Icon Sport

Alexandre : "J’ai encore envie d’apporter ma pierre à l’édifice"

Alexandre : "J’ai encore envie d’apporter ma pierre à l’édifice"

Le 17/11/2019 à 10:07

PRO D2 - En fin de contrat en juin 2020, Fabien Alexandre, 34 ans, aimerait prolonger encore un peu sa carrière à Grenoble, se sentant bien physiquement et gardant toujours la motivation à venir s’entraîner et à jouer. Le troisième ligne évoque aussi son rôle qui a évolué et la réception de Montauban ce dimanche (14 h 25).

Rugbyrama : Vous vous êtes imposés dans la difficulté contre Béziers (25-18). Quels enseignements avez-vous tiré de ce match ?

Fabien Alexandre : La plupart des observateurs disent dans la difficulté parce qu’on a mis 40 points à la maison (contre Valence-Romans et Nevers, ndlr). Tous les matchs ne se gagnent pas en mettant 40 points. Béziers a fait un très bon match, nous a contrarié sur les phases de ruck, la conquête, mais je pense qu’on a mis les ingrédients et qu’on a fait un match très sérieux.

Après l’ASBH, c’est Montauban qui se présente au stade des Alpes. Ce n’est pas évident de recevoir deux fois de suite ?

F.A. : Non, on est contents de recevoir. Ce qui est un peu plus compliqué, c’est qu’on joue le dimanche, donc les semaines sont longues, mais il y a toujours la même fraîcheur et l’envie de bien faire.

" On n’a pas du tout dans les têtes le match à Perpignan"

Comment jugez-vous les Montalbanais ?

F.A. : Ils ont été un peu plus en difficulté en début de saison pour les raisons qu’on connaît (l’épisode du staphylocoque, Ndlr). Ils ont beaucoup d’expérience en Pro D2. Ils viendront forcément à Grenoble avec des ambitions. Ce sera à nous de faire au mieux pour les éteindre le plus vite possible, pour essayer de ne pas se mettre en difficulté. On les prend vraiment très au sérieux.

L’erreur serait-elle de penser déjà au déplacement à Perpignan la semaine prochaine ?

F.A. : On connaît la difficulté du championnat. Il faut être le plus sérieux possible. C’est très important de prendre des points à domicile. On n’a pas du tout dans les têtes ce match de Perpignan. La semaine prochaine, il y en aura assez sur ce match-là. On reste dans nos bases de travail. À l’équipe qui aura la chance de pouvoir jouer contre Montauban de faire le meilleur match possible.

" L’émulation est hyper-positive, tout le monde a envie de croquer dans cette aventure"

Quel bilan faites-vous de ce premier tiers de championnat ?

F.A. : Le bilan est forcément positif parce qu’on a montré du caractère. Malgré notre mauvais début de saison (avec la défaite à domicile contre Colomiers, Ndlr), on est allé chercher des victoires à l’extérieur (à Carcassonne et Aix-en-Provence) qui nous ont remis en confiance. On a un effectif très fourni, tout le monde a très envie de jouer. Le staff fait beaucoup de roulements, ça met tout le monde dans le match. Dès que tu ne joues pas, que tu n’arrives pas trop à enchaîner, ça te fout un peu les boules, donc ça te rebooste aussi pour pouvoir, quand tu as un peu de temps (de jeu), montrer que tu es là. L’émulation est hyper-positive, tout le monde a envie de croquer dans cette aventure. Maintenant on va arriver dans une deuxième partie de saison avec l’hiver où il y aura des stratégies un peu différentes à mettre en place.

À titre personnel, vous ne jouez pas tous les semaines. La concurrence est importante cette année…

F.A. : Oui. Mon rôle a un peu changé. Il y a d’autres joueurs qui émergent, des jeunes qui prennent aussi un peu plus les choses en main. Personnellement, j’ai raté le début de saison à cause d’une blessure. Il a fallu que je colle au peloton pour jouer. À chaque fois que je joue, j’en profite au maximum. J’ai toujours été un compétiteur. Ce que j’aime, c’est de jouer le plus possible. Quand je ne joue pas, je suis un peu déçu. Là, j’aurai la chance de jouer contre Montauban. Je vais essayer de montrer encore tout mon enthousiasme et l’amour pour ce maillot.

" Maintenant je ne suis plus sur le front, plus derrière"

Vous dites que votre rôle a changé, quelles sont les différences maintenant ?

F.A. : La différence est que j’étais capitaine l’année dernière, cette année je ne le suis plus. Il y a un nouveau groupe de leaders qui a été plus ou moins mis en place. C’est une passation aussi parce que je ne serai pas éternel, il y a des joueurs qui sont beaucoup plus jeunes. Ils ont essayé de leur amener un maximum d’expérience, ça passe aussi par avoir des responsabilités. Pour l’instant, ils se débrouillent pas trop mal.

Comment intervenez-vous auprès des jeunes ?

F.A. : Maintenant, je ne suis plus sur le front, plus derrière. S’il y a un jeune qui est difficulté, j’essaie de le réconforter et de lui apporter un peu des solutions. Quand on est capitaine, à chaque fois, on doit gérer beaucoup de choses sur l’instant T, c’est toujours difficile de gérer celles à côté. Après, pour moi, c’est toujours naturel de parler. Quand je veux dire quelque chose, ce n’est pas pour ça que je n’ai pas la parole. On le vit différemment. Cela me permet aussi d’avoir un peu plus de libertés dans le jeu, de moins focaliser sur l’équipe et penser un peu plus à mon jeu. C’est agréable.

Comment envisagez-vous la suite ?

F.A. : Je suis en fin de contrat. Je me suis toujours dit que c’était peut-être le dernier mais physiquement je me sens bien, je n’ai pas forcément de douleurs, de rancœurs à aller à l’entraînement, des choses comme ça. Le jour où j’en aurai un peu marre d’y aller et de jouer les matchs, forcément, j’arrêterai. J’ai encore cette envie d’apporter ma pierre à l’édifice, de jouer, prendre du plaisir. Pas mal disent que je suis le vieux, l’ancêtre ou le papi, c’est vrai que les jeunes maintenant ont 15 ou, certains, 16 ans de moins que moi. C’est quelque chose de marrant. Sincèrement, je profite de ma saison cette année, je croque à pleines dents. Les dirigeants sont au courant de mes intentions. On verra s’ils ont envie de continuer avec moi ou si ce sera la fin.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0