle lutte entre les deux paquets d’avants. Dans des conditions météorologiques assez dantesques, le jeu de pression qu’Oyonnax sait parfaitement manier est précieux. Avec maîtrise, les Haut-Bugistes construisent ainsi leur avance au tableau d’affichage. Un écart qui s’avère ensuite décisif. "Je suis satisfait du jeu et de l’état d’esprit en première période, indique le manager Joe El Abd. Puis de l’état d’esprit en deuxième, moins du jeu. Mais nous avons su rester dans le match après l’essai de Nevers".

Dans le deuxième acte, c’est en effet une féroce défense qui prend le relais côté Oyonnax, tandis que le pied de Le Bourhis permet aussi de verrouiller le succès quand les Bourguignons amorcent un retour au score. Ce deuxième acte est un peu plus décousu côté oyonnaxien mais mental et expérience permettent de conserver l’avantage menant à la victoire. "Cela a été très haché, reconnait Benjamin Fall. Mais nous avons réussi à bien défendre". Dans cet exercice où il a fallu impacter l’adversaire, Phoenix Battye signe un retour fracassant, tandis que le manager Joe El Abd a aussi apprécié l’abattage de sa 3e ligne 100% oyonnaxienne de formation Taieb-Credoz-Zegueur !

Enfin, le collectif haut-bugiste s’est aussi montré solide et bon gestionnaire lors de deux infériorités numériques dans cette partie (Cartons jaunes à Geledan à la 7e, à Durand à la 72e). Cumulant puissance et maîtrise tactique, le Oyonnax qui malmène ses adversaires est donc bien de retour.

Nevers, dynamique enraillée

Si Oyonnax se remet sur de bons rails en enchaînant un deuxième succès de rang, Nevers peut regretter de ne pas parvenir à s’offrir de points sur cette partie et doit accrocher les wagons derrière les locomotives du championnat. Surtout que les Bourguignons réussissaient à scorer à chaque match depuis le début de ce bloc. Mais dans cette rencontre, Nevers paie son départ manqué.

Sous une forte pluie, l’USON peine beaucoup plus à s’adapter aux conditions que son adversaire. L’équipe neversoise joue d’abord un peu trop dans son camp. Et comme les Bourguignons manquent de discipline, ils subissent et les pénalités oyonnaxiennes de Yohan Le Bourhis s’additionnent. "Il nous a manqué de la précision et de la discipline, notamment en première période, estime l’arrière neversois Loïc Le Gal. Et nous avons un peu surjoué en première mi-temps et eu du mal à sortir de notre camp".

Autre point noir de la première période : la mêlée. Trois pénalités concédées avant un essai de pénalité en faveur des Oyonnaxiens. "Nous sommes trop dominés en mêlée, appuie le manager Xavier Péméja. Cela fait 16 points possibles concédés, c’est trop. Nous avons eu trop de retard en première période". "Nous sommes défaillants en conquête, fait écho le 3e ligne Théophile Cotte. En première mi-temps, nous avons aussi lâché des ballons au contact. Nous devons faire les choses plus proprement".

Si l’USON réussit ensuite à rectifier le tir dans le deuxième acte avec des joueurs très incisifs et une meilleure occupation du terrain au pied, les Bourguignons laissent filer le bonus défensif sur une nouvelle faute d’indiscipline en toute fin de partie. Très déçu d’avoir vu ce point lui échapper, Xavier Péméja cherche à positiver : "L’état d’esprit du groupe est là. A une époque, nous aurions lâché. Là, nous avons su revenir et coller au score". Mais pas suffisamment pour valider un point de bonus défensif et éviter un voyage à vide.

Oyonnax consolide son podium, Nevers piétine

Avec ce succès, Oyonnax consolide sa troisième place sur le podium malgré deux matchs en retard. Les Haut-Bugistes cherchent à reprendre le train d’enfer qu’ils menaient au moment d’être stoppés par les Vannetais. Il ne sera pas aisé d’enchaîner victorieusement puisque l’équipe de l’Ain se déplacera sur la pelouse de Perpignan pour un choc au sommet du championnat.

Mais la bande à Tony Ensor présentera de solides garanties en terres catalanes. De son côté, Nevers manque l’occasion de grapiller un point de bonus défensif à Mathon, surtout après une grosse débauche d’énergie pour revenir dans la partie. "C’est vrai que c’est rageant car nous étions sur une bonne dynamique sur ce bloc, consent le 3e ligne neversois Théophile Cotte. Même si nous n’avions pas gagné à l’extérieur, nous avions ramené un point de Colomiers. Surtout que dans ce match, nous revenons à 5 longueurs d’Oyonnax et nous ne sommes pas loin de gratter quelque chose et puis finalement nous repartons avec 0 point…"

7e au classement, les Bourguignons ne sont pas largués dans la course à la qualification mais ils ont déjà laissé échapper des points précieux. Et peuvent donc encore nourrir quelques regrets avant de boucler l’année à domicile face à Rouen. Où forcément, ils n’auront pas de droit à l’erreur.

Contenus sponsorisés